Anne-Lys passe au scalpel la crise des gilets jaunes.

27 Fév

Pas de crise due aux gilets jaunes. Continuons à les soutenir.

Tout le Landerneau politico-médiatique, toute la grosse presse et les médias télévisuels ne cesse de bruire des inquiétudes que susciterait la « crise » des « gilets jaunes » ; ils espèrent que les talents de communicateur de M. Macron y mettront fin et veulent voir dans les quelques points que celui-ci a péniblement arrachés dans les sondages et dans une légère baisse des bonnes opinions inspirées par les gilets jaunes la promesse d’une solution. Mais y a t-t-il réellement une « crise » ?

Pour le Président et le gouvernement, aucun doute : C’est même l’une des plus graves qu’un pouvoir ait jamais eu à affronter : « l’ennemi » est omniprésent et fugace, insaisissable. Il est impossible, pour l’immense majorité des gilets jaunes, de les prendre en faute sans mentir, car quelle faute commet un conducteur de camion ou d’automobile, s’il pose le gilet (qu’il est obligé de détenir) sur sa planche de bord ? Quelle faute commet un piéton qui, ayant revêtu le fameux gilet (dont le port, en pareil endroit, est obligatoire) bavarde avec quelques copains au milieu d’un rond-point. Et c’est à quoi se limite, pour 95% des gilets jaunes, l’activité séditieuse, les complots et la fabrication de fausses nouvelles dont on les accuse.

Bien évidemment, dans ces colloques autour d’un brasero comme dans les conversations sur la toile, on trouve nombre de propos peu amènes pour le Président et ses ministres, accusés même des actions de leurs prédécesseurs. Mais peu ou pas de menaces et même une certaine retenue : les gilets jaunes se comprennent fort bien sans avoir besoin de mots pour dire qu’ils ne supportent plus de se lever chaque matin pour aller travailler pour un salaire qui ne leur permet pas de manger à leur faim ou de se loger correctement, pendant que d’autres se gobergent sans vergogne et que l’État paye de fortes sommes pour loger à l’hôtel des étrangers venus sans être invités. Pas besoin de discours pour se dire les uns aux autres leur détresse de voir leur pays défiguré et leur mode de vie menacé.

En revanche, on ne peut se dissimuler que, en dehors des black blocks et autres antifas professionnels qui hantent toutes sortes de manifestation dans le seul but de casser, brûler et vandaliser mais surtout piller, il y a parmi les gilets jaunes des personnes qui ont tendance à la violence. Celles-là et d’autres que l’on aurait cru pouvoir considérer comme plus raisonnables peuvent être l’objet de l’effet de foule. Dans une foule en mouvement, en effet, il se produit une perte des inhibitions et une désindividualisation, si bien que nombreux sont les manifestants qui en viennent à imiter puis adopter les comportements des plus stupides et des plus bestiaux des participants et que l’on peut voir le paisible comptable ou commerçant qui vous souriait quelques heures plus tôt brandir triomphalement la tête d’une innocente.

Ce ne sont pourtant pas ces quelques brutes qui peuvent conduire le pays à une crise. Du moins si la lâcheté et la peur empêchant la population de réagir ne permettent pas au phénomène de se généraliser. Heureusement, nous n’en sommes pas encore là.

Mais tant que le Président Macron et son équipe continueront à croire qu’il leur suffit de se montrer pour que les braves gilets jaunes, oubliant leur estomac vide, leur foyer glacé ou perdu, le mépris et l’arrogance avec lesquels ils sont traités, se pâment d’admiration pour tant d’intelligence et un si bel homme, lui laissant les mains libres pour continuer la politique qui les ruine moralement et matériellement, ils ne pourront pas sortir de la très grave crise qui commence pour eux ni éviter qu’elle s’aggrave.

Il serait évidemment possible que cette crise qui pour l’instant n’affecte que le pouvoir en place s’étende à l’ensemble de la société française et que les dits pouvoirs essaient d’en faire porter la responsabilité aux gilets jaunes.

Cela pourrait arriver si les fanatiques musulmans qui font déjà régner leur loi dans nombre de territoires qu’ils ont, avec la complicité des gangs et autres réseaux criminels, soustraits à nos lois pour imposer la leur décidaient (ou se voyaient imposer par les plus excités d’entre eux) d’abandonner leur politique actuelle, qui consiste à attendre que tombe tout seul le fruit mûr de notre soumission, pour lancer un assaut destiné à leur assurer tout de suite la domination sur la plus grande partie de la France.

Je vois mal comment cet assaut pourrait être contenu. Tout d’abord, il faudrait que le Président et ceux qui le servent le veuillent, ce qui semble peu probable : pourvu que les salafistes leur laissent la possibilité de faire de belles affaires dans des oasis confortables, la situation ainsi créée correspondrait plutôt à leurs vœux.

Le reste de la population trouverait-il le courage de résister (ce qui, là aussi, après des décennies de matraquage sur la nécessité de « vivre ensemble » n’est guère certain) ? en aurait-il les moyens ? Les forces de l’ordre auraient-elles le moral, mais aussi le matériel et l’armement nécessaire ? Notre armée – ou ce qui en reste – aurait-elle le temps de rentrer des missions extérieures qui sont actuellement les siennes ? Et – outre qu’elle compte dans ses rangs un nombre indéterminé de djihadistes dissimulés par la takiya mais tout disposés à planter un poignard (ou un obus) dans le dos de leurs camarades loyaux – notre armée ne serait-elle pas désarmée d’avance par la volonté politique de sa hiérarchie, par l’épuisement des hommes et par tout ce qui peut contribuer à les démoraliser ? –

Autant d’interrogations dont la réponse n’est guère douteuse.

Mais sauf dans cette hypothèse, il n’y a pas de véritable crise, sauf pour le Président et ceux qui le suivent aveuglément.

Quelle opinion alors avoir des gilets jaunes ? Eh bien, en ce qui me concerne, elle reste excellente et je conseille à mon entourage de continuer à afficher un gilet jaune à son pare-brise et même à se rendre sur les point s de rassemblement pour y échanger avec d’autres gilets jaunes résolus (il faut l’être pour consacrer son temps et sa peine à cette cause depuis 15 semaines) mais pacifiques des propos parfois constructifs, chercher des remèdes aux différents problèmes qu’il faudra bien résoudre si l’on veut redonner à la France et aux Français leur place légitime en ce monde, ou simplement trouver un peu de chaleur humaine auprès d’autres gilets jaunes.

Je leur souhaite bonne chance et leur dis mon amitié.

2 Réponses to “Anne-Lys passe au scalpel la crise des gilets jaunes.”

  1. Hervé J. VOLTO février 28, 2019 à 12:59 #

    Vu sur LAFAUTEAROUSSEAU :

    Sondage

    SOS crédibilité politique en danger : 67% des Français ne sont plus sensibles aux discours sur la République ou les valeurs républicaines !

    logo-ifop.jpgUn sondage exclusif Ifop pour Atlantico

    Un sondage qui devrait tirer les Royalistes de leur torpeur…

    • thizy mars 3, 2019 à 3:14 #

      on doute depuis 40 ans de la capacite des dirigeants

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :