LES GRANDS ORDRES DE CHEVALERIE : L’ORDRE SOUVERAIN DE MALTE (Hervé J. Volto).

3 Fév
Un Ordre de Chevalerie est une puissance Christique, dispensant à ses membres l’initiation, la consécration et l’investiture de la Chevalerie, distribuant aux Chevaliers et à leurs cercles d’influence les lumières et les forces sourdant de l’iimmuable tradition de la garde de l’Eglise et de la défense de la Chrétienté, assumant en son vivant esprit l’honneur de la Catholicité, au service de la gloire de N.S. Jésus-Christ et de l’établissement ici-bas de Son Royaume.
A quelques mètres de la Place d’Espagne à Rome , dans la très élégante et très prestigieuse via dei Condotti -l’équivalant romaine de notre Faubourg Saint-Honoré !- un cortège précédé d’une escorte de Carabiniers (Carabiniers=gendarmes) en uniforme de gala , s’engouffre sous le porche d’un palais. Dans la cour, les véhicules s’immobilisent devant une belle et grande fontaine surmontée d’une croix blanche à huit pointes peinte dans un disque de pierre rouge . Les 8 pointes de la Coix de Malte (qui est aussi celle de Saint-Lazarre ) représentent les 8 Béatitudes : Spritualité, Humilité , Charité , Compassion , Justice , Miséricorde , Sincérité , Patience !
Un petit groupe vêtu d’uniformes rouges aux épaulettes dorées acuillent des personalités en habit :
Carissimo Conte
Nous sommes dans l’enceinte de la Villa Malta , le « Vatican » de l’Ordre. Un ministre plénipotentière, ambassadeur de l’un des quatres-vingt-seize pays qui entretiennent des relations diplomatiques avec l’Ordre , vient remettre ses Lettres de Créance entre les mains du Prince et Grand-Maitre .
Il y a des Chevaliers laics au sein de l’Ordre de Malte, comme des Chevaliers religieux, parmi lesquels on trouve les Chapelains de l’Ordre et les Prieurs . Et bien, il se trouve le Souverain Grand Maitre de l’Ordre de Malte est toujours un Chevalier religieux, Prince-Evêque ayant le rang de Cardinal : ainsi le Prince et Souverain Grand Maitre de l’Ordre de Malte participe toujours au conclave qui a pour tache d’élir le nouveau Pâpe, c‘est un des cardinaux électeurs ! !!
Quelques instants plus tard, dans un salon orné de portraits -tiens, une photo de SAR Luis-Alfonso de Bourbon Espagne, Duc d’Anjou et de Cadix, en uniforme de baillis de l‘Ordre, et là, une photo du regretté Prince Charles-Hugues de Bourbon-Parme ( 1930-2010 ), dans le même uniforme rouge – le diplomate présente, selon un protocole parfaitement réglé, ses lettres au Souverain du plus petit Etat au monde . L’habit sombre du Ministre et de ses collaborateurs contraste singulièrement avec l’uniforme verneille des Chevaliers.
Un témoin non averti songerait qu’il a été transporté dans un autre age. Ce serait une erreur de le croire. L’ Ordre Souverain, Militaire et Hospitalier de Saint-Jean-de- Jérusalem dit de Rhodes dit de Malte -c’est son nom officiel- est l’héritier d’un passé millénaire et, grâce à lui, il incarne la Tradition qui se jette dans l’avenir .
Puisque l’on a évoqué les Bourbons-Parme, il faut savoir que la Duchesse Louise-Marie d’Artois , soeur du comte de Chambord et Duchesse Souveraine de Parme par son mariage avec le Duc Charles III , et donc arrière-grand-mère direct du Prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme , était dame de l’Ordre de Malte et fut enterrée avec le drapeau de l’Ordre -de Gueule à la croix de Malte d’Argent- sur son cercueil.
Saint François de Salles, a dit : L’HOMME EST LA PERFECTION DE L’UNIVERS, L’ESPRIT EST LA PERFECTION DE L’HOMME,L’AMOUR EST LA PREFECTION DE L’ESPRIT, LA CHARITE EST LA PERFECTION DE L’AMOUR !
On ne peut comprendre l’esprit de l’Ordre de Malte sans connaitre la pensée de Saint-François de Salles .
Sommaire :
1. L’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean en Terre Sainte.
2. L’Ordre des Hospitaliers de Saint Jean à Rhodes.
3. L’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jeane à Malte.
4. L’Ordre Souverain de Malte aujourd’hui.
___________
1. L’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean en Terre Sainte.
L’origine de l’Ordre Souverain Hospitalier et Militaire de Saint Jean de Jérusalem, de Rhôdes et de Malte -c’est son nom entier- remonte au milieu du XI° siècle. Vers 1048, des négociants le République Maritime d’Amalfi achètent au calife d’Egypte, alors maître de la Palestine, le droit de batri unme chapelle qu’ils dédient à la Très Sainte Vierge Marie, et à côté de laquelle ils élèvent bientôt un hopsice destiné à recevoir les pèlerins malades et nécessiteux.
Cet hospice, palcé sous le patronnage de Saint-Jean baptiste, rend de bonne heure les plus éminants services et son supérieur Gerardo Tunco, l’un des amalfitains fondateurs qui gouverne le gouverne sous le nom de Prieur, déploie tant de zèle pendant la première Croisade, qu’après la prise de Jérusalem (14 Juillet 1099), l’insitution obtient de Godfroy de Bouillon et des autres Princes Chrétiens, d’Antioche, d’Edesse et de Tripoli, des donations qui lui permettront de se développer considérablement.
Les autres frères, bientôt, ne se contentent plus de soigner les malades, mais doivent founir des escortes aux pèlerins pour les protéger des bvandes musulmannes qui infectent la campagne, l’Ordre du Temple n’existant pas enmcore : il ne sera institué qu’un siècle plus tard, en 1118. Les frères Hospitaliers de Saint Jean se donnent une organisation Chevalesque mi-militaire, mi-religieuse, dont les status seront fixés en 1121 par Raymond du Puy, successeur de Frère Gerardo : L’Ordre Hopistalier et Militaire de Saint Jean de Jérusalem est né, et Raymond du Puy en est le premier Grand Maître.
Aux triples voeux d’obéissance, de pauvreté et de chasteté, les Chevaliers de Saint Jean, qui arborrent sur leur manteau noir la Croix blanche à huit pointes suymbolisant les 8 Béatitudes, joignent l’obligation de concourir de leur personne à la défense de l’Eglise, et plus paticulièrement de combattre les infidèles.
La prière quotidienne du Chevalier de Malte résume clairement les devoirs du Chevalier de Saint Jean :
SEIGNEUR JESUS, QUI AVEZ DAIGNE M’APPELLER DANS LES RANGS DES CHEVALIERS DE SAINT JEAN DE JERUSALEM, JE VOUS SUPPLIE HUMBLEMENT, PAR L’INTERCESSION DE LA TRES SAINTE VIERGE MARIE DE PHILERME, DE SAINT JEAN BAPTISTE, DU BIENHEURREUX GERARD ET DE TOUS LES SAINTS, DE MAIDER A RESTER FIDLE AUX TRADITIONS DE NOTRE ORDRE, EN PRATIQUANT LA RELIGION CATHOLIQUE, APOSTOLIQUE ET ROMAINE, EN LA DEFENDANT CONTRE L’IMPIETE ET ET EN EXERCANT LA CHARITE ENVERS LES PROCHAINS, AVANT TOUT ENVERS LES PAUVRES ET LES MALADES. DONNEZ-MOI LES FORCES NECESSAIRES POUR POUVOIR METTRE EN EXECUTION CES DESIRS, SELON LES ENSEIGNEMENTS DE L’EVANGILE, AVEC UN ESPRIT DESINTERESSE ET PROFONDEMENT CHRETIEN, POUR LA GLOIRE DE DIEU, LA PAIX DU MONDE ET LE BIEN DE L’ORDRE DE SAINT JEAN DE JERUSALEM.
Pendant tout le XII° siècle, les Chevaliers de Saint Jean contribuent fortement aux succès des armèes Chrétiennes de Terre Sainte, organisant les premiers services de brancardiers et créant les premières ambulances -hypomobiles à l’époque!- donnant à leurs exploits, outre une gloire justement méritée, des possétions immenses que la reconnaissance des Princes et des particuliers leur donneront dans toutes les parties de l’Europe. Le pape transformera l’Ordre de Saint-Jean en Ordre Souverain.
Les Hospitaliers vont alors jouer un rôle de premier plan sur l’échiquier politique du Royaume Saint de Jérusalem. En 1137, ils reçoivent de Foulque I°, Roi de Jérusalem, la garde de la forteresse de Bath-Gibelin, en 1142 celle du Krak des Chevaliers. Leur structure militaire et leurs places fortes en font une armée très efficace.
L’Ordre suit les vicissitudes des Etats Latin d’Orient en terre Sainte -Royaume d’Arménie, Principauté d’Antioche, Comté de Tripoli et Comté d’Edesse- et leur recul progressif vers la côte. Le 28 mai 1291, les croisés perdent Acre à l’issue d’une bataille sanglante durant laquelle le grand maître hospitalier, Jean de Villiers -ancêtre d’un faneux homme politique Vendéen- est grièvement blessé.
2. L’Ordre des Hospitaliers de Saint Jean à Rhodes.
L’Ordre se replie à Chypre mais, n’ayant pu s’entendre avec le souverain du Royaume de Chypre, le perfide Henri II de Lusignan, lequel voit d’un mauvais œil une organisation aussi puissante s’installer sur son Royaume, décide, après s’être organisé en Langues et reçut en 1306 du pape Clément V l’autorisation de s’organiser en Ordre Souverain sous forme de Principauté élective et d’armer des navires, la conquête en 1309 de l’île de Rhodes (alors sous souveraineté byzantine) qui devient le nouveau siège de l’Ordre : ils y resteront jusqu’en 1522.
En 1311, ils renouent avec leurs origines en créant le premier hôpital de l’île de Rhodes et y institue ce que l’on appelle aujourd’hui la Protection Civile. À la suite de la disparition de l’Ordre du temple (1314), les Hospitaliers reçoivent les biens des Templiers, ce qui fait d’eux l’Ordre le plus puissant de la Chrétienté. Depuis Rhodes, les Chevaliers de Saint Jean attaquent les navires turcs et les empèchent de remonter le Danube, retardant le siège de Viennes de 3 siècles.
Expulsé cette fois-ci de Rhodes par Soliman le Magnifique, l’Ordre erre de Candie à Civitavecchia, puis de Cibvitavecchia à Viterbe, avant que le Roi de Piémont-Sardeigne Amédée de Savoie, qui est fait parti de l’Ordre, leur concède un palais à Nice, le Palais Lascaris -du nom du Grand Maître qui organise l’installation de l’Ordre dans cette ville- palais qui deviendra le Vatican de l’Ordre juqu’en 1530, et en reconnaissance duquel l’Ordre hopitalier changera les couleurs de l’Ordre, passant de Sinople à la Croix de Malte d’Argent à de Gueule à la Croix de Mlate d’Argent, les Armes du Roi de Piémont Sardeigne étant celles de la Savoie et de la Masion de Savoie : De gueule à la Croix d’Argent.
3. L’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jeane à Malte.
Après 8 ans de résidence à Nice, l’Ordre deviendra Souverain de l’île de Malte par le plaisir de Charles Quint. Avec ses Chevaliers, l’Ordre se transforme en une puissance souveraine qui prend de plus en plus d’importance en Méditerranée centrale. En effet, L’empereur, comprenant l’utilité que peut avoir un ordre militaire en Méditérannée face aux avancées ottomanes (Alger est conquis par le célèbre Barberousse en 1529), confie à l’Ordre l’archipel de Malte, constitué des l’îles de Malte, de Gozo et de Comino, alors dépendance du Royaume de Sicile, par un acte du 24 mars 1530, faisant du Grand Maître de l’Ordre le Prince de Malte. Même s’il est élu, le grand Maître de l’Ordre de Malte posède le titre de Prince Souverain et le Prédicat d’Altesse Sérénisime, comme aujourd’hui les Princes de Monaco et du Liechtenstein, héréditaires quand à eux.
De 1530 à 1793, Les Chevaliers de Malte vont créer sur cette petite île orange et parfumée, située au coeur de la Méditérannée, une médecine inventive, créant la paharmacologie moderne, le système hospitalier tel qu’on le conçoit aujourd’hui -les Rois de France, d’Angleterre, de Hongrie, de Pologne et l’Emperereur du Saint-Empire Romain Germanique viennent s’y faire soigner!- et l’une des premières école navale du monde, instituant au passage le secour en mer!
C’est un autre Grand Maître Français, Jean Parisot de La Valette, qui laisse son nom à la capitale de l’île. En 1566, le grand-maître fait reconstruire le fort Saint-Elme et, juste à côté, une ville nouvelle qui est baptisée de son nom : Valetta, en Français La Valette(Humilissima Civitas Valettae, La Valette). Philippe II d’Espagne, lui envoie, pour marquer sa valeur, un poignard d’or avec la devise : Plus quam valor Valetta valet. Entretemps, la Croix blanche aux huit pointes devient la terreur des barabresques.
L’Ordre de Malte envoie 4 galères à la bataille de Lépente : les Chevaliers marins y feront leur part et le Grand Maître de l’Ordre en personne, Fra’ Pietro de Monte, sucesseur de Jean de La Valette, y laissera même la vie.
L’île de Malte ayant été prise par l’armée bonarpartiste de l’expédition d’Egypte, les Chevaliers de Malte de dispercent, les anglais reprenant l’archipel maltais à Napoléen quelques années après. Quelques uns, réfugiés à Messine en Siciles, entreprennent de perpétuer l’institution hospitalière, et ayant obtenu l’abdication du Grand Maître Ferdinand de hompech, élisent à sa place l’empereur de Russie Paul I°, le 27 Octobre 1798 : bien que non-catholique -le Tsar est traditionnellement Orthodoxe- ce dernier protège l’Ordre et en respecte le caractère Catholique. A la mort de ce Prince qui a redonné du prestige à l’Ordre, les Chevaliers de Malte veulent conférer la Grande Maîtrise de l’Ordre à son sucesseur, le Tsar Alexendre I° , mais celui-ci l’ayant refusé -c’est un Orthodoxe convaincu qui n’a que faire d’un Ordre Catholique- il la confie au napolitain Giovanni de Tomasi le 9 Févier 1802, qui établit le siège de l’Ordre à Catane. Non sans avoir concervé le trône dedu Grand Maître et la relique la plus précieuse de l’Ordre : l’iconne de la Vierge de Philème, qui serait selon la légende un portrait de la Très Saionte Vierge Marie peint par Saint Marc. L’iconne est passée par mariage de la Maison Romanov à celle de Niegosh, les Maisons russe et monténégrine étant apparentées. L’iconne est aujourd’hui concervé au musé de la Municipalité de Cinja, capitale du Montenégro, et les Chevaliers de Malte y organisent chaque année un pèlerinage annuel afin d’y vénérer le portrait de la Mère de Dieu. Quand au Trône du Grand Maître de l’Ordre de Malte, il fait parti du trésor des Romanov et se trouve dans un musé à Saint Petersburg.
L’Ordre cherche néanmoins à récupérer son territoire à Malte, en vain (une des clauses du traité d’Amiens stipulait la restitution de Malte aux Chevaliers). Depuis la mort de Tomasi en 1805, le Grand Maître de l’Ordre Souverain de Malte ne porte plus que le titre de Lieutenant Magistère : le Prédicat est Prince et Altesse Sérénissime n’a pas changé. À cet « État sans territoire », le pape Léon XII accorde un couvent et une église à Ferrare en Italie, en 1826 : le 3° de ces Lieutanenants Magistères, Fra’ Ludovico Chigi Albani della Rovere, y transfère en 1827 les archives et la chancellerie de l’Ordre à Ferrara. L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem est alors gouverné par sept lieutenants qui se succèdent jusqu’en 1879. C’est sur ces ruines que va se reconstruire l’ordre de Malte avec l’élection d’un nouveau grand maître, Jean Baptiste Ceschi di Santa Croce par le pape Léon XIII en 1879 : en 1834, il y fait ransférer le siège de l’ordre définitivement à Rome, à la Villa Malta, l’actuel Vatcan de l’Ordre, où archives et chancellerie se trouvent encore aujourd’hui.
Le rétablissement des trois grands-prieurés italiens dès le début du XIX° siècle, la création, à partir de 1864, d’associations nationales ou de nouveaux prieurés, et l’approbation en 1961, par le pape Jean XIII de la charte constitutionnelle actuelle ont constitué les jalons de l’histoire moderne de l’ordre de Malte. À partir de ce moment, l’ordre de Malte crée à travers l’Europe (et plus largement le monde) des fondations locales (compétences territoriales).
4. L’Ordre Souverain de Malte aujourd’hui.
L’Ordre Souverain Hospitalier et Militaire de Saint Jean de Jérusalem, de Rhôdes et de Malte, dit Ordre Souverain de Malte ou plus simplement Ordre de Malte, tel qu’il existe aujourd’hui, est organisé comme une Archi-Confrérie ayant pour but les soins aux malades, retournant à sa vocation première. C’est aujourd’hui une organisation à vocation caritative, l’un des organismes humanitaires les plus actifs. L’ordre est organisé aujourd’hui en grands-prieurés au nombre de 6: Rome, Lombardie-Vénétie, Naples et Sicile, Bohème, Autriche et Angleterre, et en associations nationales au nombre de 47 : Allemagne (1859/1867), Grande Bretagne (Ecosse, 1875), Italie (1877), Espagne (1886), France (1891), Portugal (1899), Pays Bas (1911), Pologne (1920), Etats-Unis (1926), Hongrie (1928), Belgique (1930), Irlande (1934), Argentine (1951), Pérou (1951), Canada (1952), Cuba (1952), Mexique (1952), etc…
Le Baillis de l’Ordre dans ces pays est toujours un Prince de la maison Royale du pays accuillant, régnant ou prétendant : en espagne, c’est la Reine ellle-même qui pourvoit aux nominations, en France c’est le Prince Louis-Alphonse de Bourbon, Duc d’Anjou et de Cadix, occupe la charge de Baillis de l’Ordre. Même dans les pays en république, il faut démontrer 4 quartiers de Noblesse pour accéder au rang de commendeur, voire de Baillis.
L’Ordre Souverain de Malte possède sa propre monnaie et ses propres amabassades dans de nombreux pays, ses passeports diplomatiques et nombreux sont les Princes en exil qui trouvent refuge au sein de l’Ordre, à l’image de Charles I° d’Autriche, ultime empereur d’Autriche, qui après la chute de l’Empire Austro-Hongrois, put bénéficier de la protection de l’Ordre et voyager grâce à un passeport diplomatique de l’Ordre.
L’article 1 de la Charte Constitutionnelle de l’ordre souverain de Malte De l’origine et de la nature de l’ordre dispose dans son paragraphe 1 :
L’Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, dit de Rhodes, dit de Malte, issu des « Ospitalarii » de l’hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, appelé par les circonstances à ajouter à ses tâches primitives d’assistance une activité militaire pour la défense des pèlerins en Terre Sainte et de la civilisation Chrétienne en Orient, successivement souverain des Iles de Rhodes et de Malte, est un ordre religieux laïque, traditionnellement militaire, Chevaleresque et nobiliaire.
Le Grand Maître est toujours un Chevalier Ecclésiastique, qui possède le rang et la dignité de Cardinal et fait parti des Cardinaux qui élisent le Souverain Pontife.
On dénombre environ 12 500 membres de l’ordre de Malte et 80 000 bénévoles réguliers à travers le monde qui font vivre les activités hospitalières. La fête de l’ordre se déroule le jour de la fête de Saint-Jean Baptiste, soit le 24 juin. À cette occasion, en France, les membres de l’association Française des membres de l’Ordre Souverain de Malte se réunissent au Château de Versailles : on y procède à l’adoubement de Chvaliers Français.
La démarche moderne de l’ordre de Malte s’inscrit dans la tradition des actions menées par les Hospitaliers d’autrefois. Par exemple en considérant en 1993, grâce au Prince Romain Sforza Ruspoli, grand dignitaire de l’Ordre Outre-Alpes et parent de la regrettèe Duchesse de Ségovie, grand-mère paternelle du Prince Louis-Alphonse, l’installation à La Valette d’une commenderie de l’Ordre Souverain de Malte, comme un « retour à la maison ». Une ambassade dont l’ordre dispose à Malte dans une partie des fortifications du port de La Valette, la mise à disposition de l’Ordre, pour une durée de 99 ans renouvelable, du fort Saint-Ange par la République de Malte, dans le but que celui-ci le restaure : depuis donc 1993, il y de nouveau des Chevaliers de Malte… à Malte !
L’ordre a conservé sa mission hospitalière : « secourir et soigner nos Seigneurs les Malades ». Pour la mener à bien, il dispose d’un personnel en grande partie bénévoles. Chaque association nationale organise elle-même ses propres œuvres, qu’elle gère selon les lois du pays où elle réside. Ces associations financent elles-mêmes leurs activités médicales, hospitalières et humanitaires grâce à des cotisations, des dons lors de quêtes nationales ou encore grâce à de nombreux legs. L’Hôpital Saint Louis de Paris possède un pavillon dit de Malte, qui sopigne les lépreux. des Lépreux en France au XXI° siècle ? un cadeau de l’immigration extra-européenne : mais depuis 9 siècle, les Chevaliers de Malte soignent « nos Seigneurs les Malades » sans distinction de race, de sexe ou de religion. Dans l’esprit de Charité Chrétienne. En ces temps de conflits sporadique et de terrorisme international, l’Ordre Souverain de Malte constitue une diplomatie humanitaire très active. Et un modèle de Catholcité en action…
Hervé J. VOLTO, CJA
_____________
A paraître : L’Ordre du Saint Sépulcre .

5 Réponses to “LES GRANDS ORDRES DE CHEVALERIE : L’ORDRE SOUVERAIN DE MALTE (Hervé J. Volto).”

  1. Hervé J. VOLTO février 3, 2020 à 11:05 #

    Merci au Conseil dans l’Espérence du Roi pour avoir publié cet article. Je tiens à préciser, pour être parafitement honnête, de ne pas avoir encore à ce jour été reçut parmi les membres de l’Ordre Souverain de Malte.

    Il n’en demeure pas moins qu’il demeur prestigieux qu’en ces temps de conflits sporadique et de terrorisme international, l’Ordre Souverain de Malte constitue une diplomatie humanitaire très active.

    Et un modèle de Catholicité en action…

  2. nazratat février 3, 2020 à 12:44 #

    Je voudrais préciser , que l ‘ ORDRE DES HOSPITALIERS DE SAINT JEAN DE JÉRUSALEM est  » FRANÇAIS  » et non de  » MALTE  » ! O.D.M est une  » branche  » ressente , puisque ne datant que lorsque Napoléon 1 et est revenu de la Campagne d ‘ Egypte au XVIII S. ! A savoir que le TOUT PREMIER Grand Maître des Hospitaliers de Saint Jean ,  » GERARD TANQ ( ou TANQUE / TANC / TANCO ) était lui , de MARTIGUES et non d ‘ ailleurs ! Ses pieuses  » reliques  » sont conservées dans cette ville de Provence et non au VATICAN ! Je ne vois pas ce qu’il a à voir avec l’ O.D.M. ?? puisque Napoléon (comme toute sa famille étaient des FRANCS MAÇONS !) et que l’ EGLISE APOSTOLIQUE ROMAINE DU PAPE ACTUEL SONT sensés être CONTRE LA F.M. ! Bref les Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean sont d (‘ ORIGINE FRANÇAISE et non d ‘une petite île -état qui s ‘ est accaparé avec la bénédiction du Vatican cette part d ‘histoire ! Le Pape François viens de » VIRER  » lé dernier GRAND MAÎTRE DE CET ORDRE PUREMENT FOLKLORIQUE !!

  3. nazratat février 3, 2020 à 1:55 #

    A reblogué ceci sur My Bloget a ajouté:

    Je voudrais préciser , que l ‘ ORDRE DES HOSPITALIERS DE SAINT JEAN DE JÉRUSALEM est » FRANÇAIS » et non de » MALTE » ! O.D.M est une » branche » ressente , puisque ne datant que lorsque Napoléon 1 et est revenu de la Campagne d ‘ Egypte au XVIII S. ! A savoir que le TOUT PREMIER Grand Maître des Hospitaliers de Saint Jean , » GERARD TANQ ( ou TANQUE / TANC / TANCO ) était lui , de MARTIGUES et non d ‘ ailleurs ! Ses pieuses » reliques » sont conservées dans cette ville de Provence et non au VATICAN ! Je ne vois pas ce qu’il a à voir avec l’ O.D.M. ?? puisque Napoléon (comme toute sa famille étaient des FRANCS MAÇONS !) et que l’ EGLISE APOSTOLIQUE ROMAINE DU PAPE ACTUEL SONT sensés être CONTRE LA F.M. ! Bref les Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean sont d (‘ ORIGINE FRANÇAISE et non d ‘une petite île -état qui s ‘ est accaparé avec la bénédiction du Vatican cette part d ‘histoire ! Le Pape François viens de » VIRER » lé dernier GRAND MAÎTRE DE CET ORDRE PUREMENT FOLKLORIQUE !!

    Votre commentaire est en attente de modération

    RÉPONSE

  4. Hervé J. VOLTO février 3, 2020 à 3:47 #

    A votre serviteur, il semblait que le Bienheureux Gerardo Tunco était italien, marchand d’Amalfi, l’un des fondateurs de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, qu’il gérait sous le nom de Prieur, déployant tant de zèle pendant la première Croisade qu’après la prise de Jérusalem (14 Juillet 1099), l’insitution obtient de Godfroy de Bouillon et des autres Princes Chrétiens, d’Antioche, d’Edesse et de Tripoli, des donations qui lui permettront de se développer considérablement.

Trackbacks/Pingbacks

  1. LES GRANDS ORDRES DE CHEVALERIE : L’ORDRE SOUVERAIN DE MALTE (Hervé J. Volto). | My Blog - février 3, 2020

    […] via LES GRANDS ORDRES DE CHEVALERIE : L’ORDRE SOUVERAIN DE MALTE (Hervé J. Volto). […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :