Restitution du Grand débat par Edouard Philippe : la grande arnaque.

13 Avr

Franc comme un âne qui recule !

Cette affaire nous paraît très mal engagée. Au point que nous nous demandons si notre dernier article  sur le sujet n’était pas, une fois de plus, prémonitoire…

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/04/10/grand-debat-de-lenfumage-demmanuel-macron-a-la-ruse-dedouard-philippe-les-francais-nechapperont-pas-a-lentourloupe/

Car, quatre jours après la synthèse du Grand débat national par Edouard Philippe le 8 avril dernier et après avoir soigneusement étudié les documents de synthèse, mis en ligne mardi 9 avril, nous sommes nombreux a avoir relevé des « accommodements« , voire des « distorsions de vérités« , dans la manière dont le gouvernement s’en est saisi.

Il y a d’abord le nombre de contributions retenues et analysées. Selon le gouvernement, 1,5 million de personnes ont participé à la concertation : un tiers sur la plate-forme internet, la même proportion lors des réunions locales et le dernier tiers sur les autres supports, comme l’a précisé la secrétaire d’Etat à la Transition écologique Emmanuelle Wargon, l’une des deux ministres coordinateurs du grand débat, lundi 8 avril au Grand Palais, à Paris. « Environ 500 000 personnes se sont exprimées à travers les ‘cahiers citoyens’ et à travers des courriers à la mission grand débat« , a-t-elle annoncé.

Comment Emmanuelle Wargon arrive-t-elle à ce chiffre de 500 000 ? Son cabinet explique avoir estimé à 25 le nombre de pages par « cahier citoyen » et jugé qu’il y avait un participant par page. À l’arrivée, cela donne en effet un peu moins de 500 000 (25 contributeurs × 18 647 cahiers + 27 374 courriers et courriels = 493 549 participants sur ces supports).

Sauf que si l’on regarde la synthèse du cabinet Roland Berger qui a analysé ces documents, il apparaît seulement 11 contributions en moyenne par cahier. Refaisons le calcul, cela ne donne plus que 234 000 participants, au lieu de 500 000 : cela fait tout de même deux fois moins (11 contributeurs × 18 647 cahiers + 27 374 courriers et courriels = 234 216 participants sur ces supports).

Reprenons cette promesse renouvelée lundi par Emmanuelle Wargon le 8 avril : « Des équipes qui ont beaucoup travaillé vont pouvoir vous livrer aujourd’hui une analyse à la fois riche, plurielle, transparente, exhaustive. » L’analyse est en effet exhaustive pour ce qui concerne les participations en ligne… mais pas pour les autres.

Moins d’un document de contribution hors ligne sur deux a été pris en compte, c’est ce que l’on comprend à nouveau à la lecture de la synthèse détaillée du cabinet Roland Berger. Pour des questions de délai, le cabinet a stoppé son analyse aux textes qui avaient pu être numérisés au 22 mars, soit 54% de l’ensemble des cahiers citoyens, courriers, e-mails et comptes rendus de réunions locales : 24 183 documents analysés sur 44 975 documents reçus. En tenant compte du nombre actualisé de courriers et courriels (27 374 contre 16 874 selon le site du grand débat), on tombe même à moins d’un document sur deux de cette catégorie analysé (43%). Curieux, non ? Volonté de manipulation ? On peut s’interroger, en particulier, sur la mise hors course d’un grand nombre de revendications portant sur les problèmes liés à l’immigration.

La crédibilité n’est pas forcément remise en cause, prétend Alain Chagnaud, associé du cabinet Roland Berger. « On considère que la volumétrie des documents traités assure la quasi stabilité du référentiel de propositions obtenues. C’est-à-dire que la liste des propositions ne devrait pas bouger. Donc, c’est à la marge que l’on peut avoir quelques évolutions »,  assure-t-il. On ressent malgré tout de l’embarras…  Voilà ce que répond Alain Chagnaud quand on lui demande s’il n’aurait pas préféré une restitution complète, plus tardive, à cette restitution partielle. « Ça, je vous propose de poser la question au gouvernement, qui a décidé du calendrier des restitutions« …Cette précipitation est bien louche.

Mais cela ne convainc pas vraiment Pascal Marchand, directeur d’un laboratoire de recherche à l’université de Toulouse, spécialiste de l’analyse lexicale de masse. « Un échantillonnage, cela suit des règles. Donc, on ne peut pas dire que l’on a fini de saisir la moitié des textes, qu’on va analyser ça en attendant et qu’on verra bien ce que ça fait, déclare cet expert. On sera peut-être amené à généraliser des résultats qui ne représentent pas la totalité de la consultation.« 

Dès le dimanche 7 avril, avant même la restitution au Grand Palais, le ministre chargé des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, affirmait dans le quotidien Ouest-France que les sujets « dont on a le plus entendu parler au début, notamment l’ISF et le référendum d’initiative citoyenne (RIC), se sont progressivement dilués avec d’autres préoccupations ». Une dilution plutôt à haute dose pour ce qui est du retour de l’ISF : s’il n’apparaît pas forcément au tout premier plan des contributions internet et des réunions locales, il fait bien partie de ce qui fait « consensus » selon les termes de l’analyse du cabinet Roland Berger des cahiers citoyens et courriers. Il s’agit même de la proposition la plus citée sur ces supports…

Une arnaque, vous dis-je.

Le 13 avril 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Une Réponse to “Restitution du Grand débat par Edouard Philippe : la grande arnaque.”

  1. Paul-Emic avril 13, 2019 à 4:28 #

    malheureusement pas besoin d’être grand clerc pour prédire que le gouvernement de la ripoublique chercherait à enfumer le peuple de France

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :