Ils ont des yeux et ne voient point.

14 Juin

 » C’est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils n’entendent ni ne comprennent. » (Matthieu 13, 13)

C’est ce qui ressort des analyses portant sur les résultats des dernières élections européennes du 26 mai et dont nous avons déjà fait les commentaires suivants :

1/ « France, la fracture territoriale s’aggrave » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/06/04/france-la-fracture-territoriale-saggrave/

2/ « La fracture territoriale en France (suite) » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/06/05/la-fracture-territoriale-en-france-suite/

Car cette fracture territoriale explique en grande partie la constante dégringolade électorale de la droite parlementaire depuis la tragique OPA d’Emmanuel Macron et de son parti attrape-tout, La République en Marche, en 2017. Plusieurs reportages parus dans la presse ces jours-ci nous en font la  démonstration.

Saint-Germain-en-Laye

Ainsi, à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), une commune bourgeoise de 40 000 habitants, à 20 km à l’ouest de Paris (à deux pas de Versailles), dotée d’un magnifique château au riche passé et qui vit naître le futur Louis XIV (au point d’en témoigner dans ses armoiries municipales – mais qui l’a complètement oublié -). Aux élections européenne de mai dernier, comme aux législatives de 2017, le parti Les Républicains (LR),qui avait toujours régné sur la ville, a une nouvelle fois subi une lourde défaite (16,37%), au profit de La République en Marche (LRM, 39%).

« Une révolte ? Non, Sire, c’est une révolution« 

aurait pu répéter le duc de La Rochefoucauld-Liancourt !

Dimanche 9 juin, dans les allées du marché central, entre la poissonnerie et les fruits et légumes, l’actualité est sur toutes les lèvres. Le matin même, le maire de la ville, Arnaud Péricard, signait – avec 71 autres édiles – une tribune de soutien à Emmanuel Macron dans Le Journal du dimanche. Passant ainsi, avec armes et bagages, du côté des charlatans, des européistes militants et immigrationnistes mais assuré, de la sorte, de sa réélection lors des élections municipales de mars 2020…

Pietro Longhi, Le Charlatan (1757)

« Il a totalement raison, estime Gisèle, retraitée. Dans quelque temps, Les Républicains n’existeront plus, de toute façon. » Cette habitante de Saint-Germain, née à Saint-Germain, qui « a toujours voté à droite », a pour la première fois le 26 mai glissé un bulletin LRM dans l’urne. « C’était impossible pour moi de voter LR. Quand j’écoutais Wauquiez, j’avais l’impression d’entendre Le Pen », explique-t-elle. A l’évidence, Gisèle n’a connu que l’ouest parisien ! Car, combien de camps de migrants à Saint-Germain ? Combien de Sub-sahariens ou de Marocains mineurs non accompagnés dans les écoles de Saint-Germain y répandant leurs insultes et leurs violences contres les enseignants ? Combien de fois les petits-enfants de Gisèle, s’ils vivent dans le même environnement, ont-ils été confrontés à l’effondrement du niveau de leurs établissements scolaires grâce aux bienfaits de l’acculturation encouragée par Bruxelles et…l’Elysée ? Car Gisèle est une « anywhere« . Elle voit le monde de nulle part, n’étant jamais dérangée dans ses certitudes. Et elle croit aux paroles cauteleuses du premier chien coiffé qui remporte une élection présidentielle…

Non loin de là, Marc, assis en terrasse, est sur la même longueur d’onde que Gisèle. Aussi rempli d’illusions aujourd’hui qu’il le fut hier : « Ma droite à moi c’était celle de Chirac, de Juppé… et aujourd’hui cette droite c’est Macron qui l’incarne », constate ce chef d’entreprise issu de la classe moyenne, qui réfléchit aujourd’hui à prendre sa carte à LRM.

 » Père, pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font «  (Luc, 23, 34)

Face au château de Saint-Germain, d’autres habitants échangent. Ici encore, on parle de la tribune cosignée par le maire. Mais celle-ci fait débat. « C’est trop facile de soutenir Macron aujourd’hui, peste Jean-Paul, père de deux enfants, c’est à cause d’opportunistes comme ça que Les Républicains sont en miettes aujourd’hui. »

« Pour ces européennes, on a mené un vrai travail de terrain. On a été présent, toutes les semaines sur le marché et à travers différentes associations », avance Olivier Bassine, animateur local de LRM, pour justifier les 39 % obtenus par la liste Renaissance, loin devant celle des Républicains. Un score qu’il explique également par l’esprit profondément européen de la ville. « C’est évident que la stratégie de Laurent Wauquiez qui consistait à se rapprocher des thèses du Rassemblement national, ça ne pouvait pas marcher ici », affirme l’ancien écolo avant de conclure, sourire aux lèvres : « En gros, pour nous, tout baigne. » Pour combien de temps encore ?

A l’inverse, chez Les Républicains, devenus minoritaires, l’ambiance est tout autre. Si le résultat des européennes n’est pas forcément une surprise, on ne s’attendait pas à un score aussi faible. « Ça a été le même désastre qu’aux législatives », regrette Jacques Smith, délégué-jeune du comité LR local. « Le choc a été terrible », ajoute un militant de 21 ans, qui se demande aujourd’hui ce qui pourrait le pousser à voter aux prochaines élections.

Au sein de ce parti en crise, on analyse de plusieurs façons la déconvenue de ce dernier scrutin. Pour certains, celle-ci s’explique d’abord par la recomposition politique engendrée par l’élection d’Emmanuel Macron en 2017 et le nouveau clivage entre progressistes et nationalistes qui en a découlé.

D’autres n’hésitent pas à incriminer directement leur famille politique : « Il y a aujourd’hui une image d’insincérité qui colle au parti. Je suis sûr que François-Xavier Bellamy [tête de liste LR aux européennes] aurait fait un meilleur score sans la bannière LR », ose même un militant. Ce qui n’est pas faux…

Mais il n’y a pas que l’ouest parisien. Car, on retrouve par exemple une situation analogue dans les « beaux quartiers » de la métropole lilloise. Une riche zone urbaine, tout aussi caractéristique de la fracture territoriale dont nous parlions.

Longtemps surnommé le triangle d’or « BMW » de la métropole lilloise, les communes de Bondues, Marcq-en-Barœul et Wasquehal sont-elles en pleine mutation ? Souvent en tête des palmarès des villes où il fait bon vivre dans le Nord, les riches voisines de Lille étaient jusqu’à présent des fiefs historiques de la droite. Mais au soir du 26 mai, ces bastions jugés imprenables ont échappé au candidat Les Républicains (LR) François-Xavier Bellamy, qui y a réalisé de mauvaises performances, a profit de La République en Marche (LRM).

A Bondues par exemple, charmante bourgade de 10 000 habitants classée par l’Insee 235e sur 32 947 communes françaises pour son niveau de vie médian par habitant (31 471 euros), les élections se suivent et se ressemblent. Terre du RPR, de l’UMP puis de LR, Bondues avait voté massivement pour Nicolas Sarkozy (81,21 %) en 2012, face à François Hollande.

Les Bonduois ont également voté à 54,6 % pour François Fillon à la présidentielle de 2017. Mais deux ans plus tard, LR n’arrive qu’en deuxième position aux européennes, plus de 21 points derrière la liste de Nathalie Loiseau, qui décroche 42,5 % des suffrages. « C’est un phénomène qu’on a vu sur toute la France avec plus ou moins d’amplitude en fonction des électeurs, analyse le député Sébastien Huyghe, patron de la fédération LR du Nord. Un certain nombre de nos électeurs ont voté LRM ou écolo. »

Les électeurs bonduois avaient déjà amorcé ce pas de côté vers En marche ! aux législatives de 2017. Pour le député LR, le discours d’Emmanuel Macron dans les quinze derniers jours de la campagne européenne sur le thème «  moi ou le chaos de l’extrême droite » a incité des électeurs LR à voter LRM. Par ailleurs, Sébastien Huyghe a recueilli des confidences d’électeurs lui disant « aimer Bellamy mais pas Wauquiez ».

Les habitants de la commune voisine ont eux aussi été séduits par la liste Renaissance: à Marcq-en-Barœul, LRM arrive en tête avec 35,7 % des voix. En 2017, le maire de Marcq-en-Barœul avait perdu son siège de député de la 9e circonscription face à la candidate En marche ! Valérie Petit, nouveau visage dans la vie politique. Deux ans après, le 26 mai, la liste LR n’est arrivée que troisième à Marcq (14,4 %), derrière EELV (15,6 %). 

Qu’en sera-t-il pour les municipales ? En 2014, d’importantes communes des Hauts-de-France, comme Tourcoing ou Roubaix, avaient basculé à droite. A la région, dans l’entourage de Xavier Bertrand, on prédit que, même si les européennes ne peuvent pas être transposées aux municipales, il va y avoir une prime au dégagisme, sauf pour les maires qui auront un bon bilan. « Toute la classe politique a perdu son sang-froid et son esprit d’analyse, dit-on à la région des Hauts-de-France. Les bastions, ça n’existe plus. Les électeurs veulent des résultats et du renouvellement, et Macron a compris cela. »

Pour le patron LR du Nord, Sébastien Huyghe, qui rêve toujours du retour de Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron a « en effet rebattu les cartes ». Mais « le jeu politique est secoué comme dans une boule de neige, poursuit-il : les gens sont déboussolés, mais à un moment, ils auront besoin de retrouver des référentiels de valeurs, donc la gauche et la droite voudront à nouveau dire quelque chose. »

En réalité, tant que les migrants qui ont envahi le Pas-de-Calais ne sortiront pas de Calais ou de Grande-Synthe et ne déborderont pas, plus au nord, sur les beaux quartiers de la métropole lilloise, tous ces braves gens ignoreront jusqu’à leur existence. Aveuglés qu’ils sont par Jupiter et ses complices qui leur cachent la mécanique bien huilée du « Grand Remplacement« , mis en oeuvre à Bruxelles et sournoisement organisé à Paris.

Comme nous l’avons déjà affirmé : quand les yeux s’ouvriront ce sera trop tard et ils ne leur serviront plus qu’à pleurer.

Le 14 juin 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :