Européennes : faute de réussir à convaincre les électeurs par des arguments sérieux, il ne reste plus que la calomnie à la majorité présidentielle.

21 Mai

Acculé par l’inexistence de sa tête de liste aux élections européennes de dimanche prochain autant que par un programme électoral fait de bric et de broc pour plaire au plus grand nombre d’européistes, La République en Marche (LRM), le parti d’Emmanuel Macron, est pris de panique à l’idée d’être devancé par le Rassemblement national (RN). Alors, tous les coups sont permis. Surtout les plus tordus…

Depuis samedi, les partisans d’Emmanuel Macron mènent donc une offensive coordonnée contre le RN, accusé d’être une « marionnette » au service de puissances extérieures. Un « cheval de Troie » qui défendrait les intérêts de Vladimir Poutine et de Donald Trump, avant ceux des Européens et des Français ! On éclaterait de rire si ce n’était pas aussi pathétique.

De l’exécutif aux piliers de la campagne, jusqu’aux députés La République en marche (LRM), tous ont relayé ce message pour torpiller la formation de Marine Le Pen.

A commencer par le premier ministre. Dimanche 19 mai, lors d’une séance de questions diffusée sur Facebook, Edouard Philippe a dénoncé ceux qui « prétendent défendre le peuple et la nation » mais se font « les relais chez nous de gens dont l’intérêt est d’affaiblir l’Europe ».

« Ce que veut Mme Le Pen, c’est se vassaliser devant M. Poutine et devant M. Trump », a appuyé la tête de liste LRM, Nathalie Loiseau, sur France 3. Certains, comme le directeur de campagne de la liste de la majorité, Stéphane Séjourné, voient ces ingérences étrangères comme une « atteinte à la souveraineté ». « L’extrême droite française est vendue à l’extrême droite américaine et à la Russie,affirme-t-il au Monde. La concomitance de la présence de Bannon à Paris et le scandale Strache [en Autriche] nous prouvent bien qu’il n’y a pas de fantasme à parler d’influence étrangère sur cette élection. » Quel rapport ? Sont-ce là des arguments sérieux pour défaire un adversaire ? Ou bien ne s’agit-il que d’une nouvelle imposture pour ceux qui sont…à court d’arguments ?

La réalité, c’est que leur liste étant désormais devancée par celle du RN dans la plupart des sondages, les stratèges de LRM n’ont pas hésité longtemps à « monter » sur le thème des influences étrangères – une occasion de donner corps à leurs mises en garde sur le risque d’une victoire de l’extrême droite, qui aurait pour effet, prétendent-ils, d’« affaiblir la France en Europe ».

Pour éviter ce scénario noir, l’exécutif entend accélérer dans la dernière ligne droite. D’ici au scrutin, Edouard Philippe a prévu de participer à pas moins de quatre meetings, opportunités pour lui de poursuivre l’offensive contre le RN, mais aussi son entreprise de séduction des électeurs de centre droit.

Lundi, le chef du gouvernement se rendra ainsi à Vesoul, où il s’affichera avec Alain Chrétien, le maire ex-Les Républicains (LR) de la ville (un premier traître). Mardi, il sera à Valenciennes (Nord), où l’accueillera le maire Union des démocrates et indépendants (UDI) Laurent Degallaix. Et jeudi, il tiendra une réunion publique à Orléans, avec Olivier Carré, maire ex-LR lui aussi (un second traître).

Emmanuel Macron, lui, ne devrait pas participer à un meeting, contrairement à ce qu’une partie de son entourage envisageait. Mais il compte bien continuer à s’impliquer dans la campagne. La preuve est sur cette affiche scandaleuse sur laquelle il a tout simplement évincé sa tête de liste pour faire lui-même la campagne indigne d’un prétendu « président de tous les Français« .

Mardi (aujourd’hui), un grand entretien du président doit être publié dans plusieurs titres de la presse quotidienne régionale. L’idée ? « Montrer les réalisations concrètes de l’Europe, sur le terrain », explique un stratège de la campagne, pour qui M. Macron doit éviter le « discours doctrinal » comme l’étaient ceux de la Sorbonne ou d’Athènes. Sans s’abstenir de critiquer le RN, l’adversaire principal que le chef de l’Etat a encore attaqué de front vendredi à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), après avoir affirmé, le 9 mai, qu’il ferait « tout » pour l’empêcher d’arriver en tête.

Dimanche, donnez-leur le coup de grâce !

Le 21 mai 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

5 Réponses to “Européennes : faute de réussir à convaincre les électeurs par des arguments sérieux, il ne reste plus que la calomnie à la majorité présidentielle.”

  1. Paul-Emic mai 21, 2019 à 8:57 #

    ça on ne va pas se gêner pour leur donner le coup de grâce.
    Quand rien ne va plus, les raccourcis les plus improbables sont de mise et ce sont les vassaux les plus vils qui dénoncent une prétendue vassalité chez les autres.

  2. Hervé J. VOLTO mai 21, 2019 à 10:22 #

    Lorsuq el’on découvre qu’Emmanuel Macron, Président de la République Française, publia au début du mois de Mars 2019 une tribune pseudo-philosophique, technocratique, teintée de progressisme -à son image petit bourgeois provincial et parvenu- dans laquelle n’est cité qu’une malheuerese fois la France, çà déconcerte et ça agace plus d’un vrai Français !

  3. Hervé J. VOLTO mai 21, 2019 à 10:29 #

    Ce qui est sidérant dans le propos d’Emmanuel Macron, c’est qu’i appelle les européens à « réinventter » leur forme de civilisation ! J’aimerai qu’il nous explique comment. Très honnetement, je ne crois pas qu’on « réinventte » une civilisation comme on réinvente un produit dans le cadre d’une camapgne marketing destinée à l’ADAPTER ua marché. Une civilisation, on en hérite humblement, tout au plus peut-on choisir de le transmettre. Le propos présidentiel -je suis spécilaiste en communication politique, j’analyse le discourt présidentiel- prouve que le Président macron ne comprend rien à l’me des peuples, ni encore moins au géni Français, aussi se retrouve-t-il la peuple Français soulevé contre lui dans une révolte toute en jaune.

    • Paul-Emic mai 21, 2019 à 11:05 #

      en pensant printemps on va peut-être réinventer la plurimillénaire civilisation européenne d’ici la rentrée ? non ?

  4. Hervé J. VOLTO mai 21, 2019 à 10:58 #

    UN DERNIER POUR LA ROUTE !

    L’amnésie historique de nos élite républicaine et la finaciarisation de la société les empèchent de se projeter sur le long terme. Nous le voyons avec Emmanuel Macron : un mélange de politiqwue de raclâge de tiroirs et de destion à la petite semaine. Il tente comme ses prédécesseurs depuis 40 ans de remplir les caisses en vendant les bijoux de famille et après lui le déluge !

    Ces dernières annèes, la com. a pris le pas sur les idèes. Emmanuel Macron en est une exemple et les Français, à tarvers la crise des Gilets Jaunes, sont en train de se rendre compte que la politique Hollywood chewing-gum n’est plus siffisante.

    Je ne suis pas sur qu’on ne puisse pas appliquer le modèle hongrois à la France. Viktor Orban nous interpelle : après l’effrondrement du bloc soviétique, on a imaginé que plus rien ne pouvait arréter le modèle de la démocratie libérale, ce que contiuent de penser les néo-concervateurs américains, à travers une politique messianique et expensioniste, que seuls les Pays de Visegrad -Hongrie, Slovaquie, République Tchèque, Pologne- remettent en cause en Europe.

    Viktor Orban, lui, Royaliste qui vante l’amitié du second fils d’Otto de Habsbourg, le Prince Gheorghe (prononcer Guéorgue), a parfaitement compris qu’on ne pouvait souder une nation, lui donner un cap, une direction, de la voix et donc de la puissance, si on n’avait pas tout d’abord déterminé ce qui la constituait dans ses limites territoriales et culturelles. Il s’agit d’un préalable indispensable…

    La Hongrie est un pays qui été occuppé par l’Empire Ottoman, musulman. Les pays d’Europe ont eux-même lutté, en 732 et en 1683, avec des civilisations se revendiquant de l’islam. Ce n’erst pas neutre dans l’inconsient collectif. Orban s’est donc emparé de l’identité Chrétienne de la Hongrie pour consolider la cohésion nationale d’un peuple résloment Catholique et donner une lisibilité à son action politique. La France, Fille Aînée de l’Egflise et Educatrice des Peuples, tente aujourd’hui, à travers CIVITAS, de créer un lobby Chrétien pouvant réaffirmer les racines Chrétiennes et la vocation Catholique de la France, suffoquées par la démokrature républicaine .

    Les Gilets jaunes le sentent, qui demendent plus de politique centré sur la personne et moins sur le droit et l’économie. plus d’humanité et moins de « gouvernance ». En gouvernant la france comme la simple gestion d’une trésorerie, les yeiux rivés sur les sanctionset les marchés, c’est Emmanuel Macron qu « fait l’américain », ou l’allemand, selon, et qui nous vend à des puissances étrangères…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :