Voilà ce qu’il arrive quand l’Etat baisse les bras.

30 Juil

Les faits se sont déroulés autour de 20 heures, sur la route départementale D11, qui traverse la commune d’Ollioules (Var), à l’ouest de Toulon. Les occupants d’une voiture ont tiré sur deux hommes, devant une station-service, avant de prendre la fuite. Des douilles différentes ont été trouvées par les forces de l’ordre sur le lieu de la fusillade. Les balles auraient été tirées par des armes automatiques. « Il y avait au moins deux armes, et au moins un fusil d’assaut, au vu des munitions retrouvées sur place », précise une source policière à l’AFP.

« Nous avons entendu comme un rideau de fer qu’on descend. C’était une rafale de mitraillette. Ça ici, c’est complètement fou. Des armes de guerre, c’est dingue », a commenté auprès de l’AFP Eric Martin, le patron de la station de lavage devant laquelle a eu lieu la fusillade.

Quant au maire d’Ollioules, Robert Bénéventi, il évoque un « règlement de comptes » ou « la volonté de reconquérir un réseau de trafic de drogues ». « Je suis maire depuis longtemps et je vois évoluer les choses. Ces jeunes qui sont tombés sous les balles sont connus très défavorablement des services de la police municipale. Et aujourd’hui, je supplie les parents et les familles de s’occuper de leurs enfants. Faire de la gratte ou de la surveillance c’est de la délinquance. Et puis un jour… on en arrive là. Il n’y a pas de petite délinquance » a ajouté l’élu avec une naïveté consternante.

Fréderic Piquel, secrétaire départemental du syndicat policier Alliance, s’est rendu sur place, dimanche soir. Pour cet enquêteur, la fusillade est due au fait que « le trafic s’exporte vers des endroits plus calmes, (où) les policiers sont moins nombreux«  que dans les cités de Toulon, La Seyne-sur-Mer ou Hyères.

Parmi les victimes, se trouvent deux « Chances pour la France » de 29 et 30 ans, connus entre autres pour des affaires de stupéfiants, selon l’AFP qui cite une source policière. L’un des deux hommes était connu pour ses liens avec les réseaux de drogue de Toulon et de La Seyne-sur-Mer. L’autre était le responsable des « points de deal » d’Ollioules. Tout simplement. Mais que font Emmanuel Macron et son ministre de l’intérieur, Christophe Castaner dit La Voix de son Maître, pour que ces ignominies cessent ?

R  I  E  N  !

La fusillade a également fait deux victimes collatérales : un couple de vacanciers qui circulaient à scooter. Selon les informations de France Bleu Provence, le couple possédait une résidence secondaire dans le Var, et avait l’habitude de passer ses vacances à proximité d’Ollioules. La femme, âgée de 57 ans, est morte des suites de ses blessures et son compagnon a été grièvement blessé. Le pronostic vital de cet homme de 57 ans, opéré lundi matin, n’est plus engagé, selon France Bleu Provence.

L’enquête sur cette fusillade a été confiée à la police judiciaire et le procureur de la République à Toulon donnera une conférence de presse, lundi à 14h30. « Tous les moyens sont mis en œuvre pour identifier et interpeller les auteurs de la fusillade », fut la seule réaction de Christophe Castaner, dans la nuit, sur Twitter!

Non, monsieur le ministre, la réponse ne peut plus être celle-là. La seule qui vaille désormais est celle que nous ne cessons d’énoncer dans les pages de notre blogue :

«  Voulez-vous que cette tragédie cesse ? C’est simple. Il suffit d’en avoir le courage et la volonté politique. Mais il faut aussi mettre en place les mesures qui s’imposent :

1/ la peine de mort…incompressible (!) pour tous les trafiquants,

2/ vider intégralement les banlieues de nos villes, hauts lieux de ces trafics, de tous les trafiquants et selon la méthode que nous avons déjà souvent indiquée. Il faut les nettoyer comme nos soldats savent nettoyer une kasbah :

1/ bloquer toutes les voies d’accès et de sortie par des barrage, comme en temps de guerre,

2/ y pénétrer par la force car il n’y a pas d’autre moyen,

3/ les vider de tous leurs trafics, rue par rue, immeuble par immeuble, cave par cave,

4/ mettre à terre toutes les « barres » et autres « tours » non seulement insupportablement laides mais qui en sont aussi les sanctuaires impénétrables,

5/ mettre aux fers tous les délinquants qu’on ne manquera pas d’y trouver ; le bagne et des camps de travail feront parfaitement l’affaire,

6/ renvoyer chez eux manu militari tous les illégaux et organiser (vraiment) la remigration du reste.« 

Christophe Castaner et sa belle inconnue, tendrement enlacés, samedi 9 mars 2019, au Noto, à Paris

Alors, au lieu de vous donner en spectacle dans des lieux de perdition, vous seriez plus avisé de vous occuper enfin de la sécurité des Français.

Le 30 juillet 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

2 Réponses to “Voilà ce qu’il arrive quand l’Etat baisse les bras.”

  1. Hervé J. VOLTO août 13, 2019 à 10:59 #

    Bravo ! Tout est dit.

    Cent pour cent d’accord avec cette analyse. Nous la reprendrons et la ferons connaitre…

  2. Hervé J. VOLTO août 13, 2019 à 11:40 #

    Cent pour cent d’acord avec ce diagnostic ! Tout est dit…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :