Avec Manuel Valls, on est bien peu de chose. Sauf si…

25 Juin

Olivia Grégoire (40 ans), députée LREM de la 12e circonscription de Paris, porte-parole du groupe à l’Assemblée, devint la compagne de Manuel Valls quelques mois avant que celui-ci se sépare définitivement de son épouse, la violoniste Anne Gravoin, en avril 2018, et avant donc son grand saut dans l’inconnu du monde politique catalan…

Elève au lycée Sainte-Marie de Neuilly (une référence à droite) puis diplômée de Sciences-Po (où elle fut condisciple d’Emmanuel Macron) et de l’Université Paris X, Olivia Grégoire fut d’abord très liée à l’UMP (devenue LR) avant de se laisser séduire par…le parti d’Emmanuel Macron, LREM. Mais Olivia Grégoire a surtout soif d’être connue, plus connue, mieux connue et ne s’en cache pas.

C’est probablement la raison pour laquelle elle a accepté de se confier, dans un entretien donné à l’hebdomadaire L’Express en août 2018 et d’y faire quelques confidences sur son nouveau couple (https://www.lexpress.fr/actualite/politique/olivia-gregoire-elue-emue-femme-de_2027274.html). Ne vous privez pas de le lire, vous y apprendrez bien des choses…sur Emmanuel Macron et son gouvernement ! Mais pas que.

Olivia Grégoire a surtout un grand appétit de vie qu’un de ses collègues confirme : « Olivia, sous des dehors de grande gueule, c’est une écorchée vive. Elle a besoin que tout le monde l’aime. » Elle va en avoir besoin.

L’an dernier, elle a perdu sa mère. Juste après l’enterrement, l’hebdomadaire VSD a publié des photos la montrant main dans la main pendant la cérémonie avec Manuel Valls, l’ancien Premier ministre socialiste, son nouveau compagnon. « A tous ceux qui m’appelaient pour me dire : « C’est fou ! » je répondais : ‘Le décès de maman, aussi brutal que soudain ? Oui, c’est fou.’« 

Mais elle a attaqué les journaux qui ont parlé de leur histoire. « J’attaquerai chaque fois« , assure-t-elle. Elle veut « rester authentique, même si, en politique, il ne faut pas montrer qu’on est faible. Moi, le matin, je pense d’abord à être heureuse, avant de réfléchir à quoi que ce soit d’autre« . En l’occurrence, son bonheur, au moment de son entretien avec le journaliste de L’Express, c’était une citation de Cioran qu’elle aime particulièrement. Elle précise qu’elle est extraite « de la page 83 du tome II du Bréviaire des vaincus, aux éditions de l’Herne, celui avec une couverture bleue« . Elle dit : « Ceux qui retombent toujours sur leurs pieds sont des déserteurs de l’absolu.« 
Pauvre Olivia Grégoire. À peine L’Express avait-il publié son article (le 13 août) que, Patatras ! , nous apprenions, le même jour, que le beau Manuel venait se cacher dans l’île de Minorque pour filer un nouvel amour avec Susana Gallardo, une riche, très riche, très très riche héritière catalane…(https://www.menorca.info/menorca/vivir-menorca/2018/08/13/636455/verano-manuel-valls-susana-gallardo.html).
Sur l’île de Minorque : Manuel Valls, Susana Gallardo et le général luis Alejandre Sintès
Il est vrai qu’en prévision des élections municipales espagnoles du printemps 2019, Manuel Valls avait besoin d’une importante ligne de crédit afin de pouvoir financer sa campagne pour se présenter à Barcelone. Cette romance lui permettait…de joindre l’utile à l’agréable.
Mais il ne rencontra pas en Catalogne le succès politique escompté et il finit quatrième, loin derrière les indépendantistes et les gauchistes locaux. Soutenu pourtant par les centristes de Ciudadanos (avec qui il s’est depuis fâché), il finit par se rallier à la maire sortante, Ada Colau (gauche radicale), pour éviter l’élection d’un maire indépendantiste. Car, entre la peste et le choléra…Il choisit sa nouvelle et milliardaire dulcinée qui ne voulait à aucun prix entendre parler de l’indépendance de la Catalogne ! Sage précaution pour l’avenir.
Et, désormais, la cause est entendue. Manuel Valls et Susana Gallardo vont profiter de l’été pour convoler en juste noce…à Minorque, une fois encore. Les épousailles sont prévues, à Mahon, le samedi 14 septembre prochain.
Les heureux fiancés

Pauvre Olivia Grégoire…Nous l’aimons bien, au fond. Jeune, dynamique, bosseuse. Mais, hélas, pas assez fortunée.

Le 25 juin 2019.
Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

3 Réponses to “Avec Manuel Valls, on est bien peu de chose. Sauf si…”

  1. Paul-Emic juin 25, 2019 à 8:50 #

    Sur les traces de Bel-Ami

    • conseilesperanceduroi juin 25, 2019 à 10:34 #

      Bien vu, cher ami !

      • Paul-Emic juin 25, 2019 à 11:05 #

        J’aurais même dû écrire « on le disait ami du genre humain, il n’était que Bel-Ami »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :