Automobilistes : le racket s’intensifie.

3 Jan

Le gouvernement a besoin de fric mais il n’a pas les moyens de ses ambitions. Alors, il délègue à des organismes privés le racket des automobilistes, par la mise en place de radars mobiles sur des véhicules conduits par des collabos chargés de remplir les caisses de l’Etat.

2 Réponses to “Automobilistes : le racket s’intensifie.”

  1. Hervé J. VOLTO janvier 3, 2020 à 7:10 #

    Comment « l’anormal » devient-il la norme ? Dans sa pièce « Rhinocéros », Eugène Ionesco raconte la contagion mentale par laquelle les hommes se changent peu à peu en pachydermes. La « rhinocérite » évoque la montée du fascisme en Roumanie dans les années 1930, mais aussi la tentation du communisme dans la France des années 1950.

    Ce phénomène d’accoutumance à l’anormal est particulièrement bien incarné dans la pièce par un personnage nommé Dudard : éduqué, courtois et soucieux d’être toujours dans le bon camp.

    Mais ce coup-ci, on ne parle pas que d’immigration ou de chomage : on parle aussi de taxtes et d’impots. Le gouvernement a besoin de 5 milliards d’eros mais il n’a pas les moyens de ses ambitions. Alors, il se lance dans une politique de raclage de tiroirs et, cette fois-ci, il délègue à des organismes privés le racket des cons-citoyens automobilistes, par la mise en place de radars mobiles sur des véhicules conduits par des collabos chargés de remplir les caisses de l’Etat !

    Perte des repaires moraux, délocalisations, chomage, précarité, insécurité, lois liberticides et fiscalité confiscatoire : aujourd’hui, en ce début de XXI° siècle, ce n’est plus l afaute à Marie-Antoinette…

  2. Hervé J. VOLTO janvier 3, 2020 à 7:15 #

    Voici un extrait de l’agenda Présidentiel pour 2020 :

    Une série de commémorations. Et ça commencera avec le général de Gaulle à l’occasion d’un triple anniversaire : les 130 ans de la naissance du « grand Charles » à Lille, les 50 ans de sa disparition, et les 80 ans de l’appel du 18 juin 1940 à la radio depuis Londres.

    Le président Macron célébrera aussi le 150e anniversaire de la proclamation de la République par Léon Gambetta, le 4 septembre 1870.

    C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre la triple invocation de la cathédrale Notre-Dame de Paris lors de ses voeux de fin d’année, ce « joyau national ». «Chacun a vu en Notre-Dame l’empreinte de l’esprit français, quelque chose qui nous dépasse», a-t-il clamé…

    L’année qui commence va lui donner de nombreuses occasions d’essayer de nous faire vibrer. Et… casquer. Bon courage….

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :