Un « scoop » du CER dont personne n’a intérêt à parler.

14 Mai

Souvenez-vous. C’était dans la nuit de jeudi à vendredi derniers. Un commando d’élite de nos forces spéciales prenait d’assaut un campement de terroristes islamistes, au nord-est du Burkina Faso, dans lequel étaient retenus en otages deux touristes français enlevés dans le parc naturel de la Pendjari, au Bénin voisin. La France a perdu, dans cette courageuse et brillante opération, deux de ses meilleurs soldats (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/05/11/deux-de-nos-militaires-sont-tues-au-burkina-faso/).

Au cours du « débriefing » qui suivit, nous avons appris que nos militaires eurent la surprise de découvrir dans l’un des abris deux otages imprévus : une ressortissante américaine et une autre, sud-coréenne dont personne n’avait jamais entendu parler et dont la disparition n’avait jamais été signalée.

Nous apprenions aussi que les ravisseurs avaient été repérés dès leur forfait accompli et qu’ils étaient suivis de près par voie aérienne, grâce à des drones de surveillance (et peut-être même par satellite d’observation), mais aussi au sol par des agents de la DRM (renseignement militaire). Une petite précision cependant nous était également fournie : la clé de cette identification des ravisseurs ainsi que leur localisation initiale provenaient…des Etats-Unis.

Enfin, nous fûmes surpris par l’absence de la ressortissante américaine lors du rapatriement de nos otages vers Ouagadougou (Burkina Faso) comme à leur réception par le président burkinabé, Roch Kaboré.

Celle-ci fut, en effet, rapidement exfiltrée par les services de renseignement vers les Etats-Unis. Ce qui donna lieu, hier, à des compliments et des remerciements du président Trump :

https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/la-france-a-fait-du-bon-boulot-les-remerciements-de-donald-trump-pour-la-liberation-des-otages-au-burkina-faso-1160853.html

En vérité, les renseignements qui ont permis de mettre sur pied toute l’opération militaire provenaient des Etats-Unis grâce à leur otage…non déclarée et parfaitement géolocalisée. Au point que nous pouvons aujourd’hui nous interroger sur les fonctions réelles et le rôle de cette citoyenne des Etats-Unis. Etait-elle là par les hasards du tourisme ? Ne serait-elle pas un tant soi peu impliquée dans le renseignement politico-militaire ? Quels sont ses véritables liens avec sa co-détenue sud-coréenne qui est, jusqu’à son transfert à Paris et sa remise à l’ambassade de son pays, restée d’un absolu mutisme ? Nous n’en saurons évidemment rien mais c’est intéressant, non ?

Alors…Merci Donald !

Le 14 mai 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

7 Réponses to “Un « scoop » du CER dont personne n’a intérêt à parler.”

  1. Hervé J. VOLTO mai 14, 2019 à 11:29 #

    Sachant que les Services Français s’était mis en chasse -Commendo de Recherche et d’Action en Profondeur Silencieux (CRPAS) coordonnée par la Direction du Renseignemtn Militaire (DRM)- Les Services américains leur ont fourni

    Les ravisseurs avaient été repérés dès leur forfait accompli et ils étaient suivis de près par voie aérienne, grâce à des drones de surveillance Français pilotés par des experts du Commendement des Opréations Spéciales COS) et même par satellite d’observation US, mais aussi au sol par des silencieux limiers du CRAPS, les Delta Force Français.

    Une fois localisée la base des terroristes, le COS pouvait ordonner aux soldats d’élite du Commendo Hubert de prendre le relais de ceux du CRAPS et de òlibérer les otages.

    Oui, la clé de cette identification des ravisseurs ainsi que leur localisation initiale provenaient des USA, les renseignements qui ont permis de mettre sur pied toute l’opération militaire du COS provenaient des Etats-Unis grâce à leur otage…non déclarée et parfaitement géolocalisée, une agent du Département d’Etat en fait.

    L’otage américaine étant d’une grande impotance pour Washington, Trump pouvait la France d’avoir fait le travail -« a great super job »- pour lui. Les familles des supres soldats peuvent être fiers d’eux…

  2. Hervé J. VOLTO mai 14, 2019 à 11:30 #

    Les familles des deux supers soldats Français tombés en mission peuvent être fiers d’eux.

  3. Hervé J. VOLTO mai 14, 2019 à 11:52 #

    UN DERNIER POUR LA ROUTE !

    Les deux soldats d’élite morts pour libérer les deux otages Français, la coréenne et l’américaine, apparetanient au Commendo Hubert, l’un des sept commandos marine de la Marine nationale. Chacun dotés d’une centaine de combattants, ils forment la partie « maritime » des forces spéciales Françaises du Commandement des Opérations Spéciales (COS), une autorité transversale coordonnant toutes les opérations ultra-stratégiques discrètement menées « en milieu non permissif ».

    Le COS compte également quatre unités terrestres et trois unités aériennes. Les membres du COS, le must des forces spéciales occidentales, peuvent agir indiféremment sur terre, sous la mer et dans les airs, sélectionant les meilleurs marsoins -comme ceux du Commando Hubert- les meilleurs paras, les meilleurs Légionnaires et les meilleurs fantômes des Recherches Humaines.

    Le COS posssède d’exellants Commendos de Recherche et d’Action en Profondeur (CRAP) https://www.youtube.com/watch?v=esOw5BdZB5w , qui valent bien les DELTA FORCE américains, LE Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine (RPIMA) dont les navy Seal américains ont loué le « savoir faire », commandos de renseignement des Recherches Humaines (RH) des fantômes furtifs issus des Chasseurs Alpins, et autres Dragons servant de Service Action à la DGSE…

    Point commun de toutes ces unités : elles dépendent de leur branche -l’État-major de la marine nationale ici- pour ce qui concerne l’organisation, mais opèrent exclusivement sous l’autorité du COS.

  4. Paul-Emic mai 14, 2019 à 4:27 #

    en fait les deux otages surnuméraires que l’on attendait pas c’étaient les …Français, l’opération était montée pour libérer l’Américaine

  5. Hervé J. VOLTO mai 14, 2019 à 7:17 #

    Ayant les Seal’s et les Delta Force engagés au Moyen Orient, Washington a demendé au seul pays allié ayant la capacité de force d’intervention de faire le boulot. Paris a répondu OK.

    Il existe seulement deux pays en Europe ayant une capacité d’intervention sérieuse : la Grande Bretagne et la France. Cette dernière possède deux fois et demi celle de la Grande Bretagne. Et seule cette dernière possède un Commendement des Opérations Spéciales réunissant les meilleurs éléments du Commendo Hubert -les deux soldats d’élite tombés en mission était des Bérets Verts du Commendo Hubert, les Sel’s Français- les meilleurs éléments pars du Commendo de Recherche et d’Action en Profondeur (CRAP, les Delta Forces Français), les meilleurs Légionaires du Stick Action Spéciale (SAS) du ° Régiment Parachutsite d’Infantrie de Marine https://www.youtube.com/watch?v=dUpne13WBp4 , etc… Oui, Washington pouvait remecier Lafayette d’avoir « a great super-job ».

    Car quand il s’agit de délivrer une Princesse, surtout étrangère, c’est à des Chevaliers Français qu’on fait appel. Et si il y a deux bléraults surnuméraires, on les ramène eux aussi à la maison. Les deux soldats d’élite du Commando Hubert tombés en service étaient, oui, des Chevaliers modernes. Et leurs familles, j’insiste, peuvent être fiers d’eux…

  6. Hervé J. VOLTO mai 14, 2019 à 7:37 #

    Mais le meilleur des meilleurs -et après celle là, je laisserai la parole à quelqu’un d’autre- c’est le Commando Hubert https://www.youtube.com/watch?v=KqONtjPzFdw .

    Regardez et… remerciez https://www.youtube.com/watch?v=wAbSeqHrxdE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :