À propos de la Via Francigena.

31 Août

Les voies du Seigneur sont décidément et irrémédiablement impénétrables ! Voici ce que nous découvrions, hier 30 août sur le site de nos amis de la Charte de Fontevrault : 

https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2019/08/30/un-antique-pelerinage-vers-rome-candidat-au-patrimoine-mondial-de-lunesco/

Or, voici ce que publiait le blogue du CER le 23 mai 2012 (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/05/23/et-si-le-cer-ressuscitait-la-route-des-francs/) :

Et si le CER (Conseil dans l’Espérance du Roi) ressuscitait la Route des Francs « VIA FRANCIGENA »?

23 MAI 2012

La voie des Français (route des Francs) existe depuis le dixième siècle, inaugurée en 990 par Sigéric, archevêque de Cantorbery pour se rendre à Rome. Mais elle est mieux connue sous le nom de « VIA FRANCIGENA ». Depuis ce temps, elle est devenue une importante voie de pèlerinage, tout comme les chemins de Compostelle. Elle s’étire  sur 1700 km environ, de Cantorberry à Rome en passant par de nombreuses villes d’Europe: Arras, Reims, Châlons-en-Champagne, Bar-sur-Aube, Langres, Besançon et Pontarlier, en France, Lausanne, Saint-Maurice et le col du Grand-Saint-Bernard, en Suisse, Aoste, Ivrée, Verceil, Pavie, Fidenza, Lucques, Poggibonsi, Sienne, Bolsene et Viterbe, en Italie, pour finir bien sûr à Rome.

Cette voie, un peu oubliée pendant trop longtemps, reprend vie depuis quelques années grâce à l’action de l’Association Via Francigena *, aidée par le Conseil de l’Europe. Elle est désormais balisée et peut se pratiquer à pied ou en bicyclette. Mais il faut reconnaître qu’elle reste, à la différence des chemins de Compostelle, encore assez confidentielle. Et pourtant ! Quel plus beau pèlerinage que celui de Rome et du tombeau de Saint-Pierre, à part celui des Lieux saints ?

Le Conseil dans l’Espérance du Roi lance un appel à tous ceux que l’idée d’un nouvel essort de la Route des Francs pourrait séduire. Il propose d’en faire une MARCHE, acronyme de marche pour l’affirmation des racines chrétiennes et humanistes de l’Europe. Cette marche partirait symboliquement de Reims, lieu du sacre des rois de France, pour se rendre et se recueillir à Rome, sur le tombeau de Saint-Pierre. Mais, comme on peut l’imaginer facilement, un tel projet comporte quelques difficultés de réalisation et ne saurait s’envisager sans connaître ses réelles chances de succès. Alors, manifestez-vous. Donnez votre avis. Faites vos propositions. Tout sera soigneusement étudié. Et que « Vexilla Regis prodeunt » !

Jean-Yves Pons

le 23 mai 2012.

BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (29 juillet 2013)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

…/…

 

Ressuscitons  la route des Francs

la VIA FRANCIGENA

La voie des Français (route des Francs) existe depuis le dixième siècle, inaugurée en 990 par Sigéric, archevêque de Cantorbery pour se rendre à Rome. Mais elle est mieux connue sous le nom de « VIA FRANCIGENA ». Depuis ce temps, elle est devenue une importante voie de pèlerinage, tout comme les chemins de Compostelle. Elle s’étire  sur 1700 km environ, de Cantorberry à Rome en passant par de nombreuses villes d’Europe: Arras, Reims, Châlons-en-Champagne, Bar-sur-Aube, Langres, Besançon et Pontarlier, en France, Lausanne, Saint-Maurice et le col du Grand-Saint-Bernard, en Suisse, Aoste, Ivrée, Verceil, Pavie, Fidenza, Lucques, Poggibonsi, Sienne, Bolsene et Viterbe, en Italie, pour finir bien sûr à Rome.

Cette voie, un peu oubliée pendant trop longtemps, reprend vie depuis quelques années grâce à l’action de l’Association Via Francigena *, aidée par le Conseil de l’Europe. Elle est désormais balisée et peut se pratiquer à pied ou en bicyclette. Mais il faut reconnaître qu’elle reste, à la différence des chemins de Compostelle, encore assez confidentielle. Et pourtant ! Quel plus beau pèlerinage que celui de Rome et des tombeaux de Pierre et de Paul, à part celui des Lieux saints ?

Le Conseil dans l’Espérance du Roi lance un appel à tous ceux que l’idée d’un nouvel essort de la Route des Francs pourrait séduire. Il propose d’en faire » La MARCHE « , acronyme de Marche pour l’Affirmation des RacinesChrétiennes et Humanistes de l’Europe. Mais aussi pèlerinage pour supplier le Seigneur et ses apôtres d’accorder à la France qu’elle retrouve son Roi et puisse ainsi redevenir la Fille aînée de l’Eglise.

Cette marche devrait partir symboliquement de Reims, ville du sacre des rois de France, pour se rendre et se recueillir à Rome. Mais on peut l’imaginer sur des trajets plus courts et la fractionner pour découvrir avec plus d’intensité tel ou tel territoire de France, de Suisse ou d’Italie.

Donnez  nous votre avis. Faites vos propositions. Tout sera soigneusement étudié. Et que « Vexilla Regis prodeunt » ! **

* http://www.francigena-international.org/newsite/index.php?lang=fr

** Nous vous recommandons la lecture du livre de Jean-Yves Grégoire intitulé Le chemin de Rome, Via Francigena

160 pages, 13,5 x 21, Isbn : 978-2-84182-429-8, 19,90 euros

Le 29 juillet 2013.

Jean-Yves Pons, CJA.

Il n’y a pas qu’à l’ex-Samaritaine que l’on trouve tout. Il y a aussi le blogue du CER !

Le 31 août 2019

2 Réponses to “À propos de la Via Francigena.”

  1. Hervé J. VOLTO août 31, 2019 à 11:32 #

    Nos Chansons de Geste ont préparé les esprits aux Croisades. Charles Martel, à Poitiers. Charlemagne, en Espagne.

    En vérité de tels récits ne devaient-il pas exalter la Foi et enflammer les imaginations de tous les Seigneurs du Moyen Âge qui ne rêvaient que beaux coups d’épée et combats héroïques ?

    Depuis longtemps déjà les pèlerins étaient nombreux qui allaient à Rome, puis de Rome à Jérusalem et qui, à leur retour, le soir, pendant les longues veillées d’hiver contaient leurs aventures et décrivaient avec enthousiasme les Lieux Saints et la Cité Eternelle, les émotions de leur âme au Saint Sépulcre, la splendeur des monuments, des sites, de la végétation luxuriante, des forêts de cèdres et aussi le miroitement, le chatoiement et l’éclat des étoffes et des oeuvres d’art orientales et des bijoux romains comme des reliques. Combien, à ces récits, rêvaient d’y partir à leur tour !

    Dans toutes les provinces de France, un enthousiasme indescriptible accueillit l’appel du Souverain Pontife et de toutes parts retentit le cri de « Dieu le veut ! Dieu le veut ! ». Pierre l’Ermite se consacra à prêcher la croisade et entraîna les masses populaires.

    Hommes, femmes, vieillards, enfants, tous voulurent partir. «Vous jeunes gens, disaient les vieillards, vous combattrez par l’épée. Qu’il nous soit permis de conquérir le Christ par la souffrance !»

    Dans ses chroniques, Guibert de Nogent rapporte que, pour subvenir aux frais de la croisade, c’était à qui vendrait ses biens, sa maison, ses bijoux, etc…

    Et voici que, par un miracle qui parut divin, et devait «encore exalter les enthousiasmes, à l’affreuse disette et aux fléaux des années passées succéda brusquement une année d’abondances et de bienfaits (1096) ; abondance en blé, en vin, en fruits de toutes sortes, comme si Dieu avait voulu directement favoriser l’oeuvre de ceux qui allaient combattre
    pour Lui».

    La Croisade populaire, malgré les qualités exceptionnelles de Pierre l’Ermite, échoua, faute d’organisation et de cadres militaires. La plupart moururent martyrs en Asie Mineure. Par contre, celle des Chevaliers réussit. Un million d’hommes y prirent part.

    Les résultats réels des 7 croisades ont cependant été immenses :

    Et tout d’abord l’appel d’Urbain II, au dire d’un Chroniqueur, Foulques de Chartres, «a renouvelé la paix» entre nations rivales, entre seigneuries hostiles ; la féodalité s’y est glorieusement affaiblie, si bien que l’affranchissement des communes a pu se produire sans heurt. Les Croisades ont donc permis au dire de M. Funck-Brentano «le
    développement et l’affermissement du pouvoir Royal en France, et dans l’Eglise Catholique, l’accroissement de l’autorité du Souverain Pontife». Le commerce avec l’Orient est devenu beaucoup plus actif. Enfin, les croisades arrêtèrent pour un temps les invasions musulmanes… et la France acquit, en Orient, une influence considérable au profit de tous les Chrétiens qui sera consacrée, sous le règne de François Ier, par les « Capitulations ». Ainsi, l’âme Française qui n’avait voulu travailler que pour Dieu fit «du nom de Français et du nom de Chrétien deux synonymes toujours vivants au coeur des Orientaux». Après les Croisadesm la Via Francigena demeura la Route des Francs pour aller en pèlerinage à Rome. Enfin, les Croisades exaltèrent la foi des peuples et assurèrent la palme du martyre à des multitudes d’âmes.

    L’un des contemporains, Guibert, abbé de Nogent, racontant tant d’exploits donna comme titre à sa chronique : « Gesta Dei per Francos ». Il ne pouvait mieux dire. En entraînant le monde chrétien à la délivrance des Lieux saints, la France et nos Rois avaient écrit l’une des plus belles pages de notre histoire et, une fois de plus, accompli les Gestes de Dieu.

  2. Reconquista+ septembre 1, 2019 à 3:21 #

    Le retour des «pèlerinages» dans les anciens sanctuaires sauvera la vieille Europe du «tourisme religieux» qui a défiguré le sacré.
    La ligne de Saint Michel (Deus escreve certo por linhas tortas) et de nombreuses vias sacras ne sont pas le fruit du hasard…
    Vexilla Regis prodeunt…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :