L’aide abusive de l’Europe aux pays d’origine des migrants.

15 Nov
On nous rebat les oreilles de l’insuffisance de l’aide financière accordée aux pays dont sont issues les hordes migrantes qui déferlent sur le continent européen et beaucoup en font même la raison principale du phénomène migratoire, en dehors des guerres et autres violences. C’EST UN MENSONGE.
Un mensonge confirmé par les chiffres publiés mardi 12 novembre par l’agence de statistiques de l’Union européenne Eurostat (https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/10218345/2-12112019-AP-EN.pdf/546eb17b-a29b-8998-c912-dc9a09946b0d): en 2018, les transferts d’argent des migrants au sein de l’Union européenne (UE) vers leurs pays d’origine se sont élevés à 35,6 milliards d’euros, contre 32,6 milliards en 2017. La majorité des transferts personnels se compose de flux d’argent envoyés en particulier en Asie (21 %) et en Afrique du Nord (18 %). Les flux sortants de transferts personnels ont été les plus élevés depuis la France (11,4 milliards d’euros), suivie par l’Espagne (7,7 milliards), le Royaume-Uni (7 milliards), l’Italie (6,5 milliards) et l’Allemagne (5,2 milliards).

Les flux entrants dans l’UE ont quant à eux atteint 10,9 milliards d’euros en 2018, inchangés comparé à 2017. Les flux entrants les plus importants ont été enregistrés au Portugal (3,6 milliards d’euros) devant la Roumanie et la Pologne. Dans ces deux derniers pays, 89 % et 85 % des flux proviennent d’un autre Etat membre de l’UE montrant clairement l’expatriation d’un nombre important de leurs nationaux.

Ces chiffre confirment le caractère essentiellement économique de la crise migratoire, l’Europe ayant vocation, aux yeux des pays de départ (dont beaucoup refusent d’ailleurs la réintégration de leurs concitoyens émigrés) à être doublement une vache à lait, d’abord au travers des aides d’Etat de toutes natures qui leur sont accordées et ensuite par ce que nous appellerons un « retour sur émigration« , constitué par les transferts financiers opérés par les migrants vers leurs pays d’origine.

La démographie dans les pays concernés étant ce qu’elle est, le système n’a aucune chance de s’améliorer sinon au profit des pays de départ. Il est donc impératif d’y mettre rapidement un terme drastique.

Le 15 novembre 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :