« L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn » (Victor Hugo, La Conscience).

27 Déc

Nous vous recommandons (une fois n’est pas coutume) la lecture de l’excellente tribune de l’historien Pierre Vermeren, publiée dans Le Monde de ce jour et intitulée « Alger est l’oeil qui regarde Paris, sa mauvaise conscience. »

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/12/26/pierre-vermeren-alger-est-l-il-qui-regarde-paris-sa-mauvaise-conscience_6024061_3232.html

L’analyse qu’il fait des relations chaotiques et, pour tout dire, impossibles entre la France et l’Algérie d’aujourd’hui est à la fois pertinente et révélatrice de l’incompatibilité autant que de l’impossible divorce par consentement mutuel de ces deux pays. Constat qu’il résume par cette phrase pleine de réalisme :  » Mauvaises manières et envolées lyriques font la trame des relations franco-algériennes depuis des décennies. »

Et, paradoxalement, la raison de cette tragédie nous est donnée par l’auteur lui même…sans qu’il s’en rende compte. Elle se trouve à la toute dernière ligne de sa tribune :  » Pourtant, une autre Algérie existe.  » Une affirmation surprenante de la part d’un historien car elle tient davantage de la foi que de la science historique !

Hélas, non. Il n’existe pas d’autre Algérie et nous le mettons au défi de nous montrer la sienne. Or, pour avoir une relation, dans un couple, il faut nécessairement être deux…

Avant le débarquement des troupes du roi Charles X à Sidi-Ferruch, le 14 juin 1830, il n’y avait pas d’Algérie car il n’existait alors qu’une Régence ottomane ne vivant que des rapines de ses pirates en Méditerranée et de la tyrannie qu’elle exerçait sur des populations diverses, exclusivement rurales, et éclatées en d’innombrables tribus. L’Algérie ne naquit que de la proclamation de son indépendance, voulue par le gouvernement du général de Gaulle qui la mena à son terme, le 5 juillet 1962. Depuis, elle a replongé dans la chaos…sans exister davantage.

À méditer pour notre avenir.

Le 27 décembre 2019.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

Une Réponse to “« L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn » (Victor Hugo, La Conscience).”

  1. Hervé J. VOLTO décembre 28, 2019 à 3:16 #

    Tous les pays d’Afrique en ont après la France !

    Un sondage édifiant vient d’être publié au Mali : 82% des Maliens ont une opinion défavorable de la France, 77% pensent qu’elle n’y défend militairement que ses intérêts, 62,1% considèrent que Barkhane doit quitter immédiatement le Mali et 73% estiment que la France est complice des jihadistes…

    Ce sondage confirme l’ampleur du sentiment anti Français largement affirmé le 10 février 2019 à Bamako, quand, devant plusieurs dizaines de milliers de partisans, l’imam wahhabite Mahmoud Dicko déclara : « Pourquoi c’est la France qui dicte sa loi ici ? Cette France qui nous a colonisés et continue toujours de nous coloniser et de dicter tout ce que nous devons faire. Que la France mette fin à son ingérence dans notre pays ».

    Ce rejet de la France se retrouve également au Niger et au Burkina Faso où des manifestations quasi quotidiennes demandent le départ de l’armée française.

    Au moment où la France engage la fleur de sa jeunesse pour les défendre, les populations concernées demandent donc le retrait de Barkhane… En même temps, des dizaines de milliers de déserteurs maliens vivent en France où ils bénéficient des largesses « néocoloniales » d’un pays devenu masochiste…

    Dans ces conditions, puisque notre présence n’y est pas désirée, et qu’elle y est même rejetée, que faisons-nous encore au Sahel ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :