Espagne : de vieux relents de front populaire.

13 Nov

À la suite des dernières élections législatives du 10 novembre, le Parti socialiste (PSOE) du chef du gouvernement espagnol sortant, Pedro Sanchez, et la formation de gauche radicale Podemos, de Pablo Iglesias, ont scellé un accord de principe pour former un gouvernement de coalition. Cette nouvelle version du « Frente popular » de 1936, qui avaient échoué à s’entendre il y a à peine quelques mois, nécessitera toutefois l’appui d’autres forces pour obtenir une majorité suffisante au Parlement et être investi par la Chambre des députés.

Pedro Sanchez et Pablo Iglesias

Modeste vainqueur quantitatif dimanche, Pedro Sanchez a en effet manqué son pari de sortir renforcé de ces quatrièmes élections générales en quatre ans en vue de mettre fin à l’instabilité politique qui mine le pays depuis 2015. Il a au contraire perdu des sièges et compte 120 députés contre 123 après le dernier scrutin d’avril. La surprise est surtout venue du parti de la droite radicale Vox qui a plus que doublé son nombre de sièges à 52 sur 350 pour devenir le troisième parti d’Espagne.

C’est pourquoi les socialistes n’ont d’autre issue que de chercher leurs soutiens à gauche, en particulier auprès du parti le plus radical, Podemos, qui a pourtant cédé du terrain mais dispose de 35 députés. Pourtant, des pommes de discordes existent déjà entre les deux formations. En particulier leurs positions de plus en plus antagonistes sur la crise catalane, qui agite toujours l’Espagne mais ne manquera pas d’être instrumentalisée par les indépendantistes. Mais il y aura aussi la question brûlante de la répartition des postes ministériels, Pablo Iglesias ayant en la matière des ambitions importantes. Et tout cela sans compter évidemment avec leur vision respective quant à la pérennité du régime monarchique, rétabli en 1975, après la disparition du Caudillo, en la personne du roi don Juan Carlos Ier puis de son successeur don Felipe VI…

Tout cela ne vous rappelle-t-il rien ? À nous si : la situation du pays entre 1931 et 1936, de triste mémoire, et qui mena le pays inexorablement vers la guerre civile. Souvenez-vous d’ailleurs de l’un de nos récents articles sur le sujet, intitulé « Les vieux démons de l’Espagne reprennent vie en Catalogne » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/10/18/les-vieux-demons-de-lespagne-reprennent-vie-en-catalogne/).

Peut-être est-ce une évolution nécessaire pour que l’Espagne redevienne

UNIE, GRANDE, LIBRE

(Una, Grande, Libre)

Le 13 novembre 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

2 Réponses to “Espagne : de vieux relents de front populaire.”

  1. Merci pour ces reprises.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Retour du Frente popular en Espagne : vive la guerre incivile à venir alors ? Moloch trépigne de joie ! – nicolasbonnal.com -

    […] Espagne : de vieux relents de front populaire. […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :