L’ambassadeur de France à Washington prend sa retraite. Ouf !

21 Avr

Gérard Araud, ambassadeur de France aux Etats-Unis, a pris sa retraite vendredi 19 avril et rentre à la maison.* Fidèle à ses mauvaises habitudes, il en a profité pour lancer une dernière phrase assassine contre Donald Trump dont il fut l’un des plus acerbes contempteurs. Histoire de rester dans l’air du temps…

Gérard Araud attend, sur le tarmac d’une base militaire du Maryland, l’arrivée de Brigitte et Emmanuel Macron pour une visite d’Etat de trois jours aux Etats-Unis.

Au moment de prendre sa retraite de la fonction publique à l’âge de 66 ans, l’ancien ambassadeur en Israël et représentant de la France au Conseil de sécurité de l’ONU compare l’administration du président américain à « la cour de Louis XIV », dans un entretien accordé au quotidien britannique The Guardian. Cour de laquelle, manifestement, il n’a rien appris. Jugez-en :

« Vous avez un vieux roi, un peu capricieux, imprévisible, mal informé, mais qui veut être le seul à décider. »

Sait-il seulement que ce grand roi le fut effectivement du 7 septembre 1651 jusqu’à sa mort, le 1er septembre 1715, soit pendant 64 ans ! Il ne fut donc pas toujours un « vieux roi« . Et, pire dans ces propos, il ne fut que modérément capricieux, clairement prévisible et toujours bien informé. Ce qui ne semble pas être le cas de Gérard Araud…

Dès l’annonce de l’élection du candidat républicain, Donald Trump, à la Maison Blanche, Gérard Araud avait ainsi commenté la nouvelle sur Twitter (dont il est compulsif…lui aussi) : « Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige. » Un message repris et dénoncé par de nombreux observateurs, notamment par la chaîne Fox News. L’ambassadeur avait finalement retiré son Tweet quelques heures plus tard, la queue basse.

L’ex-directeur des affaires stratégiques (sic) du Quai d’Orsay n’avait d’ailleurs pas attendu que Donald Trump soit président pour l’étriller publiquement, en attaquant quelques mois plus tôt le candidat d’un autre message sur Twitter : « Même dans une campagne électorale, les faits ont leur pertinence », avait commenté Gérard Araud après que Donald Trump a sous-entendu que la France allait renoncer à l’organisation de l’Euro de football en raison de la menace terroriste.

Dès sa nomination à Washington en 2014, il avait lui-même fait sensation au sein du corps diplomatique en s’installant dans la capitale fédérale américaine avec…son compagnon, le photographe Pascal Blondeau, à une période, note le Guardian, « où l’administration américaine était de plus en plus sous l’emprise des conservateurs, hostiles au mariage gay ».

Pascal et Gérard sur la terrasse de leur résidence. Pauvre France…

Ces deux folles détonnaient dans l’atmosphère feutrée des ambassades, notamment par l’organisation de grandes fêtes dans leur résidence. En décembre 2018, le Washington Post décrivait ainsi, photos à l’appui, une soirée de noël « fantaisiste » et « unique », décorée de peluche de panthère blanche et de « sapins décorés de pingouins ». Bien loin, vous en conviendrez, des fêtes que savait donner le Roi-Soleil dans son château de Versailles !…

Scènes de décadence
Mais ce n’est pas tout. Sur un ton volontiers ironique, le diplomate adresse également, dans son entretien au Guardian, un avertissement au Royaume-Uni, engagé dans une procédure de divorce avec l’Union européenne : « Quand les Britanniques tenteront de négocier un accord de libre-échange [avec les Etats-Unis], il y aura du sang sur les murs et ce sera du sang anglais », assène-t-il en référence aux nouvelles relations commerciales espérées par Londres après le Brexit. L’administration Trump « n’a aucune affection envers les Européens, ils traitent les Européens de la même manière qu’ils traitent les Chinois », insistait Gérard Araud.
Enfin, cerise sur le gâteau, il profita d’un dernier entretien donné à France 24 au moment de son départ pour mettre en garde les Français contre l’émergence de partis et de dirigeants qualifiés avec mépris de « populistes« . Une intervention très personnelle dans la politique et, précisément, les élections à venir en Europe. De grâce, débarrassez-nous de tous ces furoncles.

Et alors, bon débarras !

Le 21 avril 2019, jour de Pâques.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

 

* A sa sortie de l’ENA (promotion d’Aguesseau), il entre dans le corps diplomatique en 1982. Il occupe quelques postes à l’étranger (représentant de la France à l’OTAN, ambassadeur en Israël) mais surtout des positions stratégiques au ministère des affaires étrangères, jusqu’à se hisser à la direction des affaires politiques sous Bernard Kouchner. Il est nommé en 2009 représentant permanent de la France auprès de l’ONU par Nicolas Sarkozy – un poste qu’il conserve jusqu’à 2014, jouant un rôle en vue et parfois catastrophique dans les crises en Libye (2011), Côte d’Ivoire (2011), Mali (2013) et Centrafrique (2013). Il a également été l’un des artisans des tentatives françaises de condamner la répression du régime syrien à l’ONU. Bref, que des postes où nous ne partagions pas ses lubies ou ses prétentions. En 2014, sous l’administration Obama avec lequel il avait évidemment d’excellentes relations, François Hollande le nomme ambassadeur à Washington.

Mais, dès novembre 2016, les gaffes reprennent…Il commente très impulsivement la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine, en écrivant  sur Twitter :

« Après Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige. »

Ses tweets sont effacés dans les heures qui suivent, après une ferme intervention du Quai d’Orsay, mais l’ambassadeur essuie de nombreuses critiques aux Etats-Unis et en France. On lui reproche d’avoir enfreint le devoir de réserve auquel il est censé être astreint en tant qu’ambassadeur. Cela n’a pas empêché Emmanuel Macron d’en faire son conseiller diplomatique lors de la campagne présidentielle de 2016-2017 !

3 Réponses to “L’ambassadeur de France à Washington prend sa retraite. Ouf !”

  1. Reconquista+... avril 21, 2019 à 4:28 #

    « Après Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige. » Ô combien!!

  2. JeanAndré avril 21, 2019 à 10:59 #

    Soyez sûrs que ses petits copains trouveront rapidement une nouvelle sinecure pour ce guignol, malheureusement très représentatif de cette caste de lèche-culs. Dans l’entretemps, on ne saurait trop lui recomander d’en profiter pour rendre sa dentition plus présentable.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :