Viktor Orban adoubé par Donald Trump.

15 Mai

Suspendu au sein du parti des conservateurs européens, le premier ministre hongrois, Viktor Orban, a reçu un accueil chaleureux à la Maison Blanche, lundi 13 mai. Le chantre de l’illibéralisme avait pourtant inspiré les inquiétudes d’élus démocrates comme républicains du Congrès, qui s’étaient publiquement élevés contre sa venue, certains jugeant qu’il ne devait être invité qu’après avoir « remis son pays sur le chemin de la démocratie et des droits humains ». On croit rêver mais on ne rêve pas tant la caste politique américaine est gangrenée par le droit-de-l’hommisme et le gauchisme.

Heureusement, le président des Etats-Unis est resté sourd à ces critiques. Au contraire, celui qui éreinte régulièrement l’UE a salué dans le bureau Ovale l’action du premier ministre hongrois. Il a présenté son visiteur comme un responsable « très respecté », « respecté dans toute l’Europe », même s’il l’a jugé « probablement, comme moi, un peu controversé ». « Vous avez fait du bon travail et votre pays est en sécurité », a ajouté Donald Trump. C’est aussi notre avis.

Le président des Etats-Unis, qui devait participer le soir même à un repas à la Maison Blanche marquant la rupture du jeûne du mois de ramadan, a assuré que son hôte, grand pourfendeur de l’islam, est selon lui « formidable avec les communautés chrétiennes ». Interrogé à propos du recul de la démocratie en Hongrie, Donald Trump a répondu que Viktor Orban « a fait le bon choix, selon beaucoup de gens, en matière d’immigration ». « Certains des problèmes énormes » que les Européens rencontrent s’expliquent pour le président Trump par des politiques « différentes » de celles d’un homme qu’il a qualifié de « dur », ce qui est pour lui un compliment.

Le bref communiqué qui a été rendu public après leur séance de travail a reflété ces convergences, notamment sur les moyens de « renforcer la vigilance face aux migrations mondiales incontrôlées », après une référence convenue aux vertus de la démocratie. La Maison Blanche y a ajouté la mise en cause « des pratiques commerciales et d’investissement déloyales de la Chine ». Une allusion transparente à la politique bienveillante de Viktor Orban à l’égard du projet des « nouvelles routes de la soie » défendu par Pékin et qui inquiète Washington.

En revanche, un autre sujet de contentieux, les relations étroites entre Budapest et Moscou, n’a pas été mentionné. Il avait été abordé en amont par le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, lors d’une visite en Hongrie en février. Le chef de la diplomatie américaine avait alors pressé Viktor Orban de signer un accord de coopération en matière de défense, afin de rendre ostensibles les liens transatlantiques et rassurer une administration américaine agacée par l’affichage de son entente avec Vladimir Poutine. M. Orban a rapidement accepté et cet accord a été signé le 4 avril, mettant fin à une longue période d’incompréhension.

Le premier ministre hongrois avait pris beaucoup de risques en étant, très tôt, l’unique chef de gouvernement d’un pays membre de l’UE à soutenir ouvertement Donald Trump, encore en campagne électorale. Il détestait Hillary Clinton, qui l’avait publiquement sermonné en 2011 pour sa politique autoritaire, lorsqu’elle était secrétaire d’Etat. Il ne comprenait donc pas la réticence qu’avait à le recevoir le nouveau président, alors que le premier ministre tchèque, Andrej Babis, et le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, avaient déjà eu les honneurs de la Maison Blanche.

Même s’il a dû patienter deux ans et demi avant d’être reçu par M. Trump pour la première visite à ce niveau depuis 2005, Viktor Orban pourra présenter aux Hongrois la réception très amicale que lui a réservée le président américain comme une validation de sa politique. Aucune critique publique ne lui a été adressée à la Maison Blanche. Il en repart plus influent que jamais.

Mais il y a longtemps que nous militons à ses côtés.*

Le 15 mai 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* Lire « Viktor Orban a compris qu’il faut se méfier d’Emmanuel Macron » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2018/08/01/viktor-orban-a-compris-quil-faut-se-mefier-demmanuel-macron-il-a-raison/).

Une Réponse to “Viktor Orban adoubé par Donald Trump.”

  1. Reconquista+ mai 15, 2019 à 3:15 #

    Il est urgent que d’autres Salvini et Orban se lèvent pour sauver l’Europe-européenne!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :