Il n’y a pas qu’en Allemagne que les infrastructures routières sont dans un état préoccupant…

20 Nov

Nos lecteurs assidus se souviendront que nous avons montré à plusieurs reprises, au cours des derniers mois, combien l’Allemagne n’était plus que l’ombre d’elle-même sur le plan économique et que, dans certains domaines, ont pouvait même qualifier ce pourtant  grand pays d’ « homme malade de l’Europe« . En voici quelques exemples tirés de nos archives :

Hélas, ne croyez pas qu’il soit aujourd’hui le seul. La France rejoint à grands pas son voisin d’Outre-Rhin, en particulier en ce qui concerne les investissements indispensables à la préservation de ses infrastructures routières (pour ne parler que d’elles).

L’effondrement, lundi 18 novembre, du pont qui traverse la ville de Mirepoix-sur-Tarn (et qui a fait deux morts) en est la plus récente des démonstrations même s’il est probable qu’une surcharge brutale, en rapport avec un poids lourd ayant dépassé les limites de charge autorisées, en fut le facteur déclenchant. Mais dans quel état était-il réellement ?

Au moment présent de l’enquête, les autorités n’ont qu’une seule certitude : datant de 1931, le pont suspendu qui s’est « effondré brutalement en quelques secondes », avait été contrôlé et « n’avait pas été identifié comme posant des problèmes particuliers », a déclaré la secrétaire d’Etat à la transition écologique, Emmanuelle Wargon, qui s’est rendu sur place. Son tablier s’est pourtant presque totalement effondré dans le Tarn, profond de plus de 20 m et large de 100 m dans cette zone.

L’ouvrage, rénové en 2003, « n’était pas classé à surveillance renforcée ou en état critique », selon Georges Tempez, du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement. Cet organisme public en avait réalisé en 2017 une inspection détaillée pour le compte du conseil départemental. Un dernier contrôle avait aussi été mené en décembre 2018.

Selon le président de la communauté de communes, Jean-Marc Dumoulin, le passage de camions en surpoids n’y était pas exceptionnel, ce qui aurait pu le fragiliser. Les habitants, qui empruntent régulièrement cette desserte, majeure pour leur localité, ont été d’autant plus choqués que des bus scolaires venaient d’y passer, selon un témoin.

Ce drame « illustre malheureusement » les conclusions de la mission d’information sénatoriale sur la sécurité des ponts, à savoir qu’il y a « une vraie dangerosité de l’état de nos ponts », a déclaré son président, Hervé Maurey (Eure, Union centriste). Mise en place après l’effondrement du viaduc autoroutier de Gênes, en Italie, qui a fait 43 morts en août 2018, la mission d’information avait appelé fin juin à « un “plan Marshall” pour éviter un drame », réclamant un audit des ponts. Selon ses conclusions, plus de 25 000 ponts français « sont en mauvais état structurel », sur les 200 000 à 250 000 ouvrages (soit 10% de ceux-ci !) que compte le pays, leur nombre exact n’étant pas connu. Et plus le temps passe sans réaction des pouvoirs publics….

Attendez-vous donc, inéluctablement, à ce que de nouveaux drames du même type se produisent. Car il en est de nos ponts comme de nos hôpitaux* : BEAUCOUP SONT AU BOUT DU ROULEAU.

Le 20 novembre 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* Ne vous privez pas de relire ceci : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/11/15/france-ta-medecine-hospitaliere-est-a-lagonie/

2 Réponses to “Il n’y a pas qu’en Allemagne que les infrastructures routières sont dans un état préoccupant…”

  1. Catoneo novembre 20, 2019 à 10:51 #

    Le « drame » de Mirepoix sur Tarn n’illustre pas les conclusions du rapport sénatorial. Un charroi de 44 tonnes sur un pont à 19 tonnes rompt le tablier au droit d’une culée. Quoi d’étonnant ?
    Notez que les câbles porteurs et les tours d’ancrage sont intacts. Le pont était en bon état. Seul bémol, le maire aurait dû signaler les plaques d’immatriculation des passages en surcharge plus tôt et la gendarmerie contrôler le trafic.
    Mais nous sommes dans un régime de jem’enfoutisme total.

  2. Hervé J. VOLTO novembre 20, 2019 à 9:27 #

    Mise en place après l’effondrement du viaduc autoroutier de Gênes, en Italie, qui a fait 43 morts en août 2018, la COMMISSION SENATORIALE D’INFORMATION avait appelé fin juin à « un “plan Marshall” pour éviter un drame », réclamant un audit des ponts. Selon ses conclusions, plus de 25 000 ponts français « sont en mauvais état structurel », sur les 200 000 à 250 000 ouvrages (soit 10% de ceux-ci !) que compte le pays, leur nombre exact n’étant pas connu.

    Et DEPUIS, RIEN. Le temps passe dans la grande indifférence des pouvoirs publics…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :