Mise au point de l’OCDE sur les demandes d’asile ou les mensonges du gouvernement français.

18 Sep

La demande d’asile est en constante baisse dans tous les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Ou presque. Un rapport de l’organisation (en anglais), publié mercredi 18 septembre, souligne des situations allant à l’inverse de la tendance globale en France et en Espagne.

Avec 1,07 million de demandes, l’asile a de nouveau reculé en 2018, que ce soit parmi les pays européens (-10%) ou non-européens (-17%) du groupement. Des chiffres encore en baisse, après avoir émargé à 1,26 million de demandes de protection en 2017, et loin des records de 2015 et 2016, lorsqu’elles culminaient à 1,65 million.

Cette tendance à la baisse est paradoxalement insufflée par les Etats-Unis, premier pays de l’OCDE en termes d’asile avec 254 000 nouvelles demandes en 2018. C’est 77 000 de moins qu’en 2017. Depuis l’an passé, l’administration Trump a nettement durci sa politique sur le sujet, appliquant la « tolérance zéro » envers l’immigration clandestine.

Quand on veut, on peut !

« Le recul du nombre global de demandes dans les pays de l’OCDE (-175 000) est en grande partie lié à trois pays de destination : les Etats-Unis, l’Italie (-73 000) et l’Allemagne (-36 000)« , indique le document. Le reflux est « partiellement contrebalancé par une augmentation en Espagne (+22 300) et en France (+19 000) », souligne encore le rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques, publié à une dizaine de jours d’un débat parlementaire en France sur l’immigration.

Avec près de 110 000 demandes, la France se situait en 2018 au quatrième rang selon l’OCDE, juste derrière la Turquie (116 000) et l’Allemagne (162 000). Selon les chiffres de l’Office français chargé des réfugiés (Ofpra), 46 700 personnes ont vu leur demande d’asile acceptée en France. Soit une hausse de 9%.

Vous apprécierez, nous n’en doutons pas, le double langage d’Emmanuel Macron et de son gouvernement. Comme, peut-être, ce que nous affirmions dès l’élection de 2017 :

« Si Macron est élu…c’est cinq ans de foutus »

Le 18 septembre 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :