Profanation du parvis de la basilique de Saint-Denis.

11 Juin

Il y a longtemps, très longtemps, avaient lieu ici les cérémonies d’accompagnement des rois de France vers leur dernière demeure. Aujourd’hui…on nous impose le défilé festif et coloré qui a réuni un petit millier de personnes ce dimanche 9 juin dans le centre-ville de Saint-Denis pour la première “marche des fiertés en banlieue, sous le regard souvent ahuri des habitants de cette ville au nord de Paris qui n’en avalent pourtant pas moins le couleuvres des émules de Satan.

De Paris à Saint-Denis, LGBT, fiers, unis, indivisibles

Le slogan, repris en choeur par les participants à la “gay pride des banlieues”, résume l’esprit de la journée : LAMENTABLE !

Par le fait même qu’on vit en banlieue, on est ramenés au fait qu’on est pauvres, qu’on est racisés, qu’on est immigrés”, en plus du fait d’être homosexuels, affirme à l’AFP Yanis Khames, 20 ans et organisateur de la marche. Avec son association “Saint-Denis ville au coeur”, il veut montrer que la banlieue est aussi un lieu de militantisme pour les personnes trans et homosexuelles et pas une “zone de non droit”, comme certains veulent le faire croire. Il oublie hélas que l’un n’empêche pas l’autre.

Pour ses organisateurs, la journée doit être placée sous le signe de “l’intersectionnalité”, soit la lutte contre “le cumul des discriminations”. Ou quand les mots n’ont plus de sens…

Vidéo intégrée

A Saint-Denis, des manifestants portant des vêtements ou des drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel participent à la première « Marche des fiertés en banlieue », organisée pour lutter contre l’homophobie et « la stigmatisation » des habitants des quartiers populaires

Et nous y vîmes même des inventaires à la Prévert :

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
Et c’est ainsi que, dans les rues de Saint-Denis, drag-queens, transsexuels et « hommes » légèrement vêtus défilent au sein d’un cortège haut en couleur, devant des habitants interloqués et amusés. Certains filment avec leurs téléphones portables. “C’est la première fois qu’on voit ça à Saint-Denis”, s’exclame un homme. Ne vous inquiétez pas, vous en verrez d’autres. Surtout, si vous continuez à voter pour Emmanuel Macron !

Du latex pour ton gros sexe, des molécules pour qu’on s’encule”, entonnent des militants d’Act Up, arrachant un sourire niais aux commerçants et badauds de la rue de la République, une artère commerçante de la ville.

Voir l'image sur Twitter

Avec, en prime, la revendication à l’immigration des malades du sexe…

Voir l'image sur Twitter
Ecoutez ça : “J’habite ici, je suis né ici, c’est une ville militante en général, des marches on en fait sur la Palestine, sur les réfugiés et aujourd’hui la communauté LGBT elle vit ici, elle ressent le besoin de s’exprimer alors j’accompagne”, sourit Shems El Khalfaoui, qui a appris l’existence de la marche le matin même au marché. “C’est en faisant ce genre de chose que les gens vont identifier que c’est une communauté qui existe et que tout le monde a sa place ici”, ajoute ce père de famille, musulman pratiquant, bien décidé à détruire notre pays, ses racines chrétiennes, son identité et ses traditions.

En règle générale, les gens ont peur des banlieues, c’est une image qui est véhiculée par les imaginaires collectifs persistants et aussi par la sphère médiatique et par une grosse partie de la classe politique”, ajoute Youcef Belghmaidi, habitant d’Aubervilliers et autre ennemi de notre pays bien que qualifié de « Chance pour la France« . “En attendant, aujourd’hui je n’ai vu aucune violence, personne n’est venu nous emmerder”, alors qu’en Vendée un stand LGBT a été attaqué par un groupe de jeunes hommes mi-mai déplore le militant, visage maquillé et couvert de paillettes…

De nombreux médias étaient évidemment présents pour couvrir « l’évènement« . “Au sein des médias aussi on a tendance à penser que les LGBTQI+ phobies sont plus fortes en banlieue et du coup, une marche des fiertés ici ça interroge”, s’amuse Yanis Khames, ravi du succès de sa marche. Si vous comprenez ce que signifie ce charabia…n’hésitez pas à nous le faire savoir !

Je suis convaincu que ce n’est pas plus compliqué d’être LGBT à Saint-Denis qu’à Paris”, affirme Madjid Messaoudene, élu de Saint-Denis et venu soutenir la manifestation. “Des gay prides il doit y en avoir partout parce que les personnes concernées par ces discriminations elles sont partout, ajoute-t-il, c’est autant des familles blanches qu’arabes qui rejettent leurs enfants quand ils font leur coming-out. 

Comprenez-vous ce que cela signifie ? Qu’il nous faut accueillir tous ces invertis rejetés par leurs pays d’origine.

Et comme on pouvait s’y attendre, des manifestants en ont aussi profité pour alerter sur le sort des personnes transsexuelles étrangères. Plusieurs manifestantes portaient notamment une banderole “Justice pour Vanesa Campos”, du nom de cette prostituée trans péruvienne assassinée au bois de Boulogne en août dernier.

Après la manifestation, la soirée s’est poursuivie à l’espace culturel 6B à Saint-Denis pour une soirée de concerts et performances, avec la « bénédiction » de la municipalité.

Si nous ne mettons pas un terme à ces folies, notre pays est foutu.

Le 11 juin 2019.
Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

3 Réponses to “Profanation du parvis de la basilique de Saint-Denis.”

  1. Hervé J. VOLTO juin 11, 2019 à 10:05 #

    – Tu ne couchera pas avec un homme comme on couche avec une femme. car celà est une abomination devant Dieu (Lévitique 18:22).

    Et si l’Italie est devenue Gomorre, la France est en train de devenir Sodome.

  2. Hervé J. VOLTO juin 11, 2019 à 10:32 #

    UN DERNIER POUR LA ROUTE !

    Nous avons vu que l’homosexualité est une abomination devant Dieu (Lévitique 18:22).s

    En Pologne, pour prendre l’exemple d’un pays Catholique, la propagande homosexuelle pour les mineurs est interdite, un Gay Pride ne pourrait y avoir lieu. Majeur, chacun pourra trouver librement son oritentation sexuelle, même si il (ou elle ) est éthéro.

    Tout juriste digne de ce nom vous rapellera que le 6 aout 1942, le Maréchal Pétain et plusieurs de ses ministres apposèrent leur signature au bas d’une loi modifiant l’article 334 du Code Pénal et qui introduisait des inovations considérables dans le droit criminel Français en permettant une répression spécifique des comportements homosexuelles. Ellke ne sera abrogée que le 4 aout 1982, à la suite de la victoire de la gauche aux présidentielles de 1981.

    La Loi de 1942, qui reprenait un projet né sous la III° Réppublique (Loi du 9 Janvier 1939 de représsion de la prostitution masculine dans les zones portuaires maritimes), entendait réprimer le proxénétisme homosexuel, les outrages publics à la pudeur, l’exitation à la débauche, les abus sexuels sur mineurs de moins de 14 ans et la pédophilie.

    Si la loi de 1982 a libéré la liberté sexuelle, la débauche entre adultes consenatnts et l’exibitionisme, elle reste flou en ce qui concerne la protection des mineurs. Dans l’attente, face à la violence sournoise qui s’exerce partout, contre lâme de nos enfants, contre les Catholiques, contre les traditions de notre Pays, contre son Histoire, contre la sécurité et l’honneur de la France… nous, Royalistes, nous devons opposer SANS RELACHE nos valeurs Chrétiennes, familiales et patritotiques.

    -Plutot la mort que la souillure (proverbe Breton) !

  3. Hervé J. VOLTO juin 11, 2019 à 12:20 #

    PS

    Et pendant que Paris croule sous la slaté et la laideur https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/06/10/non-seulement-paris-est-de-plus-en-plus-sale/ , la Princesse Christine de Kent -vous savez, celle de la devise BIEN FAIRE ET LAISSER DIRE !- dont le mari Mikael Winsor, Prince of Kent, est un cousin de la Reine Elisabeth II d’Angleterre, marie sa splendide fille : LADY GABRIELLE WINSOR.

    Qui a dit que les petites anglaises sont moches n’a pas été présenté à Lady Zara Philipps, fille de la princesse anne, ni surtout à sa très élégante Gabrielle Windsor, chroniste à la BBC de son état : Ha, PU… REE !!!

    Passé ce défoulement hormonal du au printemps, s’il y avait du beau monde au mariage de Lady Grabrielle Winsor -Ruppert Everet, Ellee Mac Ferson, Viktria Bekham sans son mari foootballeur, déjà présents au mariage de sa cousine Zara, Collin Firsth et son adorable épouse italienne, Livia- il faut dire que Lady Gabriel Winsor a pris de sa mère, Christine de Kent, née Marie Christine Agnes Hedwig Ida von Reibnitz, -noblesse autro-hongroise de Silésie- encore splendide pour son age.

    Que les Français en prennent de la graine.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :