Voilà pourquoi les retraites vont nécessairement baisser dans les prochaines années.

23 Jan

Baisse des cotisations ? Diminution du nombre des travailleurs cotisants (démographie, chômage…) ? Augmentation de l’espérance de vie des retraités ? Crise économique majeure ?…Tout cela est possible mais, en réalité, c’est d’une autre cause dont personne ne vous parle que cette catastrophe se nourrira :

Le poids de l’immigration et de l’hébergement d’urgence que nos gouvernement ne pourront plus financer. En voici la démonstration.

En cet hiver 2020, malgré les 11 000 nouvelles places créées, dont 4 000 en Ile-de-France, les capacités d’hébergement des sans-abri arrivent à saturation. En Ile-de-France, le Samusocial a réquisitionné tous les hôtels économiques de la région où dorment chaque soir 48 000 personnes dont 22 000 enfants aux frais du contribuable !

Un tel engorgement tient autant aux nouvelles arrivées qu’aux sorties trop peu nombreuses des plus anciens, notamment des familles étrangères sans autorisation de séjour, donc de travail, d’autonomie et de la possibilité de se loger dans le parc de droit commun. Selon Dominique Versini, adjointe à la maire de Paris chargée notamment de la lutte contre l’exclusion, sur les 48 000 personnes hébergées en hôtel par le Samusocial, dont elle est administratrice, 12 000 y sont coincées depuis plus de deux ans, dont quelques centaines depuis plus de dix ans.

Mesurez-vous le poids de cette aberration ?

Les associations immigrationnistes appellent évidemment toutes à une vague audacieuse de régularisations : « Nous savons bien que les familles dont les enfants sont scolarisés ici ne seront pas reconduites à la frontière, pourtant on ne les régularise pas, ce qui prive les parents du droit de travailler et les oblige à vivre à la charge de l’Etat, résume Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs Solidarité. Et vous comprenez comment s’opère sournoisement le

« Grand Remplacement » !

Et, en plus, à un prix astronomique pour les finances publiques. « A 18 euros par nuit et par personne, soit 52 000 euros par an pour une famille de huit personnes, on pourrait, avec le même argent, financer l’achat d’un vrai logement », souligne M. Morel. Le budget de l’hébergement prévu pour 2020 atteint, en effet, 1,9 milliard d’euros, en constante hausse. Et où croyez-vous qu’Emmanuel Macron et ses complices vont trouver cet argent ?

Dans la réforme en cours des retraites !

Et maintenant, quelques exemples. Aslam, 20 ans, est arrivé de Tchétchénie à l’âge de 12 ans avec ses parents et ses cinq sœurs. Ils vivent depuis huit ans à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), en Apparthôtel où ils partagent trois chambres et une cuisine. « C’est mieux que des petites chambres d’hôtel, car nous avons une vraie vie de famille, mais on ne peut recevoir personne ni mettre nos meubles… »

Anissa, 30 ans, et Adam, 36 ans, eux, sont arrivés d’Algérie, en 2014, avec un visa de tourisme…et leurs deux enfants. « C’est une de nos connaissances qui nous a encouragés à venir, nous promettant de nous héberger. Mais quelques mois plus tard, nous avons dû partir et, après un séjour de deux ans dans un appartement squatté, nous sommes hébergés à l’hôtel, grâce au 115. Cela dure depuis trois ans. » La famille s’accommode de deux petites chambres mitoyennes et une petite salle de bains. Ils dorment tous dans une pièce et ont aménagé l’autre en séjour. Mais cela ne les a pas empêchés, depuis, de faire un troisième lardon…

« On a beaucoup de chance, estime néanmoins Anissa. Cette stabilité depuis trois ans même à l’hôtel fait du bien aux enfants. Ils aiment aller à l’école et nous participons aux fêtes du quartier, au jardin partagé. L’Etat dépense beaucoup d’argent pour nous mais tout ce qu’on demande, c’est de pouvoir travailler, cotiser, payer des impôts », assure-t-elle en montrant la facture de 4 500 euros que le Samusocial acquitte chaque mois auprès de l’hôtelier et à laquelle le couple contribue modestement à hauteur de…20 euros mensuels. Ben voyons ! Toute cette petite famille ne serait-elle pas mieux (et en tout cas en règle)…en Algérie ? Que fait-elle encore chez nous alors que le gouvernement prétend que les reconduites à la frontière ne cessent d’augmenter. En tout cas, manifestement pas pour tout le monde.

La preuve : Adam est livreur et son patron a  » accepté  » de le déclarer (ce qui est loin d’être le cas pour tous ces envahisseurs), ce qui peut, au regard des critères en vigueur depuis la circulaire Valls du 28 novembre : « Mais dès que j’aurai mon titre de séjour, mon patron aura une amende de 800 euros que je lui rembourserai », anticipe Adam. On croit rêver.

Et encore. Moussa, 26 ans, est arrivé en France en 2015, après un long périple depuis la Côte d’Ivoire (un pays où, que nous sachions, ne règne ni la guerre, ni la tyrannie, ni les viols collectifs…), en passant par le Maroc et l’Espagne. En couple depuis et père de deux enfants dont un de 2 mois, il vit de petits boulots, distribuant prospectus et magazines dans les rues de Paris, à la grande satisfaction de ses employeurs qui, eux, ont moins de scrupules que celui d’Adam…et ne paient pas de cotisations sociales !

Elle le seront grâce à l’âge pivot, au malus et à la réduction de vos pensions.

Les perspectives sont plus favorables pour Adama, arrivé du Mali en 2013, qui a débarqué gare de Lyon à Paris, après un périple de trois ans, via la Libye et l’Italie. Les premiers temps, il a bourlingué d’un foyer de travailleurs à l’autre, accumulant les boulots non déclarés dans le bâtiment et le montage d’échafaudages. Aujourd’hui en couple lui aussi et père de deux enfants (car ces gens-là savent très bien que ça bride leur expulsion), il assure la plonge dans un restaurant qui le déclare en bonne et due forme. Il place tous ses espoirs dans le prochain rendez-vous en préfecture, fixé en avril.

Rappelons à nos bras cassés du gouvernement qu’un seul Airbus A380* peut accueillir 538 passagers et que beaucoup plus peuvent être embarqués sur nos cargos et autres porte-conteneurs…Faites le calcul et vous constaterez que la remigration peut se faire en peu de temps !

Le 23 janvier 2020.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* Dont Air France ne sait pas quoi faire et souhaite se débarrasser.

3 Réponses to “Voilà pourquoi les retraites vont nécessairement baisser dans les prochaines années.”

  1. Hervé J. VOLTO janvier 23, 2020 à 11:06 #

    Quand les Gilets Jaunes et les syndicats auront enfin compris que :

    1. perte des repaires moraux, délocalisations, chomage de masse, précarité, insécurité, lois liberticides et fiscalité confiscatoire : aujoiurd’hui, en ce début de XXI° siècle, ce n’est plus la faute à Marie-Antoinette !

    2. que tout le « pognon » qu’on nous soutire sert à installer DURABLEMENT en France des communautés extra-européennes non-Chrétienne dont les coutumes sont diverses, voire contraires, aux Valeurs et traditions Françaises…

    …le Président Macron rique de rendre des compts pour un demi siècle de politique républicaine irresponsable, parfaitement décrite dans LE SUICIDE FRANCAIS d’Eric Zémour.

    Car si le poids de l’immigration et de l’hébergement d’urgence des « réfugiés », la précarité des Français et l’insécurité générale existaient bien avant l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir, ce dernier ne semble vouloir rien faire pour résoudre le problême, entendez la remigration.

    Le seul budget de l’hébergement prévu pour 2020 atteint, en effet, 1,9 milliard d’euros, en constante hausse. Et où croyez-vous que le Président Macron et ses séïdes vont trouver cet argent ?

  2. Hervé J. VOLTO janvier 23, 2020 à 11:15 #

    A l’adresse d’Emanuel Macron :

    -Depuis votre élection, tout n’est que sang et violence ! rugit Brigitte Bardo au micro d’un grand périodique Français (LE POINT, je crois).

    Après la tragi-comédie de l’âge pivot, les syndicats dits réformistes sont rentrés à la niche et, même dans les transports (SNCF, RATP), la mobilisation s’essouffle. Pourtant, chaque jour qui passe montre que l’opposition à la réforme est loin d’être le seul fait des « privilégiés » de la fonction publique qui y perdraient plus que des plumes. Jamais la CFE-CGC, qui regroupe les cadres et n’a rien d’un syndicat révolutionnaire, ou même contestataire, n’est allé aussi loin dans son opposition au pouvoir. François Hommeril, son président confédéral, continue de réclamer le retrait du projet de loi, aux côtés de la CGT, qui a appellé à voter la Loi Macron et qui se toruve aujourd’hui en porte à faux, de Force ouvrière, de Solidaires et de la FSU. Selon lui, c’est le Gouvernement qui, par son entêtement, crée les conditions du blocage. Les indépendants, notamment les avocats, sont, eux aussi, vent debout contre la disparition des caisses autonomes, dont ils seraient les premiers à pâtir.

    Journaliste, essayiste, Giuliano Da Empoli était le conseiller politique de Matteo
    Renzi, chef du gouvernement italien entre février 2014 et décembre 2016. Dans une
    tribune publiée par Le Monde et adressée à Emmanuel Macron, il souligne les
    ressemblances entre les deux dirigeants, jeunes, charismatiques, brillants, modérés,
    réformateurs, européens… Une comparaison évidemment inquiétante, quand on se
    souvient que Matteo Renzi, hier roi du dégagisme, a été à son tour, en moins de trois
    ans, balayé par les populistes de tous les bords.

    Enseignants, médecins, infirmiers, aides-soignants, cheminots, avocats, indépendants, dockers, policiers – la liste n’est pas exhaustive : le pays réel, à travers un grand nombre de ses composantes, est entrée en révolte. Et ce ne sont pas les municipales, élections malgré tout locales, qui pourront servir d’exutoire.

  3. Hervé J. VOLTO janvier 23, 2020 à 12:08 #

    PS :

    ET COMME LE SUJET EST SENSIBLE ET QU’IL REJAILLIRA SUR LES PROCHAINES ELECTIONS…

    TATIANA VENTOSE : BON, LE GOUVERNEMENT A DÉCIDÉ DE TRUQUER LES PROCHAINES ÉLECTIONS…

    EN CLAIRE : EN MARCHE… OU CREVE !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :