Emmanuel Macron profite des vacances pour forcer la main des Français.

16 Juil

Il y a déjà deux ans, nous dénoncions la folie du traité de libre échange entre l’Union européenne et le Canada, appelé communément CETA, et qui, pour nous n’était qu’un marché de dupes (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/09/22/ceta-un-marche-de-dupes/) dont nous ne sortirions qu’affaiblis.

Et voici que le gouvernement d’Emmanuel Macron profite de la chaleur de l’été et des vacances des Français pour mettre à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale l’examen de ce traité en vue de sa prochaine ratification…

Celle-ci examinera en effet demain, mercredi 17 juillet, le projet de loi de ratification du CETA. Cette date a été fixée lors de la conférence des présidents de l’Assemblée, qui réunit notamment autour de Richard Ferrand (LREM) les présidents des groupes politiques et le ministre des Relations avec le Parlement Marc Fesneau (MoDem).

Le chef de l’Etat Emmanuel Macron avait annoncé début juin ce prochain examen, en présence du Premier ministre canadien Justin Trudeau. Il avait alors jugé « positif » le bilan de la mise en oeuvre provisoire de cet accord commercial. En réalité, il ne faisait qu’exprimer dans ses propos la volonté du grand patronat et du lobby consumériste.

Le CETA, signé en octobre 2016 entre l’UE et le Canada et approuvé en février 2017 par le Parlement européen, doit être ratifié par chaque Parlement des 28 pays de l’UE pour être valide. Ce traité suscite de vives polémiques dans plusieurs pays de l’UE où ses adversaires mettent notamment en garde contre des risques sanitaires et environnementaux. Des arguments que nous avons précisés à de nombreuses reprises à propos du CETA comme des autres traités de libre échange imposés par l’UE et qui nous ont amenés à désigner ladite UE comme une « association de malfaiteurs » et même, pour certains des aspects de sa tyrannie, d’ « entreprise criminelle« .

Si la motion est votée à l’Assemblée, le Sénat devra aussi examiner le projet de loi de ratification du CETA, à une date non encore fixée.

Le CER veillera à identifier tous les parlementaires qui se seront illustrés par un vote favorable afin de leur faire connaître notre colère et notre engagement à oeuvrer avec vigueur contre leur réélection future.

Le 16 juillet 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :