Nos ennemis avancent masqués.

14 Août

Nés d’un mouvement aux États-Unis, les « sleeping giants » (géants endormis) forment un réseau de citoyens, cachés dans l’ombre, qui prétendent lutter contre la propagation de la haine sur internet. En réalité, ils n’ont qu’un objectif : mettre à mal voire…à mort les mouvements patriotiques qui s’opposent à leur vision mondialiste et cosmopolite de nos sociétés. Pour cela, ils s’attaquent aux porte-monnaies des sites dont ils prétendent qu’ils « propagent la haine » en oeuvrant pour assécher financièrement les sites en question. Voici quelques exemples de leurs logotypes :

Assécher financièrement les sites de désinformation, le combat sans relâche des "sleeping giants"

Vous ne serez pas étonnés d’apprendre que ces « sleeping giants«  sont nés aux États-Unis en réaction à….l’élection de Donald Trump. Peu après l’onde de choc de l’arrivée du pouvoir du magnat de l’immobilier, c’est l’influence de « Breitbart » qui les a rendus fous de rage. Ce média, qui a porté la candidature de Trump, soutient en effet le suprémacisme blanc. Un crime de lèse-majesté tiers-mondiste !

Un collectif de citoyens, voulant couper l’herbe sous le pied à la propagation de ces idées se constitue. Les « sleeping giants » sont nés. Ils s’attaquent au porte-monnaie de ce site, en interpellant sur les réseaux sociaux les annonceurs publicitaires.

Les « sleeping giants » leur forcent la main, photo à l’appui. À eux ensuite, de demander le retrait de leur publicité. Ce n’est pas, paraît-il, de l’appel au boycott, il n’y a pas de contrainte avouée pour l’annonceur. Mais l’information est donnée. A charge ensuite pour les adeptes et soutiens de ces lobbys antipatriotiques de menacer individuellement et anonymement lesdits annonceurs…Un système très au point et qui semble leur donner des résultats.

Ainsi, avons-nous appris qu’un groupe d’activistes « sleeping giants » français s’attaque actuellement à l’excellent site de nos amis de Boulevard Voltaire.

« C’est un engagement énorme. Ça prend beaucoup de temps. On fait ça en plus de notre travail. Il faut aussi beaucoup de résilience face à la violence des ripostes des sites d’extrême-droite », confie-t-elle sans dire combien il y a en France de géants endormis dans leur réseau.

En France, leur première victime est donc « Boulevard Voltaire« , cofondé par le maire de Béziers Robert Ménard. Aujourd’hui, prétend la section française des « sleeping giants« , près de 1 000 annonceurs ont choisi de ne plus faire figurer leur publicité sur « Boulevard Voltaire« . Jusqu’au jour où le site a été privé de publicité… avant de reprendre ses activités.

Les militants prétendument « anti fake news » (anti fausses infos) surveillent aussi des sites comme Breizatao. D’autres noms ne sont pas cités ouvertement, mais les « sleeping giants » s’intéressent aussi aux sites pseudo-scientifiques, anti-vaccins…Un large éventail donc.

Le collectif affirme ne recevoir aucun financement : « La seule chose qui nous coûte, c’est le temps consacré à cette activité qui nécessite sans cesse une mise à jour des données« . Mais cela reste à prouver car on a de bonnes raisons de penser que le grand capital ploutocrate et cosmopolite, qui souffre des actions menées par les patriotes de nos pays, ne voit pas d’un mauvais oeil l’activisme des « sleeping giants« ….

Il pourrait donc bien se montrer généreux en sous-main, comme avec les ONG immigrationnistes en Méditerranée !

Le 14 août 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :