Emmanuel Macron, toujours prompt à se dresser contre l’infâme, est pourtant bien silencieux.

12 Sep

Combien de fois faudra-t-il marteler que les ONG prétendument humanitaires ne sont que d’authentiques trafiquants d’êtres humains, au service du gros capital de l’Union européenne ? Mais sans doute est-ce là l’explication du silence de chef de l’Etat quand les preuves de la collusion entre les prétendus « sauveteurs » et les bien réels passeurs de hordes migrantes s’accumulent sous ses yeux.

En voici d’ailleurs une nouvelle démonstration.

On connaît ainsi, aujourd’hui, les raisons de la mise sous séquestre du navire « Juventa« , le 28 juillet à Lampedusa (Sicile) : une « taupe » infiltrée a dévoilé les liens qu’entretient ce navire soi disant sauveur de migrants, et appartenant à l’ONG allemande « Jugend Rettet« , avec les passeurs.

Certaines ONG qui opèrent près des côtes de la Libye et qui transportent dans les ports italiens des centaines de Maliens, Nigérians, Syriens (95 811 depuis le début de l’année) étaient déjà soupçonnées d’entretenir des rapports douteux avec les passeurs. Cette fois, les rapports de collaboration et de complicité ont été confirmés par cette « taupe » italienne qui a pu embarquer à bord du navire de l’organisation « Save the children« .

Luca B., 45 ans, est un policier expert en plongée sous-marine et spécialiste du secours en mer. Il s’est confié au « Corriere della sera » vendredi 4 août. Ses photos ont permis de retracer le trafic d’êtres humains et ont dévoilé la complicité de certaines ONG avec des réseaux de passeurs.

Tout commence il y a six mois lorsque le SCO, le Service central opérationnel, sorte de préfecture de police nationale, est alerté par l’organisation « Save the children » de contacts « bizarres » entre le bateau « Juventa » et les bateaux des passeurs libyens. Luca B. est sollicité et accepte de monter sous couverture à bord du navire « Vos Hestia » de « Save the children« . Il participe à de nombreuses incursions et de nombreux prétendus sauvetages tout en gardant le contact avec ses supérieurs.

Le 18 juin, c’est le tournant. Il raconte : A l’aube, le ‘Vos Hestia’ sur lequel je me trouvais et la ‘Juventa’ se croisent en haute mer. Quelques minutes après, s’approche une barque de trafiquants. Elle reste à quelques mètres de la ‘Juventa’. Je vois ses hommes qui parlent de façon animée avec les bénévoles. Puis arrive une autre barque qui escorte des canots pneumatiques surchargés de migrants.

Luca B. l’infiltré s’empresse alors de prendre des photos, tout en évitant de se faire remarquer. Pendant de longues minutes, il observe les accords passés entre certains prétendus sauveteurs et les passeurs. Les canots pneumatiques, une fois vidés de leurs passagers, sont aussitôt rendus aux trafiquants au lieu d’être détruits. Ils pourront ainsi resservir pour d’autres transports clandestins.

Luca B. confiera ses films et ses photos aux autorités italiennes. Début août, elles rendent les informations recueillis par la « taupe » publiques. « C’est du matériel fondamental pour notre enquête« , a déclaré son supérieur Alessandro Giuliano.

Cette opération d’infiltration met en lumière la redéfinition de la politique italienne de Matteo Salvini, alors ministre de l’intérieur, en matière d’immigration. Longtemps tolérante et accueillante, l’Italie s’inquiète du flux croissant de migrants déversés dans les ports du Sud par des embarcations de plus en plus nombreuses. Rome se plaint également de la faible solidarité européenne dans cette crise migratoire : ports fermés aux bateaux de migrants et frontières bloquées du coté français, suisse, autrichien et slovène.

Salvini a donc décidé de prendre les choses en mains. Désormais, l’Italie enquête pour son propre compte sur les trafics et souhaite contrôler le plus possible les flux vers les côtes italiennes. Le gouvernement italien a même proposé à certains garde-côtes libyens et dix organisations qui opèrent leurs sauvetages en Méditerranée de collaborer. A l’image de « Save the children« , certaines ont accepté le protocole mis en place par le ministre de l’Intérieur qui prévoit la présence à bord de représentants des forces de l’ordre. Luca B., en est la parfaite illustration.

Mais de telles dispositions, qui montrent que « QUAND ON VEUT, ON PEUT » (comme nous ne cessons de le répéter) dureront-elles avec le nouveau gouvernement italien ?

Et pendant se temps-là, le gouvernement français d’Emmanuel Macron s’enorgueillit de pratiquer le « goutte-à-goutte migratoire » que nous ne cessons de dénoncer…*

Le 12 septembre 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/08/01/le-goutte-a-goutte-migratoire-continue-sans-faire-de-vagues/)

3 Réponses to “Emmanuel Macron, toujours prompt à se dresser contre l’infâme, est pourtant bien silencieux.”

  1. Hervé J. VOLTO septembre 12, 2019 à 11:02 #

    Celà faisait longtemps que les Services italiens attendaient une telle occasion.

    L’Agenzia informazioni e sicurezza esterna (AISE), la DGSE italienne, e l’Agenzia informazioni e sicurezza interna (AISI), la DGSI italienne, sont sur les dents depuis que Salvini est entré en fonction comme Ministre de l’Intérieur.

    L’AISE les surveille depuis les côtes d’Afrique du Nord, ayant infiltré les réseaux gouvernementtaux libiens en plaine débandade. Le corps spècial de La Brigade Parachutiste de la Folgore

    sert occasionellement de Service Action à l’AISE : des gars entrainés à combattre et à se dissimuler, qui s’entrianent avec les Delta Force américains et les SAS brtaniques. Une agence de Sécurité, LA FOLGORE recycle ceratins opérateurs blessés en service et qui seraient trops jeunes pour aller à la retraite, ou de jeunes retraités du corps.

    Parfois, le I° Régiment des Carabiners Parachististes du Tuscania

    peuvent être appellés en support de la Folgore : le I° Tuscania, qui sont des Caracbiniers, donc équivalants de nos Gendarmes, possède le même type d’entrainement que le GIGN, qui est leur modèle.

    Une fois les migrants débarqués, c’est l’AISI qui prend le relais et les suit sur le sol italien. Combien de fois l’AISI a transmis des tuyeaux sensibles à notre DGSI ? Toutes les activités de type RG et anti-terrorisme voient leurs correspondants transalpins fondus au sein de l’AISI.

    Le Dipartimento delle Informazioni per la sicurezza (DIS) est un organisme placé sous l’autorité du Président de Conseil italien et chargé de la coordination de la vigilence sur les activités de l’AISI et de l’AISE, comme du COPASIR

    Le COmitato Parlamentare per la Sicurezza della Repubblica (COPASIR) est en outre chargé de suveiller « le bon fonctionnement des activités parlemantaires selon les règles constitutionnelles de la République italienne » : toute apologie ou/et constitution d’un parti fasciste ou facsisant étant interdit par la constitution italienne, le COPASIR est chargé de la surveillance du Politicment Corret Outre-Alpes. Un peu soviétique…

    Outre-Alpes, le problème de l’immigration est pris très au sérieux. Infiltrer quelqu’un parmi les migrants est vu là-bas comme un coup de maitre. 52% des italiens sont contraires à la cohalition M5s et PD et voudraient aller voter pour reconduire Salvini dans la continuation du maintient de la fermeture des prost italiens…

  2. Hervé J. VOLTO septembre 12, 2019 à 12:08 #

    Bien sur, toutes ces divisons de forces spéciales n’ont pas les moyens humains, économiques et politiques que les notres. Mais en compensation, l’Intelligence est en première ligne. Expérience de l’Inquisison oblige, les 007 italiens savent opérer silencieusement. Quand la bureaucratie n’entrave pas le travail d’éléments motivés.

    Tous les ministères italiens sont « dédoublés » dans une grande ville du Nord, en cas d’invasion du territoire italiene et de prise de Rome. J’ai été amené à travailler au Ministère de l’Intérieur » phantome » comme gardien à l’entrée : comme le Men In Black qui lit le journal à l’entrée du siège de l’organisation

    Cette opération d’infiltration, qui est l’occasion Outre-alpes de redorer le balson de Service trops souvent dépenti comme laxistes, a mis en lumière la redéfinition de la politique italienne de Matteo Salvini, alors Ministre de l’Intérieur, en matière d’immigration. Longtemps tolérante et accueillante, l’Italie s’inquiète du flux croissant de migrants déversés dans les ports du Sud par des embarcations de plus en plus nombreuses.

  3. Hervé J. VOLTO septembre 12, 2019 à 12:50 #

    Le Servizio Centrale Operativo (SCO) est un service de la Direzione centrale anticrimine della Polizia di Stato. Il coordonne les équipe mobiles du Commissariat Central de Rome (une PJ spaghetti) et l’activité investigatrice sur la criminalité organisée.

    Il prévoit l’insitution de « services ceantraux et interprovinciaux de Police Juiciaire de la Police d’Etat (équivalant trandsalpin de notre Police nationale), de la Direction Italienne Antimaffia (DIA), de l’Arme des Carcabiniers (Raggruppamento Operativo Speciale, ROS) qui sont l’équivanlant des gendrmes en Italie e de la Guardia di Finanza (GICO), un organisme créé par les Bourbons de Naples il y a deux siècles et qui regroup eaujourd’hui les compétances des Douannes et de la police finacière, ce afin d’assurer le contact des activitès insvestigatives relatives aux délits de criminalité organisée. Les actuelles compétances, qui prévoient également des opétaions à l’éttanger (en support à Europl et Interpol) ont été définie par le Décret Interministériel du 25 Octobre 2000.

    Si l’armèe italinenne est loin de posséder un Commendement des Opérations Spéciales (COS) que même les Seals américains applaudissent, le SCO est une sorte de mini COS pour les forces de police et de Sécurité Publique, et ce pourrait être un membres des ROS des Carabiniers qui a pu être infiltré sur le « barcone ».

    Cette opération d’infiltration a mis en lumière la redéfinition de la politique italienne de Matteo Salvini, alors Ministre de l’Intérieur, en matière d’immigration. Longtemps tolérante et accueillante, l’Italie s’inquiète très sérieusemnt du flux croissant de migrants déversés dans les ports du Sud par des embarcations de plus en plus nombreuses.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :