Il y a heureusement des entreprises qui ont compris.

11 Jan

Et, ce, malgré la promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Promesse réitérée lors de son discours de Tourcoing de novembre 2017 sur la politique de la ville. Le président de la République s’engageait alors devant un parterre d’associations de quartiers populaires à poursuivre les « opérations de testing« , à « pénaliser les discriminations à l’embauche et à rendre publics les noms des entreprises les plus délinquantes en la matière« , faisant allusion à la pratique anglo-saxone du « name and shame » (nommer et faire honte). Mais où est la honte lorsqu’il s’agit de légitime défense ?

Deux ans plus tard, une grande campagne de testing a bien été lancée. Elle s’est achevée dans la plus grande discrétion. Ses résultats sont sur la table du gouvernement depuis plus de huit mois, sans qu’aucune communication ne soit pour le moment prévue, au grand dam des militants du « Grand Remplacement » ! Mais l’équipe de chercheurs mandatée pour conduire cette étude vient de publier ses résultats.

Ils sont éloquents. Mieux vaut s’appeler Amandine Fournier que Yasmina Mehdaoui, ou Florian Dubois plutôt que Mourad Benzakri lorsqu’on cherche du travail dans une très grande entreprise : 20% de chances en moins de recevoir une réponse lors d’une candidature à une offre d’emploi et 30% de chances en moins d’être recontacté après une candidature spontanée. Ce qui, à nos yeux, est encore particulièrement généreux pour des gens tout droit venus de la rive sud de la Méditerranée avec…armes et bagages !

Au total 17 600 candidatures et demandes d’informations – fictives – ont été envoyées à 103 grandes sociétés (CAC All tradable), de 6 régions françaises. A chaque fois : deux profils identiques mais dans un cas avec un patronyme maghrébin, dans l’autre un patronyme d’origine française.

Le chercheur à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée Yannick L’Horty a coordonné cette opération de testing : « On se rend compte qu’alors même que les grandes entreprises sont censées être mieux armées pour lutter contre les discriminations liées aux origines, elles discriminent. Certaines entreprises sont engagées dans des labels, signent des chartes, et on s’aperçoit qu’elles traitent différemment les candidats. L’intérêt et la nouveauté de cette étude, c’est qu’on peut produire ces pourcentages au niveau même de chaque entreprise ».

Mais l’exécutif (qui a ciblé 40 entreprises sur les 103 testées) ne souhaite pas donner de noms aujourd’hui, et les chercheurs ne peuvent dévoiler les entreprises repérées par leurs tests. Le ministère du Logement et de la Ville, en charge de ce dossier, dit vouloir travailler d’abord avec les entreprises en question, avant de décider de la pertinence de faire du « name and shame« .

Indignation feinte de Samuel Thomas, de la Fédération des maisons des potes qui s’accroche à la promesse du Président il y deux ans : « Une opération de testing a été financée par l’État et on ne nous donne pas les résultats ! Qu’est-ce qui se passe ? La notoriété des entreprises est tellement grande qu’on ne peut pas se permettre de les dénoncer ? Qu’est-ce qui fait que ce « name and shame » qui avait été promis, annoncé et martelé, n’est plus à l’ordre du jour ? » 

Sur les 103 entreprises testées, une quinzaine sélectionnent plus massivement que les autres. Il s’agit de sociétés dont le chiffre d’affaire est supérieur à la médiane. Plus attractives, elle suscitent un nombre plus élevé de candidatures pour chaque poste, ce qui explique probablementr une exposition au risque de discrimination plus élevée.

L’étude s’est aussi intéressée à l’impact du lieu de résidence (quartier prioritaire politique de la ville) sur la réception des candidatures dans les grandes entreprises. Mais impact moins significatif que le critère de l’origine présumée nord-africaine. Pas de chance…

La ministre du travail Myriam El Khomri avait, sous le quinquennat de François Hollande, mené la première campagne gouvernementale de testings. Elle avait publiquement dénoncé Courtepaille et AccorHotels pour leurs pratiques discriminatoires. Bon à savoir pour nos choix de restauration ou d’hébergement dans nos déplacements !

Une forme de discrimination positive appliquée aux entreprises méritantes.

Le 11 janvier 2020.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

2 Réponses to “Il y a heureusement des entreprises qui ont compris.”

  1. Hervé J. VOLTO janvier 11, 2020 à 4:13 #

    En parlant de gtrandes entreprises et de gros sous, Carlos Ghosn était naguère populaire, certes, mais peut-être pas auprès des employés de Nissan qu’il avait licenciés par
    milliers. Il n’a néanmoins pas eu tort de dire lors de sa conférence de presse
    qu’il a été sali et injustement attaqué après son arrestation par les médias
    nippons et ses adversaires chez Nissan sans avoir la possibilité de se
    défendre. Que les attaques, du reste, aient été ou pas justifiées. Son image a
    donc été ternie, sans toutefois que le Japonais ordinaire lui soit devenu
    pour autant farouchement hostile.

    Il faut comprendre que le Japon est un pays policé, où la police et la justice ont la confiance de la population. Les Japonais ont un respect instinctif des autorités très largement supérieur au nôtre. La délinquance y est de douze fois inférieure à celle qui a cours en
    France. L’honnêteté et la discipline sont des comportements intériorisés par la quasi intégralité des Japonais. Les accusations ont donc tout de même eu une influence sur l’opinion.

    L’affaire de Versailles a fait du bruit car elle était la plus spectaculaire. Pourtant, ce
    n’est vraiment pas ce qui est le plus grave dans ce dossier. Renault a été
    mécène des travaux des appartements de la Reine, au château de Versailles.
    Le fait que Catherine Pégard, ancienne journaliste du POINT et actuelle
    présidente du château et du domaine de Versailles, ait fait une fleur à
    Carlos Ghosn en louant à un prix plus réduit le château à l’occasion de cette
    soirée n’est donc pas particulièrement choquant. En revanche, des faits
    l’ont été réellement, pour lesquels Carlos Ghosn n’a pas donné
    d’explications que je juge convaincantes. Ainsi, de la question de l’évasion fiscale qu’il a éludée. Quant à la question des commissions, il appartiendra à l’enquête de faire la lumière. Il est possible que ses justifications soient exactes. Nous le saurons.

    Le fond de l’affaire ne touche d’ailleurs pas forcément à ce qu’elle renferme
    d’éventuellement illégal au regard du droit japonais, et peut-être du passé outre. Chose qui ne se fait jamais au japon.

    Il l’a d’ailleurs dit lui-même devant les journalistes. Il n’est pas possible
    de gérer l’alliance Renault-Nissan par le seul consensus car les deux
    groupes ont des cultures d’entreprises extrêmement différentes, sinon
    antinomiques. Carlos Ghosn pense qu’il fallait un patron à poigne et qu’il
    était le seul à pouvoir faire marcher correctement l’alliance. Ce n’est pas
    totalement faux, mais cela mériterait probablement d’être nuancé. Ce à
    quoi nous assistons en ce moment aura d’ailleurs prouvé que la méthode
    Ghosn avait ses limites. Les Japonais ont l’habitude de la gestion par le
    consensus. Il s’agit d’une nation organique. Il n’est pas interdit d’y être
    riche mais la prégnance et l’imprégnation de la société par la tradition
    confucéenne commande qu’on ne le montre pas trop, qu’on n’étale pas son
    argent et son confort de vie aux yeux des autres. Carlos Ghosn avait un
    aspect clinquant qui pouvait parfois déranger le Japonais moyen. Ce n’est
    vraiment pas leur style.

  2. Hervé J. VOLTO janvier 11, 2020 à 4:15 #

    Carlos Ghosn a laissé des traces. Il a effectivement engrangé quelques succès mais d’une manière parfois mal perçue dans l’archipel, rompant avec des pratiques anciennes et
    bien établies. Carlos Ghosn a notamment étranglé méthodiquement les
    sous-traitants locaux ou les équipementiers. C’est un pur « cost killer ».
    Pourquoi pas, sauf que quand on se comporte de la sorte pour les autres, il
    faut au moins avoir le bon goût de le pratiquer pour soi-même, au moins en
    apparence. C’est une question d’éthique.

    La justice japonaise est extrêmement critiquée dans les médias.

    Nous sommes très attachsé à la présomption d’innocence parce que ça me paraît
    être la condition nécessaire d’un procès équitable. Carlos Ghosn a insisté
    sur ce point à raison. Néanmoins, cela doit marcher dans les deux sens et il
    faut respecter le principe du contradictoire. Durant cette conférence de
    presse, nous n’avons pu entendre que le point de vue de Carlos Ghosn et
    pas celui du procureur japonais qui l’a attaqué. Monsieur Ghosn a donc eu
    tout loisir de dépeindre sous un jour très sombre le système judicaire
    nippon, expliquant ne pas voir pu préparer dans des conditions décentes sa défense.

    C’est partiellement exact, mais j’aimerais porter à votre attention qu’il a été
    libéré sous caution … chose qui a été refusée à Patrick Balkany chez nous.
    Ce qui est reproché à l’ancien maire de Levallois est pourtant d’une nature
    moins grave. Il ne lui est fait grief que d’une simple fraude fiscale. Il n’y a ni
    corruption ni abus de biens sociaux. Vous m’excuserez d’avoir la faiblesse
    de croire que protéger son propre argent de la rapacité de l’Etat est moins
    infamant que de prendre celui des autres. L’enquête française fera la
    lumière sur les agissements de Carlos Ghosn. Nous verrons ce que ça
    donne.

    J’ajoute que certains propos m’ont semblé biaisés. Carlos Ghosn aurait-il
    été mieux traité aux Etats-Unis ? J’en doute. Vous pouvez poser la question
    à Dominique Strauss-Kahn ou aux cadres d’Alstom

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :