Encore un accord commercial nuisible pour nos paysans.

1 Juil
Car, voici ce qu’ont entériné dans l’allégresse nos chefs d’Etats et de gouvernements, dans le cadre du G20 réuni à Tokyo. « Un moment historique« , s’émerveillait le Président de la Commission de Bruxelles, l’ineffable Jean-Claude Juncker…

Les agriculteurs européens considèrent qu’ils sont les grands sacrifiés de cet accord (au profit des industriels allemands et qu’ils devront faire face à une concurrence déloyale. Principal syndicat agricole dans l’UE, la Copa Cogeca fustige « une politique commerciale à deux poids et deux mesures », qui élargit « le fossé entre ce qui est demandé aux agriculteurs européens et ce qui est toléré des producteurs du Mercosur », dont les normes sanitaires et environnementales ne sont pas les mêmes qu’en Europe.

Christiane Lambert, patronne de la FNSEA, le premier syndicat français, dénonce « un coup dur pour l’agriculture » et « un mensonge, une tromperie »pour les consommateurs, affirmant que « 74% des produits phytosanitaires utilisés au Brésil sont interdits en Europe« .

Les Jeunes agriculteurs lui ont emboîté le pas. Le vice-président du syndicat Baptiste Gatouillat dénonce « une concurrence déloyale » qui va amener des produits « avec un coût de main d’œuvre bien moindre et avec une fiscalité avantageuse ». Déjà touchés par la guerre des prix dans la distribution, les 85 000 éleveurs français de vaches allaitantes sont particulièrement inquiets des tonnes de viande bovine latino-américaine bientôt exemptées de droits de douane.

Le mécontentement ne s’exprime pas qu’en France. « Alerte sur la sécurité à table », clame aussi la Coldiretti, principale organisation d’agriculteurs en Italie, qui évoque « de graves risques alimentaires » dans certains pays du Mercosur. En Allemagne, le patron du Deutscher Bauernverband, premier syndicat agricole du pays, juge que cet « accord totalement déséquilibré » mettra en péril « beaucoup d’exploitations agricoles familiales ». Même colère de la part du ministre de l’Agriculture irlandais, Michael Creed, qui se dit « très déçu » de l' »important contingent tarifaire » sur le bœuf, à un moment où le secteur « est confronté à une grande incertitude ». 

Les agriculteurs ne sont pas les seuls inquiets. Globalement, élus et associations écologistes voient dans cet accord une attaque contre l’environnement et les droits humains, notamment de la part du Brésil, un des plus gros pays du Mercosur. Avant même la signature de l’accord, Greenpeace dénonçait les effets du texte sur la déforestation au Brésil. Dans une lettre ouverte datée du 21 juin et signée par 340 ONG européennes et sud-américaines, l’association écologiste dénonçait la politique menée par le président Bolsonaro, qui ouvre « la voie à ce que de puissantes entreprises agroalimentaires de bétail et de soja accélèrent leur progression au cœur de l’Amazonie, la plus grande forêt tropicale mondiale, et au cœur du Cerrado, la savane la plus riche en biodiversité de la planète ». Elle appelait l’Union européenne, en tant que« deuxième partenaire commercial du Brésil », à « user de son influence pour soutenir la société civile, les droits humains et l’environnement ».

Et pourtant…Emmanuel Macron a accepté tout cela sans broncher. 

https://actu.orange.fr/france/videos/libre-echange-a-peine-conclu-l-accord-ue-mercosur-deja-conteste-CNT000001gRAms.html

Heureusement, pour entrer en vigueur, le texte devra être ratifié par chaque Etat de l’Union européenne. Dans ce contexte tendu et avec la vague souverainiste dans de nombreux pays européens, l’approbation du compromis par les 28 Etats membres, puis par le Parlement européen, semble encore très incertaine. 

Nous aurons à faire le siège de nos élus pour que cette entreprise malfaisante échoue. Il faudra donc sur le métier remettre notre ouvrage mais vous pouvez compter sur le CER pour cela.*

Le 1er juillet 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* Nous dénoncerons tous les députés et sénateurs qui pourraient souscrire à cette forfaiture.

2 Réponses to “Encore un accord commercial nuisible pour nos paysans.”

  1. Paul-Emic juillet 1, 2019 à 4:10 #

    tout cela est typique de la schizophrénie ambiante. On impose des normes draconiennes aux Européens et particulièrement aux Français pour ensuite importer de la merde ultramarine.
    Mais personne ne bouge donc tout va bien. Crevons le gueule ouverte.

  2. Reconquista+ juillet 5, 2019 à 1:57 #

    Les Européens ont détruit leurs forêts, l’UE ne protège pas les Européens de ses envahisseurs et veulent nous donner des leçons.
    Les paysans sont l’âme vivante de leur pays. Je vous souhaite de continuer à manger vos foies gras, vos fromages, vos pains, vos vins, votre gastronomie unique.
    Votre terroir est un véritable ‘patrimoine mondial’ à préserver!
    Nous avons beaucoup de problèmes environnementaux, mais nous sommes déjà saturés de toutes ces ingérences étrangères dans notre souveraineté nationale …
    Le sujet est long et complexe … ce serait un très long commentaire …
    Du Brésil, nous nous en occupons!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :