L’entourage de Jean-Yves Le Drian sent le souffre !

25 Mai

Jean-Yves Le Drian est l’expression presque caricaturale en politique de Raminagrobis, tel que le voyait Jean de La Fontaine. « Tout fourré, tout bénin, toutes griffes rentrées. » Mais ne vous y fiez pas. Il fut certes l’excellent ministre de la Défense de François Hollande avant d’être, aux Affaires éreangères (un peu moins brillant mais essentiellement du fait de l’omnipotence du chef de l’Etat), celui d’Emmanuel Macron. Mais il est aussi le seul ministre en exercice ayant réussi à cumuler l’exercice de ses fonctions ministérielles avec la présidence d’une région (Bretagne), envers et contre toute décence, entre décembre 2015 et juin 2017.

Depuis, M. Le Drian, dépossédé de ses pouvoirs par Jupiter, a décidé d’étendre ses réseaux dans la plus grande discrétion et sans chercher à apparaître sur le devant de la scène.

C’est ainsi que, pour la première fois dans son histoire, la direction du parc nucléaire français ne sera pas confiée à un ingénieur. Le PDG de l’entreprise publique, Jean-Bernard Lévy, a nommé en effet Cédric Lewandowski au poste très stratégique de directeur du parc nucléaire et thermique, en remplacement de Philippe Sasseigne, qui va partir à la retraite.

C’est peu dire que cette annonce a surpris les observateurs du monde de l’énergie. Cédric Lewandowski n’a jamais occupé de fonction dans le nucléaire. Il a fait une grande partie de sa carrière à EDF, mais est surtout connu pour avoir occupé pendant toute la durée du quinquennat Hollande le poste stratégique de directeur de cabinet de Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la défense. Souvent considéré comme un « ministre bis », il est le seul directeur de cabinet à être resté en poste pendant cinq ans lors du quinquennat précédent. 

Ce Lyonnais récupère la direction qui chapeaute le parc des 58 réacteurs français du groupe – le plus important du monde – en plus des centrales à gaz et des deux centrales à charbon qu’exploite encore EDF. La tâche est immense : le parc nucléaire français est vieillissant et est engagé dans de coûteux travaux de « grand carénage » pour pouvoir assurer la prolongation de sa durée de vie – qui devra être acceptée ou non par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

M. Lewandowski était précédemment à la tête de la direction dite innovation, responsabilité d’entreprise et stratégie. Mais au cours de l’année écoulée, il a surtout été chargé de rédiger la position d’EDF sur la feuille de route énergétique de la France, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). La présentation de la PPE par Emmanuel Macron s’est finalement révélée relativement conforme aux souhaits d’EDF, en repoussant la réduction du parc nucléaire à 2035 et ne s’engageant sur aucune fermeture de réacteur avant 2027.

Mais ce n’est pas tout. Car le conseiller spécial de Jean-Yves Le Drian au ministère des affaires étrangères, Jean-Claude Mallet, devrait devenir dans les prochaines semaines le directeur des affaires publiques du groupe Total, selon des informations de la lettre spécialisée Intelligence Online. Un poste-clé pour défendre les intérêts du groupe pétro-gazier, puisque M. Mallet va chapeauter les relations de ce dernier avec les pouvoirs publics en France et à l’international, ainsi que ses activités d’intelligence économique. Et quand on connaît les liens de Total avec les producteurs d’énergies fossiles et les pétroliers-monarchies en particulier…

A 64 ans, ce fidèle de Jean-Yves Le Drian, qu’il a, lui aussi, servi au ministère de la défense de 2012 à 2017 (comme Cédric Lewandowski), met ainsi fin à une longue carrière dans la haute fonction publique et la sécurité nationale. Pour être effectif, ce départ doit être acté par la commission de déontologie dans les prochains jours. Il devrait être accepté, les cas de refus ou d’accord avec réserves étant assez rares. La commission vérifie que l’agent public concerné n’était pas en situation de donneur d’ordre à la société qui va l’embaucher et qu’il n’y a aucun conflit d’intérêts.

En revanche, beaucoup de ceux qui connaissent Jean-Claude Mallet s’interrogent sur ce que sera sa nouvelle vie aux côtés du PDG de Total, Patrick Pouyanné, connu pour son tempérament véhément. « Ils sont l’un et l’autre aussi volcaniques et aussi exigeants ; ce sera le grand amour ou très rapidement un clash », relève un haut fonctionnaire qui les connaît bien l’un et l’autre. De longue date, Total mène sa propre diplomatie, en particulier en critiquant les politiques de sanctions – contre la Russie ou contre l’Iran par exemple.

Le transfert étonne certains observateurs, tant le conseiller d’Etat Mallet a consacré sa vie à la cause publique. Anglophile et atlantiste, adepte de la real politique, l’homme a des connexions avec le monde du renseignement et de la dissuasion nucléaire. Il est jusqu’alors resté dans l’ombre, acquérant une réputation de grande intégrité autant que d’arrogance éruptive. Plusieurs diplomates évoquent des raisons personnelles, mais aussi une forme de lassitude devant le manque de reconnaissance du pouvoir à l’égard des hauts fonctionnaires. Depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron, Jean-Claude Mallet n’était plus en cour et ne sortait guère du Quai d’Orsay, peu convié aux réunions interministérielles – qu’il avait pu dominer jusqu’à l’excès sous le quinquennat Hollande.

Chez Total, il retrouvera plusieurs anciens diplomates ou détachés du Quai d’Orsay, dans une entreprise familière de ces allers-retours. Ainsi, la Franco-Tunisienne Ahlem Gharbi a été directrice adjointe des affaires internationales chez Total avant de devenir conseillère Afrique du Nord et Moyen-Orient auprès d’Emmanuel Macron entre 2017 et 2019. Et parmi ses dernières prises de guerre, Total avait embauché l’ancien patron star de la gendarmerie Denis Favier en 2016, pour prendre en charge la sûreté du groupe pétrolier.

Jean-Claude Mallet est connu pour être un travailleur acharné, lui aussi homme des réunions nocturnes et des SMS de 2 heures du matin ! Arrivé par le biais des réseaux protestants au cabinet de Pierre Joxe en 1991, il devient le penseur incontournable de toutes les réformes de l’appareil de défense des vingt-cinq années suivantes. Il fut ainsi le premier directeur des affaires stratégiques du ministère. Puis, entre 1999 et 2004, un secrétaire général pour la défense nationale (SGDN) qui a laissé son empreinte sur cette discrète mais essentielle administration placée auprès du premier ministre, en l’ouvrant aux problématiques du terrorisme et de la cyberdéfense.

Après une participation au Livre blanc de la défense de 1994, il s’impose en outre, non sans attirer les critiques, sur tous ces exercices de réflexion stratégique destinés à calibrer les moyens de la sécurité nationale. Nicolas Sarkozy lui confie en effet la responsabilité du Livre blanc de 2008. Et en 2013, il réécrit sèchement celui rédigé par la commission du diplomate Jean-Marie Guéhenno, qu’il juge irréaliste.

Il tisse des liens forts avec Jean-Yves Le Drian dès 2007, quand les deux hommes nourrissent le programme défense de Ségolène Royal pour la présidentielle, puis celui de François Hollande en 2012. C’est donc tout naturellement que Jean-Yves Le Drian l’emmène avec lui comme conseiller spécial au ministère en 2012. Pendant le quinquennat Hollande, il obtient non sans frictions avec Bercy des arbitrages favorables sur ses sujets favoris – le renseignement, la cyberdéfense et les technologies militaires – dans un contexte de coupes budgétaires drastiques dans les armées.

 L’hypothèse d’un départ de Jean-Yves Le Drian, lui même (et à la façon de Gérard Collomb l’an dernier) est pourtant démentie dans son entourage. Car le Breton J-Y Le Drian n’est pas un homme qui part. Ce serait plutôt un homme…qui reste (ainsi qu’il l’a montré à la région Bretagne). Sauf à y être contraint. 

Mais, avec Emmanuel Macron, tout est possible. Pour le moment !

Le 25 mai 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :