Voici pourquoi les fausses promesses d’Emmanuel Macron vont devenir de véritables entourloupes.

18 Sep

Plus le temps passe et mieux il se dévoile. Faire « la politique autrement« , thème sur lequel il fut élu, se transforme progressivement en… »les faits sont têtus » ! Y compris devoir mesurer à quel point nous avions raison, il y a maintenant trois ans :

« Si Macron est élu…c’est cinq ans de foutus »

Du coup, contraint d’intégrer un contexte macroéconomique de plus en plus défavorable (et nous n’avons pas encore tout vu), le gouvernement français a revu à la baisse sa prévision de croissance pour 2020, tandis que les baisses d’impôts annoncées en réponse au mouvement des « Gilets jaunes » vont grever la réduction de la dette (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2018/09/08/rien-ne-va-plus-avec-la-dette-abyssale-de-la-france/).

Dévoilé par le ministère de l’Economie et des Finances en amont de la présentation du projet de budget pour 2020, le 25 septembre prochain, le scénario du gouvernement n’affiche plus qu’une prévision de croissance de 1,3%, contre 1,4% attendu jusqu’ici (après une croissance économique de 1,7 % en 2018 et qui devrait déjà freiner à 1,4 % cette année). En d’autres termes, et malgré lui, le gouvernement d’Emmanuel Macron prend subrepticement le chemin…de la décroissance ! Est-ce une si mauvaise nouvelle ? Pour les mondialistes, OUI. Pour nous, NON.

Toutefois, on défend à Bercy la résilience de l’économie française, qui resterait portée par des moteurs internes: consommation des ménages, investissements des entreprises, bonne tenue de l’industrie, et baisse du chômage. Sauf qu’avec un déficit public qui grimpe à 2,2%…il n’y aura pas de miracle au-niveau des promesses faîtes aux « Gilets jaunes« . C’était du flan et les braves gens, comme nous l’avions prévu, se sont fait couillonner.

Mais ces prévisions pour 2020 compliquent un peu plus une équation budgétaire déjà tendue, avec l’ensemble des mesures de pouvoir d’achat annoncées, en réponse au mouvement des « Gilets jaunes« , et la difficulté à trouver suffisamment d’économies pour les financer.

Quant à la dette, presque plus personne n’en parle tant elle grossit et, après tout, elle n’est pas encore pour nous mais pour nos ayants droit. Sauf si la crise financière annoncée se produit et que les taux des emprunts s’envolent.

C’est vraiment dur, très dur le grand écart.*

Le 18 septembre 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

 

* (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/07/08/le-grand-ecart-economique-du-gouvernement-est-tres-preoccupant/).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :