A Mayotte, le gouvernement de la République essaie de vider l’océan Indien avec une cuillère à moka.

31 Août

Après quarante-quatre jours de grève et de barrages sur l’île, en mars et avril 2018, la ministre des Outre-mers, Annick Girardin, avait présenté un « plan d’action pour l’avenir de Mayotte », élaboré en concertation avec les élus et les partenaires sociaux, pour « donner un nouveau souffle au développement du territoire ». Ce plan qu’elle voulait ambitieux se décompose en six chapitres (sécurité, justice et immigration ; santé ; social ; éducation et formation ; logement ; infrastructures ; institutions et services de l’État), 53 engagements et 125 actions pour un coût global de 1,3 milliard d’euros hors personnels de l’éducation nationale (500 recrutements prévus). Une nouvelle tentative de remplir le tonneau des Danaïdes…

En recevant, dimanche, les élus et plusieurs personnalités du département, Annick Girardin a dressé un bilan de la mise en application des 53 engagements pris l’an dernier. Avec un credo ressemblant beaucoup à la méthode Coué : « beaucoup a été réalisé » mais, aussi, beaucoup reste à faire. « Le temps de la mise en œuvre est toujours plus long qu’on le voudrait », a-t-elle regretté. Surtout avec un choc des cultures tel que celui que connaît la région !

Tout d’abord en matière de lutte contre l’immigration clandestine. Les moyens de l’Etat ont certes été renforcés : 170 policiers et gendarmes supplémentaires, installation d’un état-major et d’un groupe d’enquête sur la lutte contre l’immigration clandestine. Deux nouveaux navires intercepteurs vont également être mis en service en 2019. Mais pour quels résultats ? Le démantèlement de seulement sept filières de passeurs (quand on sait qu’il en existe des centaines…et 8 000 éloignements effectués depuis le début de l’année, en quasi-totalité vers les Comores voisines d’où sont issus la plupart des migrants clandestins, contre 20 000 en 2017 et 15 000 en 2018….Autrement dit, plus l’Etat met de moyens et moins il expulse d’arrivants illégaux. Quel brillant succès!

« Mais même 25 000, ça ne me suffit pas, a insisté Mme Girardin. L’objectif, c’est 30 000, on est capables de faire 30 000. » De fortes paroles qui nous rappellent Angela Merkel et son fameux

« Wir schaffen das !» (« Nous y arriverons »)

La question de l’immigration clandestine, a toutefois reconnu la ministre, ne pourra pas être réglée uniquement à coups d’expulsion, tant que le flux quotidien en provenance des Comores ne parviendra pas à être régulé. C’est tout l’enjeu des discussions diplomatiques en cours entre le gouvernement français et son homologue comorien, qui tardent à aboutir. ET QUI N’ABOUTIRONT PAS CAR L’EMIGRATION…C’EST TOUT BENEF POUR LES COMORES.

Autre volet important du plan d’action : l’éducation. Parlons-en. Là aussi, de coûteux efforts ont été entrepris. Alors que Mayotte comptait trois collèges et un lycée en 1995, l’île dispose aujourd’hui de vingt-deux collèges et douze lycées (Mayotte : 376 km2 et 256 518 habitants – « no comment » -). Mais avec près de trente naissances par jour, pour les trois quarts du fait de femmes en situation irrégulière, les effectifs ne cessent de croître. Ainsi, le lycée Younoussa-Bamana de Mamoudzou accueille 2 500 élèves. De nombreux collèges en reçoivent entre 1 500 et 2 000, sans réfectoire ni cantine, et les rotations – alternance entre les élèves du matin et ceux de l’après-midi – continuent dans les écoles du primaire, faute de places.

L’Etat a certes débloqué des moyens : 100 millions d’euros par an sur cinq ans pour des constructions scolaires et la mise en chantier de six cuisines centrales. Soixante-sept réfectoires seront livrés pour le premier degré d’ici à 2025, et 300 postes ont été créés dans l’éducation nationale depuis septembre 2018. Mais malgré le recours massif aux contractuels, « ils ne sont pas tous pourvus », a déploré la ministre, soulignant ainsi les difficultés de recrutement dans ce département de l’océan Indien.

Dans le domaine de la santé, l’Etat a intensifié ses investissements avec 192 millions d’euros programmés, fléchés pour 20 millions sur des travaux d’urgence et 172 millions pour la construction d’un nouveau centre hospitalier, dont l’ouverture est prévue en 2027 dont le service des urgences n’accueillera…que des migrants clandestins venus se faire soigner « en France » dans les conditions de revendication violente que l’on sait.

Une trentaine de postes de médecins spécialistes supplémentaires ont été affectés à l’hôpital mais, là aussi, seuls huit sont pourvus quand la métropole souffre d’une crise hospitalière intolérable. Au 1er janvier 2020, Mayotte disposera d’une agence régionale de santé de plein exercice, et la gratuité des soins sous condition de ressources va prochainement être mise en place pour les assurés sociaux.

Le meilleur appel d’air qui soit pour les Comoriens et autres voisins du rocher.

Et pourtant, malgré l’attention toute particulière des pouvoirs dont il bénéficie, notamment depuis qu’en 2011 il est devenu département (MERCI NICOLAS SARKOZY !), 84 % de la population y vit encore sous le seuil de pauvreté.

Il paraît que c’est à cause du manque d’ « éléments structurants importants« , comme….l’allongement de la piste d’atterrissage de l’aéroport international de Dzaoudzi-Pamandzi, promis depuis près de quinze ans et essentiel pour le désenclavement de l’île ! Le député (Les Républicains) Mansour Kamardine a d’ailleurs remis à Mme Girardin une proposition de loi de programme pour Mayotte qui intègre notamment cet allongement et un alignement des prestations sociales, encore bien inférieures à celles versées en métropole !

A Mayotte, il n’y a pas d’alternative. Il faut quitter les lieux séance tenante.*

Le 31 août 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* Sans oublier de déchoir de la nationalité française TOUS CEUX QUI L’ONT OBTENUE PAR LE DROIT DU SOL DEPUIS LA DEPARTEMENTALISATION.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :