Le CER est une référence dans le domaine de l’héraldique…aussi !

27 Juin

Souvenez-vous. C’était il ya à peine plus de deux ans, le 29 mai 2017. Nous relations le  remariage du prince Michel d’Orléans, comte d’Evreux, avec la baronne Barbara de Posch-Pastor (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/05/29/lheraldique-est-une-science-exacte-qui-ne-souffre-pas-lamateurisme/).

Pour l’occasion, le prince d’Arenberg avait commandé un armorial orné des blasons des invités qui avant le dîner signèrent tous sous leurs armes respectives .

Ces peintures réalisées à tempera par Hyacinthe de Keranrouë comportaient les grandes armes du nouveau couple princier, présentées pour la première fois.

A côté des armoiries du prince Michel d’Orléans, sous la couronne de prince du sang et posées sur le manteau princier aux armes d’Evreux, se tenaient celles de sa nouvelle épouse combinant les armes écartelées de son grand-père paternel Erich, Edler von Posch, 1886+1965 : (Coupé: au 1, parti: a. de sable à un griffon d’or, tenant dans ses pattes un sapin arraché de sinople; b. parti d’argent et de gueules, à un homme, habillé de l’un en l’autre, posé sur un tertre de sinople et tenant un bâton de commandement d’or en pal; au 2, fascé d’argent et de gueules.) et de sa grand-mère paternelle Marie Pia von Pastor, Freifrau von Camperfelden,née en 1892 : (Coupé: au 1, d’or à l’aigle éployée de sable, becquée et languée de gueules; au 2, de gueules au trèfle de sinople).

Mais nous relevions alors une erreur introduite sous le pinceau de l’artiste héraldiste. Voulant représenter les armes des seuls grands-parents paternels de la mariée (sans mention du côté maternel) l’artiste choisit de réaliser un écu écartelé dans lequel, si le fascé d’argent et de gueules du premier quartier était bien respecté, il devenait, au quatrième quartier : d’argent à trois fasces de gueules. En effet, la pointe de l’écu avait joué un mauvais tour à l’artiste qui avait sans doute reculé devant la surface de gueules (rouge) de la dernière fasce. Pour conserver un contraste avec le champ de gueules du troisième quartier, il créa…de fausses armes von Posch.

Car un fascé d’argent et de gueules de six pièces n’est pas un écu d’argent à trois fasces de gueules : la fasce est une «  pièce honorable » posée sur le champ de l’écu (seule ou en nombre), le fascé est une « partition » ou assemblage d’une même pièce, en nombre nécessairement pair. Ce n’est en aucun cas la même chose…

Rappelons d’ailleurs ici que les armoiries sont associée à la personne au même titre que le patronyme. Modifier un blason revient donc à modifier l’identité de son possesseur !

Mais les remarques (lorsqu’elles sont irréfutables) font leur chemin et finissent, tôt ou tard, par porter leurs fruits. La preuve nous en a été donnée par la consultation récente du site internet de l’artiste héraldiste en question (https://dazuretdor.wordpress.com/2018/10/24/armorial-pour-un-mariage-princier/) et d’y découvrir la correction discrète des fameuses armoiries :

Nous ne pouvons que nous réjouir d’avoir été entendus. Mais dommage pour les invités du prince Michel d’Orléans et de son épouse qui conserveront, eux, la version fautive de leur armorial !

Le 27 juin 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :