» Gouverner, c’est prévoir  » disait-on il y a longtemps. Très longtemps.

23 Sep

Et pourtant qu’ont fait tous les gouvernements successifs de la République depuis les années 1970 pour organiser ce qu’ils osent appeler encore « LA PERMANENCE DES SOINS » en veillant à ce que le nombre de médecins ne s’effondre pas, du fait de l’extinction du baby boom de l’après-guerre et évolue parallèlement à la démographie nationale ?

R  I  E  N  !

Pire, ils ont minutieusement organisé la paupérisation de la population médicale et son impossible renouvellement par l’instauration du stupide et calamiteux « numerus clausus » qui reposait sur l’idée folle que l’on parviendrait à réduire la consommation des soins médicaux en réduisant l’offre de médecins…Le résultat inéluctable de ces manoeuvres stupides s’étale hélas aujourd’hui devant nos yeux, pour le plus grand malheur de nos compatriotes : des kilomètres pour trouver un médecin, des cabinets qui ferment les uns après les autres malgré des médecins retraités qui continuent cahin caha de consulter mais n’en peuvent plus et aussi des maisons médicales neuves…mais vides.

Ce sont les symptômes du même mal : le désert médical.

Entre 2010 et 2018, la France a perdu presque 6 500 généralistes et, selon l’Ordre national des médecins, ce sera encore 6 000 en moins d’ici 2025. Pour une généraliste auteure d’un rapport sur l’accès aux soins, les départs à la retraite n’ont pas été compensés : « Beaucoup moins de jeunes médecins formés ces dernières années (…) donc moins de professionnels qui arrivent sur le terrain. On sait aussi que les jeunes professionnels travaillent en moyenne moins d’heures par semaine que les anciens », indique Sophie Augros.

Et pourtant, quoi de plus simple à calculer que l’évolution de la démographie médicale par rapport à celle de la population générale ? Quoi de plus simple à anticiper que la durée de formation des médecins, généralistes comme spécialistes ?

Or, ils ne l’ont pas fait. De la droite à la gauche, de Giscard d’Estaing à François Hollande, aucun de ceux qui vous promettaient la lune pour être élus et s’attribuaient ainsi de confortables prébendes ne l’a fait. Mais, rassurez-vous, aucun ne souffrira personnellement du manque de médecins. Car, entre l’Hôpital d’instruction des Armées du Val-de-Grâce et l’Hôpital…américain de Neuilly, ils trouveront toujours les compétences nécessaires à leur prise en charge médicale.

PAS VOUS.

Pour vous, pour nous, ils préfèrent importer quelques milliers de médecins à diplômes étrangers de qualité invérifiable (mais généralement très médiocre) et qu’ils ont bien l’intention de saupoudrer sur l’ensemble du territoire national. Et tant pis si vous devez en souffrir davantage car cette méthode s’inscrit, comme beaucoup d’autres, dans leur projet irrévocable de

« Grand Remplacement« 

Et ce ne sont pas les mesures et moins encore les gesticulations désespérées de la ministre actuelle de la santé, Agnès Buzyn, qui y changeront quoi que ce soit. Car

C’est bien trop tard

Et qu’il faudra des décennies d’une volonté politique et budgétaire….qu’ils n’ont pas pour inverser la catastrophe (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/06/07/numerus-clausus-medical-plus-ca-change-et-plus-ca-risque-detre-la-meme-chose/).

Si vous voulez que vos enfants échappent aux conséquences de leur entreprise maléfique, renvoyez-les TRÈS VITE, aux études qu’ils auraient dû faire pour comprendre ces évidences !

D’ici là, prions !

Le 23 septembre 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :