Pour Benjamin Griveaux, les chances de succès à Paris s’éloignent chaque jour.

27 Jan

A moins de deux mois du premier tour des élections municipales, Benjamin Griveaux peut-il encore s’imposer à Paris ? Ou a-t-il entamé une glissade qui risque de le marginaliser peu à peu ? La seconde hypothèse a notre préférence.

Jusqu’à présent, l’ancien porte-parole du gouvernement parachuté par la macronie, faisait figure de principal adversaire d’Anne Hidalgo, la socialiste candidate à sa réélection. Compte tenu des très bons scores obtenus par les macronistes (essentiellement les bobos qui ont installé l’apartheid dans la capitale) depuis 2017, Paris paraissait une ville possible à gagner pour La République en marche (LRM). Un joli trophée semblait en vue pour Emmanuel Macron, dans un scrutin qui s’annonce difficile pour le parti présidentiel au niveau national.

Mais depuis septembre 2019, rien ne va plus. Il y a d’abord eu la candidature dissidente du député de l’Essonne Cédric Villani, très mécontent de la façon dont l’« appareil » de LRM l’avait écarté pour investir Benjamin Griveaux. Candidat décalé, la vedette des mathématiques n’est pas parvenue à prendre la tête des sondages. Il n’en a pas moins capté une partie des électeurs possibles de son « frère ennemi », et totalement parasité sa campagne. Au point qu’Emmanuel Macron a dû intervenir en personne mais fort imprudemment pour tenter de le dissuader…sans succès.

Ensuite, avec la réforme des retraites, les déclarations de Benjamin Griveaux sont devenues peu audibles. « On est depuis des mois dans une sorte de faux pas… euh, de faux plat,(intéressant lapsus) appuie un membre de son équipe. Entre le débat sur les retraites, les grèves, et l’absence de la principale concurrente, Anne Hidalgo, qui ne s’était pas encore déclarée, personne ne s’intéressait à ce qu’on pouvait dire. Rien n’imprimait. »

Une tête de liste confirme le problème : « Pendant trois mois, la situation n’a pas permis à Benjamin de faire connaître son projet. Traversez la rue, demandez aux gens s’ils connaissent ses propositions. La réponse est non. Pas une. » De rares propos ont attiré l’attention, parfois au détriment du candidat, comme sa critique inattendue des bus à soufflet de la RATP, accusés de provoquer des embouteillages, et sans parler de son idée saugrenue de déplacer la Gare de l’Est vers la banlieue pour créer, à sa place un…Central Park ! Les Seine-et-Marnais mais aussi les Champenois, les Alsaciens et les Lorrains apprécieront.

Dans ces conditions, le sondage IFOP pour Le Journal du dimanche et Sud Radio publié le 19 janvier a semé le doute. Au lieu de profiter du ralliement tout frais du macro-compatible de droite Pierre-Yves Bournazel, le candidat de LRM recule, avec seulement 15 % des intentions de vote au premier tour. Pour la première fois, Benjamin Griveaux est ravalé au troisième rang des candidats, derrière Anne Hidalgo (25 %) et Rachida Dati (19 %). Et si la vraie alternative à la maire sortante n’était pas Benjamin Griveaux, mais la candidate du parti Les Républicains ?

« Devant les chiffres, quelques estomacs se sont peut-être noués, mais cela s’est vite transformé en quelque chose de positif : on doit redoubler d’efforts », assure Justine Henry, référente de LRM dans le 18arrondissement.

Emmanuel Grégoire, le directeur de campagne d’Anne Hidalgo, a une autre lecture. Le positionnement de LRM est fragile, juge-t-il, à cause du fameux « en même temps » d’Emmanuel Macron, ce mélange assumé de personnalités issues de la gauche et de la droite, de propositions de gauche et droite. Avec la campagne, « une forme de clarification s’opère, au bénéfice d’Anne Hidalgo et de Rachida Dati, estime-t-il. Je ne vois pas ce qui pourrait empêcher cette repolarisation, donc l’effritement de LRM. Pour moi, Benjamin Griveaux est sur un toboggan ».

Cédric Villani développe une analyse assez voisine. A ses yeux, son adversaire « fait campagne à droite » et « évidemment, comme l’original est toujours préféré, il perd des voix au profit de Rachida Dati », a-t-il déclaré lundi sur Franceinfo. Ce qui ne rassure personne dans son entourage !

Pourtant, Benjamin Griveaux repart à l’assaut. Jugé arrogant par une partie des Parisiens, contesté au sein de son propre camp, il devait divulguer une série de propositions gardées jusqu’à présent sous le coude, en matière de commerce mardi, de sécurité jeudi, et surtout d’aménagement et d’urbanisme durant le week-end. Puis viendra un meeting, lundi 27 janvier.

Le candidat officiel de LRM à l’Hôtel de ville espère pouvoir y présenter enfin toutes ses têtes de liste dans les arrondissements. Il en manque trois ou quatre, qui dépendent d’accords encore en négociation, en particulier avec le MoDem de François Bayrou. « Aucun doute, nous trouverons un accord avec le MoDem »,affirme Sylvain Maillard, député LRM de Paris.

Benjamin Griveaux, lui, veut croire que tout reste possible. « Rien, personne n’empêchera le changement tant attendu par les Parisiens », clame-t-il, inspiré par la méthode Coué. Il espère que l’arrivée d’un nouveau directeur de campagne, Paul Midy, plus disponible que le député Pacôme Rupin, qui était également tête de liste dans le centre de Paris, facilitera l’organisation quotidienne.

Il mise aussi sur l’appui de personnalités comme la ministre de la santé, Agnès Buzyn, pressentie comme tête de liste dans le 15arrondissement. À moins que celle qui s’est mouillée jusqu’au cou dans une réforme calamiteuse des services de santé mais aussi celle des retraites, qui n’est pas meilleure, ne soit davantage un boulet qu’un renfort.

Agnès Buzyn au pied de Benjamin Griveaux

« Le risque, c’est que Benjamin soit identifié comme le pur représentant de Macron à Paris, et qu’il soit sanctionné à cause des retraites et des grèves », redoute d’ailleurs un élu LRM.

Et si la défaite annoncée de Griveaux à Paris faisait les affaires de Macron ?*

Le 27 janvier 2020.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* À ce propos, vous pourriez lire ceci : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/11/25/chronique-dune-imposture-annoncee-la-republique-des-copains-et-des-coquins-perdure/

Une Réponse to “Pour Benjamin Griveaux, les chances de succès à Paris s’éloignent chaque jour.”

  1. Hervé J. VOLTO janvier 27, 2020 à 7:34 #

    L’imposture n’est pas seulement celle d’un homme ou d’un parti, mais avant tout celle du régime républicain lui-même.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :