Carola Rackete va enfin croupir dans les geôles italiennes.

1 Juil

La « capitaine » du navire négrier de l’ONG allemande Sea-Watch a forcé l’entrée du port de Lampedusa (Italie), dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29 juin, et a accosté avec son chargement de 42 migrants sub-sahariens, après dix-sept jours d’errance en Méditerranée.

Le procureur d’Agrigente a qualifié son geste de « violence inadmissible », et placé la capitaine du navire humanitaire aux arrêts domiciliaires (un contrôle judiciaire sous forme d’assignation à résidence), avant le lancement d’une procédure de flagrant délit. De son côté, le ministre italien de l’intérieur, Matteo Salvini, n’a pas hésité à qualifier la manoeuvre d’ « acte criminel, un acte de guerre ».

Accueillie sur le quai par une vingtaine de policiers mais aussi par les insultes de militants de la Ligue, hurlant « les menottes ! », elle est restée impassible avant de s’engouffrer dans une voiture de police.

Carola Rackete est escortée par les policiers italiens hors du navire pour être interrogée à Lampedusa, le 29 juin.

Carola Rackete après son arrestation

Carola Rackete participe à des opérations de traite négrière en Méditerranée centrale depuis mai 2016. Elle a suivi la façon dont les ONG sont passées du statut de partenaires – des navires militaires européens – à celui d’indésirables, à mesure que l’évidence de leur collusion avec les passeurs libyens apparaissait et que la responsabilité des secours en mer était transférée par l’Union européenne aux garde-côtes libyens.

Il est à signaler par ailleurs que cette pasionaria de l’immigrationnisme n’en était pas à son premier mauvais coup. Elle a en effet oeuvré aussi pour l’éphémère ONG française Pilotes volontaires, dont le petit aéronef, le Colibri, réalisa pendant quelques mois en 2018 des « opérations de recherche de canots de migrants en détresse au large de la Libye. » (Lire notre article sur le sujet intitulé « Les immigrationnistes ne savent plus quoi inventer » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2018/05/02/les-immigrationnistes-ne-savent-plus-quoi-inventer/).

Le Colibri

Heureusement, et comme nous l’avions prévu, leur aéronef fut rapidement la cible des gardes-côtes libyens, ce qui les dissuada de poursuivre leur très médiatique opération de communication (https://www.lemonde.fr/societe/portfolio/2018/10/06/reportage-a-bord-du-colibri-au-large-de-la-libye-a-la-recherche-d-embarcations-en-detresse_5365668_3224.html).

Mais Carola Rackete faisait part récemment de son envie de se réorienter vers des projets liés à la protection de l’environnement, ce qui correspond davantage à son parcours. Avant de remonter à bord du Sea-Watch 3, en juin, elle avait d’ailleurs été volontaire pour l’association française Ligue de protection des oiseaux (LPO) et entamé une recherche sur la préservation de la nature dans des régions « post-soviétiques et polaires ». Une excellente idée que nous soutiendrons pleinement….

Mais pas avant qu’elle ait purgé sa peine d’esclavagiste et payé sa lourde amende à l’Etat italien !

Le 1er juillet 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :