A Lunel (Hérault), l’union des droites a le vent en poupe.

22 Jan

Mercredi 15 janvier, le responsable local du parti Les Républicains (LR) à Lunel, Clément Serna, a officiellement rallié la candidate du Rassemblement national (RN, ex-FN, Julia Plane : « Je ne vais pas combattre un discours quasi identique au nôtre ! » A sa suite, « six LR ou assimilés » rejoignent, eux aussi, la liste municipale de l’élue RN, dont Clément Serna affirme partager « 99 % des idées ».

Lunel (Hérault)

Lunel, Vous connaissez ? Nous, oui. Au travers de sa lente et inexorable descente aux enfers islamistes…(https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/02/03/douce-france-cher-pays-de-mon-enfance-13/).

Le dimanche précédant, Sébastien Pacull, ancien patron du parti Les Républicains de l’Hérault, aujourd’hui soutenu par le RN à Sète, montait sur la même scène que Marine Le Pen pour appeler « tous [ses] amis [Les] Républicains » à le rejoindre. Objectif : faire « exploser le plafond de verre ». Et fissurer un peu plus la digue entre droite et…droite.

A la même tribune, les cadres RN ont d’ailleurs multiplié les œillades à l’électorat et aux élus LR. Marine Le Pen, qui a construit toute sa stratégie politique sur le « ni droite ni gauche », a elle-même exhorté « les électeurs LR à ouvrir les yeux ». « Vos idées, c’est ici qu’elles sont aujourd’hui défendues », a enchéri Thierry Mariani, l’ancien ministre sarkozyste devenu député européen RN, qui a relancé son mouvement Droite populaire pour lui faire jouer le rôle de sas.

Dans l’état-major RN, l’idée n’est donc pas tant de s’allier au parti Les Républicains, que de les remplacer. « La fameuse union des droites au niveau des partis est une chimère, c’est à la base que tout se passe (…). Un rassemblement, oui, mais pour une alternative autour de Marine, avec le RN, sans qui rien ne sera possible », résume le député Louis Aliot, alors que lui-même se lance dans la bataille municipale à Perpignan dans une démarche d’« ouverture », sans brandir l’étiquette lepéniste.

Des rapprochements pragmatiques pour les deux parties. « C’est une réalité arithmétique. Pour gagner des villes, le RN doit capter l’électorat déboussolé de LR », explique le directeur de l’observatoire des radicalités politiques de l’Institut Jean-Jaurès, Jean-Yves Camus. Idem côté LR, dont les élus comme les électeurs, tentés par le rapprochement, s’impatientent souvent dans l’opposition. Nécessité fait donc loi électorale, avec un accroc de taille : s’ils peuvent se retrouver sur des valeurs communes – sécurité, immigration, lutte contre le communautarisme –, le RN de Marine Le Pen et la droite de LR ne sont pas (encore) tout à fait compatibles sur le versant économique.

Aucun des deux jeunes ralliés de l’Hérault n’est d’ailleurs allé jusqu’à adhérer au RN. Sébastien Pacull estime ainsi partager « la même vision » que Marine Le Pen sur l’immigration, « la France qui doit rester la France », « les banlieues où l’on doit pouvoir se balader comme sur les Champs-Elysées »… Mais sur les retraites – la présidente du RN défendant un âge légal de départ à 60 ans après quarante années de cotisation – « nous n’avons pas la même analyse », avance-t-il prudemment. Et, là, on peut le comprendre.

A Lunel, Clément Serna se fait plus tranchant. Il n’est « pas FN » et encore moins prêt à voter Marine Le Pen. « Sur le plan identitaire, il y a très peu de différences entre nous, mais sur le plan économique… », développe l’artisan « profondément filloniste », pour qui les municipales sont l’occasion de « se regrouper pour gagner, mais on n’est pas voué à voter pour les mêmes candidats aux élections nationales ». L’union des droites, lui veut d’ailleurs bien y croire, mais sans Marine Le Pen. Mais, avec sa nièce…OUI !

L’étau dans lequel se retrouve coincé LR, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, n’aide certes pas à garder les troupes, concède un cadre des Républicains, mais « des opportunistes qui vont ici ou là, il y en a toujours eu et il y en aura toujours »« Il n’y a aucune porosité entre nous et l’extrême droite, tranche même Pierre-Henri Dumont, député du Pas-de-Calais, et ceux qui rallient le RN sont désavoués. » L’élu souligne, à cet égard, qu’en Europe, tous « les partis de droite ayant pactisé avec l’extrême droite se sont fait phagocyter par elle ou ont vite rompu les ponts… » Un autre rappelle, pour sa part, qu’avec un score de 8 % aux européennes, LR ne compte aujourd’hui plus que les fidèles des fidèles : « Ceux qui devaient partir ne sont déjà plus là… » Pragmatisme ou traumatisme, c’est selon.

Une chose est sûre, en tout cas. Si Les Républicains continuent sur le chemin de l’aveuglement et, parfois même, de la lâcheté…ils disparaîtront. Entre le marteau et l’enclume.

Le 22 janvier 2020.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

2 Réponses to “A Lunel (Hérault), l’union des droites a le vent en poupe.”

  1. Hervé J. VOLTO janvier 22, 2020 à 10:11 #

    Si Les Républicains continuent sur le chemin de l’aveuglement et, parfois même, de la lâcheté… la France risque de se retrouver avec Ségolène Royal (Royale ?) comme Présdient(e?) de la République en 2022.

    Si la guerre civile n’a pas éclaté entretemps…

  2. Hervé J. VOLTO janvier 22, 2020 à 10:21 #

    Penfdant ce temps là, irruption au siège de la CFDT ; tentative d’intrusion au théâtre des Bouffes du Nord où se trouvaient Emmanuel et Brigitte Macron ; incendie de la brasserie La Rotonde où le chef de l’État avait fêté, en 2017, sa qualification pour le second tour de l’élection présidentielle… Ces derniers jours, alors que la mobilisation et le mouvement de grève contre la réforme des retraites s’étiolent, les actions directes, intimidantes ou violentes, s’amplifient. Sans compter les nombreuses dégradations de permanences de députés LREM depuis maintenant plus d’un an. Au ministère de l’Intérieur, les coupables sont parfaitement identifés : L’absence de leadership à gauche et les difficultés à condamner les violences envers le pouvoir attisent l’agressivité des groupuscules.

    En paralèle, la manifestation Marchons Enfants du 19 janvier 2020 à Paris a été un franc succès. Guillaume de Prémare, délégué général d’ICHTUS, a prononcé une allocution sur la place de la Résistance, dénonçant l’extension permanente du domaine du marché et appelant à résister au Meilleur des mondes en s’appuyant sur les ressources morales du peuple.

    Là aussi l’Union de la Droite fonctionne…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :