Comment le quotidien Le Monde désinforme les contribuables.

5 Août

Sous le titre alléchant suivant

Impôts

Coup de pouce fiscal pour 3 millions de foyers

le quotidien officiel de la République nous apprend que, depuis le 24 juillet, le fisc solde les réductions et crédits d’impôts AUXQUELS LES CONTRIBUABLES PEUVENT PRETENDRE AU TITRE DE L’ANNEE 2018 (emploi à domicile, garde des enfants ou investissements locatifs, par exemple). Autrement dit, Bercy nous rend tout simplement ce à quoi nous avons droit, NI PLUS NI MOINS.

Alors, en quoi est-ce un « coup de pouce fiscal » ? En rien, bien sûr.

En janvier, 6,2 millions de ménages sur les 13,3 millions concernés par les réductions et crédits d’impôt, toutes catégories confondues, avaient déjà reçu un acompte de 60 %.

Grâce aux déclarations de revenus remplies au printemps, le fisc a pu boucler les comptes. Il y aura donc des heureux (3 millions de foyers percevront ce qu’ils pouvaient espérer voire un peu plus) mais aussi des malheureux (1,7 million de foyers, en revanche, devront rembourser une partie du trop-perçu en janvier !). En d’autres termes, pas de quoi pavoiser et annoncer un prétendu « COUP DE POUCE FISCAL« . Cette présentation des choses n’est pas du journalisme, c’est de la désinformation voire même de la propagande.

Mais, en vérité dans cette affaire, c’est surtout le verre à moitié plein que le gouvernement veut montrer aux Français, considérant que le contexte fiscal est politiquement porteur. « On souhaite pouvoir enrayer le sentiment qu’ont beaucoup de Français d’être taxés chaque jour davantage », confie-t-on dans l’entourage du premier ministre, Edouard Philippe. Même si c’est la vérité.

« Les choses s’enchaînent de manière positive depuis quelques mois, ose même affirmer Cendra Motin, députée (La République en marche, LRM) de l’Isère. Les Français voient que nous ne faisons pas que des grands discours, mais que nous agissons et qu’ils en sont bénéficiaires. » Outre le versement de l’acompte de janvier, rappelle-t-elle, la revalorisation de la prime d’activité a été perceptible dès février. C’est 3 milliards d’euros de pouvoir d’achat en plus sur l’année. Idem pour l’exonération fiscale et sociale des heures supplémentaires. Les retraités ont également pu constater les effets du changement de pied d’Emmanuel Macron sur la contribution sociale généralisée (CSG). Sauf que ce changement de pied….est plafonné !

Après le solde des réductions et crédits d’impôt, cet été, une nouvelle tranche de taxe d’habitation sera supprimée pour 80 % des Français (Mais pas pour les 20% restant). En janvier 2020, c’est la baisse de 5 milliards d’euros de l’impôt sur le revenu, annoncée par le chef de l’Etat en avril, qui entrera en vigueur : 350 euros en moyenne pour douze millions de foyers (au titre de la première tranche) et 180 euros pour cinq millions de foyers (au titre de la deuxième). Mais toujours rien au-dessus, c’est-à-dire pour ceux qui ont été les plus taxés jusqu’alors.

Pourtant, les chiffres de la croissance de l’économie, communiqués, eux, le 30 juillet, ont montré qu’à ce stade, les mesures fiscales ne réussissent pas à entraîner la machine. Avec un + 0,2 % au deuxième trimestre, la hausse est en effet décevante pour le gouvernement, qui attend d’abord des bénéfices économiques des baisses d’impôt, « en encourageant la classe moyenne (ndcer: inférieure) qui bosse ».

D’ailleurs, la droite prédit « un mur budgétaire » à l’exécutif d’ici à la fin de l’année. Depuis la fin 2018, « la croissance ralentit, constate Julien Aubert, député (Les Républicains, LR) du Vaucluse. Or, les prévisions de recettes fiscales du gouvernement sont bâties sur une croissance plus forte ». Pour le reste, l’élu brocarde le procédé : « Envoyer un chèque aux Français pendant l’été, ça permet de soigner sa popularité avec l’argent du contribuable. »

Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l’IFOP, rejoint cependant l’élu LR : « La pression fiscale étant élevée, les gens considèrent la décrue comme normale ».

Mais « L’idée qui va vite s’installer, note M. Fourquet, c’est qu’on donne d’une main ce que l’on reprend de l’autre. » L’évolution des prix des carburants ou de l’électricité risque, une fois encore de brouiller le message. « Sauf baisse massive et rapide des prélèvements obligatoires, poursuit-il, les baisses sont diluées et il n’y a pas vraiment de bénéfice politique à en attendre. » M. Fourquet rappelle qu’à l’automne 2018, la baisse partielle de la taxe d’habitation avait été totalement absorbée par la hausse du carburant et du tabac. Il s’en était suivi…le mouvement des « Gilets jaunes » !

Le double langage habituel du gouvernement ne risque pas de clarifier la situation.* L’aide complaisante de la presse officielle s’avère donc nécessaire.

Le 5 août 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* Comme nous le montrions ici il y a trois jours :

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/08/02/comprenne-qui-pourra/

Une Réponse to “Comment le quotidien Le Monde désinforme les contribuables.”

  1. Hervé J. VOLTO août 5, 2019 à 9:32 #

    Plus que Jupiter, c’est Janus bi-face ! Et le double langage habituel du gouvernement ne risque pas de clarifier la situation.

    Mais qu’on se le dise : perte des repaires moraux, délocalisations, chomage, précarité, insécurité, lois liberticides et fiscalité confiscatoire : en ce début de XXI° siècle, ce n’est plus la faute à Marie-Antoinette !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :