La scandaleuse politique du logement du gouvernement d’Emmanuel Macron.

21 Déc

Rien ne va plus dans notre pays en matière de logement. Et nous en voulons pour preuve le fait que, dans le troisième budget (2020) du quinquennat d’Emmanuel Macron, et après sa deuxième lecture par les députés, le logement connaît une nouvelle coupe de 1,5 milliard d’euros en 2020 sur un budget global de 15,2 milliards d’euros. Elle s’ajoute à celles de 1,1 milliard d’euros, en 2019, et de 1,5 milliard dès 2018. Ainsi, en trois ans, la mission Cohésion des territoires aura perdu plus de 4 milliards d’euros. Pendant que, entre 2018 et 2019, le gouffre financier de la politique de la ville était gratifié d’une hausse de 20%, pour les résultats que l’on sait…

Comme les années précédentes, le premier poste sacrifié est celui de l’aide personnalisée au logement (APL), de loin le plus lourd de la mission, raboté de 1,4 milliard d’euros pour le ramener à 12 milliards d’euros. Depuis 2018, les baisses des APL se sont accumulées : la première, de 5 euros chaque mois pour les 6,3 millions de bénéficiaires, décidée sans préavis le 1er octobre 2017, constitua un premier recul de 400 millions d’euros en année pleine.

Vint ensuite la baisse des APL versées aux seuls locataires HLM, qui n’a pas pesé sur le budget des ménages mais sur celui des bailleurs sociaux, priés de la prendre intégralement en charge sous forme de réduction de loyer. L’Etat a dès lors économisé 800 millions d’euros en 2018, la même somme en 2019, à laquelle s’ajouteront 1,3 milliard d’euros en 2020. Outre l’effort demandé aux bailleurs sociaux, Action Logement est également mis à contribution et 500 millions d’euros sont ponctionnés dans ses réserves.

En 2020 s’ajoute une nouvelle restriction des APL, avec le nouveau mode de calcul qu’entraîne leur contemporanéisation – la prise en compte des revenus actuels, trimestre après trimestre, des allocataires plutôt que ceux de deux ans en arrière. Ce calcul en temps réel permet d’importantes économies, d’environ 100 millions chaque mois soit 1,2 milliard sur l’exercice 2020.

Impossible à envisager avant que n’existe le prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source, la contemporanéisation a nécessité des procédures informatiques complexes qui imposent des échanges massifs de données entre les Allocations familiales, le fisc et les bailleurs sociaux. Si complexes que la mesure, espérée dès février 2019, a dû être reportée au 1er janvier 2020.

Enfin, l’APL Accession, d’un montant global modeste de 50 millions d’euros, a été purement et simplement supprimée malgré les protestations d’une majorité de sénateurs et de quelques députés de la majorité, comme Stéphanie Do, qui n’ont pas réussi à la rétablir. Le seul soutien à la construction encore en vigueur est le prêt à taux zéro, réservé aux accédants modestes, que la majorité et le gouvernement ont accepté de maintenir sur tout le territoire après avoir hésité à le supprimer dans les zones les moins tendues. Mais, n’en doutez pas, cela viendra.

Les sénateurs ont subi un autre revers : ils souhaitaient que la construction de logements sociaux bénéficie d’une TVA à taux réduit de 5,5 %, comme c’était le cas jusqu’en 2017, mais le gouvernement maintient – sauf pour les logements très sociaux – le taux de 10 % institué à son arrivée, dans la loi de finances pour 2018. La conséquence immédiate de ces diverses restrictions est un fléchissement régulier de la construction, passée de 440 000 logements en 2017, à 410 000 en 2019.

Mais sachez que le seul poste budgétaire en hausse pour 2020 est celui des crédits d’hébergement d’urgence (quasiment réservé aux migrants illégaux, comme l’AME), qui frise désormais 2 milliards d’euros, en hausse de 5 % par rapport à 2019. Dont les besoins augmentent plus vite que les capacités d’accueil, pourtant en forte hausse : le nombre de nuitées en hôtel atteint 48 700 places, pour l’essentiel en Ile-de-France, et continue de progresser en dépit de la volonté d’Emmanuel Macron de favoriser le « logement d’abord » au détriment de l’hébergement provisoire.

Selon que vous serez d’ici ou d’ailleurs…

Et encore, « L’enveloppe 2020, en hausse de 100 millions d’euros, soit moins que les crédits complémentaires de 180,7 millions d’euros, que le gouvernement a débloqués courant 2019, risque d’être insuffisante », commente Philippe Dallier, sénateur (LR) de Seine-Saint-Denis, dans son rapport sur la partie logement et ville du projet de loi de finances 2020.

Quant à la politique de la ville, dont nous parlions plus haut, elle est dotée de 500 millions d’euros, soit autant qu’en 2019 : « Il y a une nette montée en charge des chantiers de rénovation urbaine, avec un protocole signé pour 213 des 216 quartiers d’intérêt national, et 121 des 122 quartiers d’intérêt régional. », note M. Dallier.

Et pourtant, nous l’avions chanté sur tous les tons durant la précédente campagne présidentielle:

« Si Macron est élu…c’est cinq ans de foutus »

Le 21 décembre 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Une Réponse to “La scandaleuse politique du logement du gouvernement d’Emmanuel Macron.”

  1. Hervé J. VOLTO décembre 21, 2019 à 5:08 #

    C’est tout la politique marconienne qui est erronée. Patrick Buisson prévoit d’ailleurs d’organiser fin mai ou début juin 2020 un « forum » rassemblant des personnalités sur le thème :

    -2022 : le peuple contre Macron ? Macron contre le peuple ?

    Il invitera notamment Eric Zemmour…

    Il y a une grave conséquence de la professionnalisation des tâches municipales liée à la mainmise de la Préfecture et à l’importance de l’intercommunalité, c’est le côté insuportable des agents de l’Etat, leur vocabulaire de plomb, leurs présentations powerpoint à la tête à clauques.

    Juaqu’à la culture de cette pensèe orwhellienne, conform et obligatoire :

    “La guerre des trônes”, sur France 5 : du révisionnisme anti-Catholique pur jus !

    Celà commence à bien faire…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :