Calais, c’est fini ? Pas le moins du monde.

25 Juil

La « jungle » (bidonville) de Calais a beau avoir été démantelée à grands renforts de fifres et de tambourins…virtuels (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/10/24/bulletin-climatique-quotidien-24-octobre-2016-de-la-republique-francaise/), en octobre 2016, ce que nous avions annoncé n’a évidemment cessé de se produire : le retour des migrants sur l’ensemble de la Côte d’Opale et, bien sûr, les trafics négriers qui lui sont systématiquement associés ! En résumé, de François Hollande à Emmanuel Macron, plus ça change et plus c’est la même chose.

Ainsi, chaque année depuis trois ans, la police procède à environ 25 000 « découvertes » de migrants aux abords du tunnel ou sur le port de Calais (Pas-de-Calais).

Voici quelques exemples des plus récents. Jugé en comparution immédiate, le 19 juillet, devant la chambre correctionnelle de Boulogne-sur-Mer, Faroz A., un Afghan pris en flagrant-délit de transport de migrant dans son véhicule, nie ce qui s’impose comme une évidence dans l’esprit du tribunal. « Je ne savais pas, j’ignorais tout », répète inlassablement cet homme de 27 ans, résidant à Londres. La présidente, Josette Philippe, lui fait remarquer qu’il a déjà changé de version et, surtout, qu’un numéro a été retrouvé dans son répertoire téléphonique, qui est aussi inscrit sur un papier détenu par l’Albanais transporté, que son arrêt à l’aube sur le parking d’un McDonald’s de Dunkerque, d’où l’Albanais a grimpé dans la Polo, ne peut pas être fortuit, que son déplacement en France de quelques jours, sans bagage, étonne, de même que le fait qu’il ait utilisé un nom d’emprunt pour louer la voiture ou encore qu’un récépissé de dépôt de 1 500 livres sterling (1 670 euros) ait été retrouvé dans l’habitacle…

Tout converge pour accabler le trafiquant. Il sera condamné à huit mois de prison ferme pour aide à l’entrée ou au séjour irréguliers d’un étranger sans titre, ainsi qu’à trois ans d’interdiction du territoire français, avec la circonstance aggravante que la personne a voyagé dans des conditions incompatibles avec la dignité humaine.

Deux jours avant, à une autre audience de comparutions immédiates, Emmad M. était condamné à six mois de prison ferme et deux ans d’interdiction de territoire français pour avoir transporté, dans une caravane, une femme et son enfant de 5 ans et un homme caché dans une banquette. Tous étaient des Kurdes irakiens. « Ce n’est pas moi », assure Emmad M., après avoir avoué en garde à vue. Les personnes transportées l’ont désigné comme complice et l’homme parmi elles a expliqué qu’il devait payer 9 000 livres (10 000 euros) s’il atteignait l’Angleterre.

« C’est devenu un contentieux de masse et les dossiers se ressemblent beaucoup », note l’avocat d’un des prévenus, Stéphane Babonneau, qui a l’habitude de plaider ces affaires. A Boulogne-sur-Mer, il y en aurait à toutes les audiences de comparutions immédiates. Et de plus en plus. « 326 personnes ont été condamnées en 2017, puis 460 en 2018 et 382 depuis le début de l’année », résume Camille Gourlin, substitut du procureur en charge de ce contentieux à Boulogne-sur-Mer. L’écrasante majorité des personnes jugées sont des « passeurs d’opportunité », des petites mains du trafic. « Ce sont souvent des personnes originaires des pays de l’Est, chauffeurs routiers ou particuliers, dans des situations financières ou familiales difficiles et qui sont approchées par des réseaux », observe la parquetière

Mais ce n’est pas tout car, en début d’année, une affaire impliquant des ressortissants français a été jugée. Des « Chances pour la France » de la banlieue nord de Paris louaient des voitures et dissimulaient dans les coffres des Indiens. « Des convoyeurs les amenaient sur des parkings de la région ou en Belgique et le chauffeur venu d’Ile-de-France s’arrêtait pour charger les migrants », détaille Mme Gourlin. Résultat : pas moins de trente-sept chauffeurs ont été condamnés ainsi que cinq organisateurs du réseau. Un nouveau type de trafic ajouté (après les stupéfiants et les armes de guerre) à la panoplie des compétences de ces racailles de banlieue d’origine maghrébine pour la plupart.

Cette activité judiciaire croissante résulte d’un renforcement important des services de police depuis 2015. Pas loin d’une trentaine d’enquêtes préliminaires sont actives au sein du TGI de Boulogne-sur-Mer. « On enquête beaucoup sur des réseaux roumains ou albano-roumains avec, parfois, des sociétés de transport routier impliquées », confie Mme Gourlin.

Mais, « A l’augmentation des moyens pour répondre à ce phénomène, il y a eu en face une structuration des réseaux pour mieux cacher les gens », croit comprendre Stéphane Babonneau. Ainsi que le communique la préfecture du Pas-de-Calais, 60 % des montées dans les poids lourds en 2018 ont été enregistrées en Belgique.« Le Calaisis est très muré et très surveillé. Les migrants qui échouent dans le Calaisis sont ceux qui n’ont pas les moyens de payer un passeur », analyse un magistrat. Les modes opératoires se sont aussi diversifiés, ce qui a contribué au développement des traversées de la Manche dans des petites embarcations. A l’origine, des migrants s’organisaient eux-mêmes. Désormais, les Kurdes irakiens auraient mis la main sur ce business.

Je vous mettrais tout ce petit monde dans des bateaux et des charters à destination de leurs pays d’origine…Et ça ne traînerait pas.

Le 24 juillet 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons

Une Réponse to “Calais, c’est fini ? Pas le moins du monde.”

  1. Hervé J. VOLTO juillet 25, 2019 à 12:25 #

    En résumé, de François Hollande à Emmanuel Macron, plus ça change et plus c’est la même chose, surtot en ce qui concerne les problèmes d’immigratuion et de délinquance. C’est comme au 14 Juillet : on nous présenté Franky Zapata, l’inventeur du flyboard,

    un engin qui a des applications militaires -très utile pour intervenir en banlieie !- et don Emmanuel Maron avait dit d’en avoir commendé pour les forces spéciales Françaises
    https://information.tv5monde.com/video/flyboard-air-un-homme-volant-au-defile-du-14-juillet

    Dans les yeux de Franky Zapta, l’homme volant

    Après que ce dernier ai échoué à trvaerser la Manche

    La loi veut l’interdire de vol en France !

    Hallucinant ! C’est toujours la même histoire !

    Maintenant, il veut quitter la France et nos observateurs nous ont appris qu’il s’entraine en Floride avec des membres des forces spéciales américaines.

    Pourquoi macron laisse-t-il que le fleuron de notre industrie s’en aille aux UAS ? et pourquoi laisse-t-il la Jungle de calais se reformer ? Les eux choses sont liées

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :