80 km/h : sortie de route sans panache pour le Premier ministre, Edouard Philippe.

18 Mai

Edouard Philippe a enfin mangé son chapeau. Mais il l’a fait sans élégance et sans reconnaître qu’il avait eu tort…de déclencher une telle bronca au moment où les Français étaient au bord de la  révolte. Car, ne l’oublions pas, sa décision d’imposer verticalement et sans la moindre discussion les lubies de Chantal Perrichon et de sa Ligue contre la violence routière, fut l’un des déclencheurs du mouvement des « Gilets jaunes« .

Après des mois de révolte contre une mesure aussi impopulaire, Edouard Philippe a enfin affirmé mercredi sur France Info ne voir à présent « aucun inconvénient » à laisser aux présidents de conseils départementaux la capacité de déroger aux  80 km/h sur les routes secondaires, comme le prévoit un amendement porté par le groupe LREM à l’Assemblée nationale. Le Premier ministre a finalement refilé la patate chaude aux élus locaux ajoutant que « si les présidents de conseils départementaux souhaitent prendre leurs responsabilités, je n’y vois aucun inconvénient ».

Ridicule pirouette d’un bouffon.

Edouard Philippe a toutefois posé la condition que cette possibilité soit « systématiquement assortie de mesures » qui garantissent la sécurité des automobilistes. Une annonce qui, dans le Bas-Rhin,par exemple, répond (enfin) à une attente forte du président du département, Frédéric Bierry, qui confie sa satisfaction :

 » On peut entendre qu’un certain nombre de routes soient limitées à 80 km, mais toutes, c’est une aberration. Dès le début nous avons indiqué au gouvernement, à la ministre des Transports, à plusieurs reprises, que ce n’était pas adapté à toutes les routes, qu’il ne fallait pas faire de généralité. J’ai également fait part au préfet, par courrier du 15 avril 2018, de mon souhait de maintenir à 90 km/h la vitesse maximale autorisée sur les routes express du Bas-Rhin. En vain. Le Premier ministre est resté inflexible sur la question. Donc aujourd’hui, je suis satisfait. Certaines routes comme la RD 1420, de Molsheim à Schirmeck, une ligne droite avec une visibilité à 3 km, limitée à 80 km/h, c’était même dangereux. A 80 km/h, on s’ennuie, c’est là où les gens commencent à regarder leur portable, sont moins attentifs. Quant à ceux qui font 50 km matin et soir pour aller travailler, qui paient leur essence pour finalement passer plus de temps sur la route, ça devient pesant sur leur quotidien. « 

Et le président du Bas-Rhin d’ajouter :

 » Mon interprétation, c’est que c’est une décision prise à Paris, sans suffisamment écouter les élus locaux qui connaissent la situation de leurs territoires. En gros, laisser certaines routes à 90 km/h, c’est ce que j’avais proposé à la ministre des Transports dès le début. Aujourd’hui, on voit bien que la décision d’Edouard Philippe est contrainte et forcée. On voit bien qu’il n’y croit pas. Qu’on nous laisse choisir les routes à 80 km/h, sinon ça n’a pas de sens. L’idée de départ était louable, mais c’est contre productif. C’est une question d’équilibre et d’intelligence. C’était une décision symbolique pour marquer la lutte contre l’insécurité routière mais imaginer que toutes les situations sont identiques…« 

Mais encore faut-il sortir de sa tour d’ivoire, circuler autrement qu’avec une escorte de motards, des « deux-tons » et des gyrophares. Encore faut-il savoir ce que c’est que perdre son temps derrière un tracteur et sa remorque de foin ou un poids lourd de 30 tonnes venu de Slovénie quand on essaie de ne pas être en retard à son boulot. Encore faut-il savoir sortir des symboles et connaître un peu « la vraie vie« , celle du pays réel.

Encore faut-il avoir ce que ma grand-mère appelait « l’intelligence du coeur » et non pas celle qui mène de Janson-de-Sailly à Science-po puis à l’ENA et de l’ENA…à Matignon.

Encore faut-il surtout mettre un terme à l’arrogance d’un prétendu « sachant« !

Le 18 mai 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

4 Réponses to “80 km/h : sortie de route sans panache pour le Premier ministre, Edouard Philippe.”

  1. Paul-Emic mai 18, 2019 à 10:07 #

    sans panache mais vicieuse comme c’est l’usage avec Macron et ses ministres, la technique consistant à reporter sur des élus locaux la « responsabilité » de futurs accidents mortels, comme si la responsabilité n’était pas au conducteurs fautifs de ne savoir maitriser leur véhicule. Du coup les élus locaux hésiteront beaucoup à revenir sur la limite, de plus si chaque commune a la maitrise se la vitesse on va encore assister à l’élévation d’une profusion de panneaux alors que l’automobiliste français est saturé de panneaux de signalisation tous plus inutiles les uns que les autres. Par exemple à l’approche d’un virage dangereux vous aurez eu droit, hors le panneau 90 ou 80, au panneau virage dangereux, puis à un panneau 70 puis un panneau 50 deux ou trois panneaux bleu et blanc pour bine marque le virage, puis un panneau fin de limitation de vitesse, puis enfin un peu plus loin encore un panneau 90 ou 80 rappel. Tout ça avec un oeil sur le compteur à cause des radars et un autre sur la route, parce que c’est quand même le plus important ! Deux yeux supplémentaires ne seraient pas de trop !
    On parle souvent de la vitesse libre sur les autoroutes allemandes, non génératrice de plus d’accidents qu’en France, mais on oublie souvent de dire que la plupart du temps, la vitesse n’est limitée qu’à 100Km/h sur les routes, même petites, toujours sans générer plus d’accidents . Pas de radars ou très peu . Ils sont un peu plus pénibles avec leur limite à 30 km/ h dans certaines agglomérations, mais jamais les amendes ne sont pas là pour vous vider le portefeuille, c’est dirons nous une amende à but éducatif.

    En France, les éléments accidentogènes sont d’une part les conducteurs, certainement parce que l’éducation est mal faite et ce certainement depuis l’école. Il y a une culture de gauche et transgressive qui incite à ne pas respecter les autres et plus généralement aucun respect pour rien. Dans le même domaine ajoutons l’alcoolémie et l’addiction aux drogues diverses et variées.
    Ensuite l’état du réseau et une signalisation ubuesque dont l’exemple cité ci-dessus n’est qu’un faible exemple. Combien d’entre nous peuvent affirmer sans risque d’erreur à quelle vitesse ils sont sensé rouler à un instant T ? qui peut être certain qu’il n’a pas raté un panneau ? Personne !
    Enfin j’ajouterai l’incompétence de nombreux conducteurs qui ont appris à passer le permis et à faire un créneau, combien ils consomment de grammes de CO2 mais en aucun cas comment négocier un virage en sécurité, ou plus généralement se déplacer en sécurité dans un flux d’automobiles à bonne vitesse.
    La vitesse n’est qu’un facteur aggravant de tous ces comportements mais quasiment jamais la cause principale.
    Le gouvernement et les associations militant contre la vitesse se focalisant sur la vitesse évitent ainsi de se pencher sur les vraies causes et au passage remplissent leurs caisses sans que le taux d’accidents baisse en France de manière significative. Et ça ne changera pas. La mort sur la route est une mine !

  2. Hervé J. VOLTO mai 18, 2019 à 12:12 #

    D’accord à 100% ! Le gouvernement et les associations militant contre la vitesse se focalisant sur la vitesse évitent ainsi de se pencher sur les vraies causes de la crise qui farppe la France -trops de taxes et pas assez de pouvoiir d’achat- et au passage remplissent leurs caisses sans que le taux d’accidents baisse en France de manière significative.

    Non : nos idées -Dieu, Famille, Patrie (le pouvoir d’achat entre dans les problématiques familiales)- sont les plus justes et ont vocation à gouverner la France.

  3. Tite mai 18, 2019 à 1:24 #

    Les limitations de vitesse, radars, radars embarqués et autres enquiquinements, c’est pour le « cochon de payant ». Les donneurs de leçon ont un toupet phénoménal.

    Le 15 avril vers 19h, je suis rentrée de Beauvais par l’autoroute et ai été doublée par un « train » de voitures officielles (plus d’une douzaine, voitures de police et gendarmes compris) roulant à 150/160 km/h… Monsieur Macron et Madame rentraient de leur weekend de Pâques au Touquet.
    Au passage, j’ai constaté que l’on roulait dans de grosses Volkswagen noires aux vitres fumées (très chic et cher) et n’ai compté que deux ou trois Peugeot (police).

    « Le changement c’est maint’nant »… Faites ce’que j’dis, pas ce’que j’fais ! Minable…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :