La pire des migration-invasion: les mineurs non accompagnés.

20 Août

Parmi le millier de migrants qui devraient bientôt être évacués du gymnase communal de Grande-Synthe (Nord) et de ses alentours, environ quatre-vingts « mineurs non accompagnés » ont été comptabilisés par l’association spécialisée Refugee Youth Service.

Ces étrangers de moins de 18 ans, isolés et largués par leurs familles prolifiques mais impécunieuses sur les pistes caillouteuses d’Afrique, relèvent nous dit-on de la protection de l’enfance et d’une prise en charge par les services des départements. Mais ces derniers peinent à faire face à l’afflux de ces adolescents. Le nombre de personnes reconnues mineures non accompagnées est en effet passé de 8 054 en 2016 à 17 022 en 2018, d’après les données du ministère de la justice (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/12/06/ca-ne-leur-coute-pas-cher-mais-ca-peut-leur-rapporter-gros/).

En Gironde, la vice-présidente chargée de la protection de l’enfance, Emmanuelle Ajon, constate l’arrivée de nouveaux migrants, souvent de jeunes hommes venus d’Afrique subsaharienne. Elle est, dit-elle, en « perpétuelle recherche de places ». Alors que tout ce petit monde devrait, aussitôt repéré, être renvoyé manu militari d’où il vient.

Dans ce département, le nombre de jeunes étrangers accueillis est passé de 449 fin 2016 à près de 1 200 aujourd’hui (soit trois fois plus). En début d’année, le dispositif d’accueil girondin a été complètement submergé – rendant difficile l’accueil des primo-arrivants.

Faute de disponibilités dans des centres adaptés, certaines collectivités hébergent les jeunes mineurs non accompagnés….dans des hôtels, ou créent des dispositifs d’accueil dans des familles bénévoles.

Elles doivent aussi faire face à la « difficulté de trouver des personnels qualifiés » pour encadrer les mineurs étrangers. « Nous avons la préoccupation de les accueillir », résume Philippe Meyer, vice-président du département du Bas-Rhin,tout en reconnaissant « une saturation » des dispositifs.

ET SI ON SE DECIDAIT ENFIN À LES RENVOYER CHEZ EUX ?

Car cette situation a d’iinsupportables répercussions financières. En effet, la prise en charge des mineurs non accompagnés est estimée à 50 000 euros par an et par personne. Dans le Territoire de Belfort, l’enveloppe budgétaire de cette année atteint 3,9 millions d’euros. Un montant important pour ce département de taille modeste : « Cela équivaut à trois fois le budget de fonctionnement des collèges publics », précise Florian Bouquet, président de la collectivité.

ÇA SUFFIT !

Les départements doivent faire des concessions. « Cet argent, on doit le prendre ailleurs », dit le président du conseil départemental du Rhône, Christophe Guilloteau. Chez lui, les sommes consacrées à la prise en charge des mineurs non accompagnés, et ceux devenus de jeunes majeurs, ont été multipliées par douze par rapport à 2015.

L’Assemblée des départements de France a estimé à 2 milliards d’euros les dépenses effectuées en 2018 par les départements pour l’accueil des jeunes étrangers par leurs services. Ces derniers prennent en charge plus de 40 000 ayants droit. Mais l’Etat ne compense qu’une faible part de ces coûts.

« En Seine-Saint-Denis, cela représente moins de 10 % des dépenses », précise Stéphane Troussel, président du département. L’Etat verse notamment une somme liée à l’évaluation à laquelle doivent procéder les départements pour s’assurer que les personnes se présentant comme mineures le sont effectivement. Son montant a été réévalué par un arrêté du 28 juin, établissant une participation forfaitaire de l’Etat à 500 euros par personne évaluée, et une aide de 90 euros par jour durant les quatorze premiers jours, au titre de leur mise à l’abri.

Mais cette somme reste insuffisante aux yeux des présidents de conseil départemental. « Cela n’épouse pas l’évolution [des coûts] », assure Mathieu Klein, président du département de Meurthe-et-Moselle. Pour lui, comme pour plusieurs de ses homologues, ce n’est pas aux collectivités départementales d’évaluer si des jeunes gens sont mineurs ou non. « Nous ne devrions pas en avoir la responsabilité, elle relève du pouvoir régalien de l’Etat », estime l’élu socialiste.

Le rapport, déposé début juillet, par la mission d’information sur l’aide sociale à l’enfance, dont la députée La République en marche de la Nièvre, Perrine Goulet, était rapporteuse, pose aussi la « question de la pertinence du conseil départemental comme opérateur de l’Etat » dans cette mission d’évaluation de la minorité des personnes.

Recentraliser cette compétence n’est cependant pas envisagé par le secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance, Adrien Taquet. Son entourage mentionne des « échanges constants » avec les élus sur le dossier des mineurs non accompagnés.

Le 9 juillet, M. Taquet a rencontré plusieurs présidents de conseil départemental pour échanger sur la problématique de la « clé de répartition », qui répartit les mineurs étrangers par département, en se basant notamment sur la proportion dans chaque département de jeunes de moins de 19 ans. Un groupe de travail devrait rendre ses conclusions sur le sujet pendant l’été.

Mais de nombreux élus disent attendre un débat « plus large » que ces différents points. Ils demandent un soutien financier plus important, mais aussi « plus d’écoute » face à une situation qui « ne cesse de se dégrader ».

Pour nous, toutes ces « parlottes » sont intolérables et démontrent la lâcheté de nos responsables politiques face à un problème d’une simplicité….enfantine.

Ces morveux clandestins, venus chez nous pour nous tondre la laine sur le dos en même temps qu’ils réduisent ainsi les problèmes démographiques de leurs pays, n’ont strictement rien à y faire. Au sens propre comme au sens figuré !

La seule réponse à apporter à leur présence illégale, c’est le renvoi immédiat.

Le 20 août 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Une Réponse to “La pire des migration-invasion: les mineurs non accompagnés.”

  1. Hervé J. VOLTO août 20, 2019 à 4:46 #

    Les Gilets Jaunes comprendront enfin OU PASSE LE « POGNON » qu’on leur prélève.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :