Nouveau Billet d’Argolide (8).

16 Juil

Blason des seigneurs d’Argolide de la maison de Brienne

Vous ne saviez sans doute pas, tant nos médias officiels s’efforcent de capter votre attention avec les noyades de malheureux esclaves au large de la Libye ou avec la fermeté du ministre italien de l’intérieur, Matteo Salvini, qui refuse l’accueil des bateaux négriers. Mais, depuis le début de l’année 2019, plus de 12 000 migrants sont arrivés depuis la Turquie sur les îles du nord de la mer Egée, selon le Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU. Prouvant, s’il en était besoin, que le petit arrangement conclu en 2015-2016 par l’UE, sous les auspices d’Angela Merkel et Recep Tayyip Erdogan (Lire « Des discussions de marchands de tapis » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/03/09/bulletin-climatique-quotidien-9-mars-2016-de-la-republique-francaise/), ne fonctionne que très imparfaitement.

Avec le nouveau gouvernement conservateur grec, le ministère de l’Immigration a disparu et se voit désormais intégré au ministère de la Protection du citoyen. Le secrétaire d’Etat chargé de la politique migratoire, Giorgos Koumoutsakos, s’est rendu vendredi 12 juillet sur l’île de Samos, un des principaux hotspots en Grèce où les migrants doivent souvent attendre des mois avant que leurs demandes d’asile soient examinées.

«La situation est intenable», a déclaré vendredi le secrétaire d’Etat. «Nous devons distinguer ceux qui ont un profil de réfugiés et qui peuvent prétendre obtenir l’asile et ceux qui sont entrés illégalement dans le pays. Les premiers ont le droit de rester, les autres doivent quitter le pays le plus vite possible», a-t-il poursuivi.

Mais les associations immigrationnistes (il y en a en Grèce comme chez nous) s’inquiètent de la politique migratoire que pourrait appliquer le nouveau gouvernement et dont voici un exemple : une mesure prise la semaine dernière par le ministre du travail et des affaires sociales, Nikos Vroutsis, annulant un décret permettant d’obtenir facilement un numéro de sécurité sociale, suscite évidemment leurs critique alors qu’elle est piquée au coin du bon sens !

«C’est une mesure raciste», ose dénoncer le mouvement antiraciste KEERFA avec les habituels arguments des immigrationnistes :  «des personnes pauvres, des femmes, des enfants réfugiés, des handicapés seront limités pour avoir accès aux hôpitaux, aux écoles, et à tous les services publics» !!! Et appelle le gouvernement à revenir sur cette décision. 

Pour ces gens-là, la Grèce comme la France et même d’autres pays, se doivent d’accueillir toute la misère du monde. Ce qui est absolument impossible.

Que chacun reste chez soi et les moutons seront bien gardés.

Le 16 juillet 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :