L’Ordre du Saint Sépulcre de Jérusalem (Hervé J. Volto).

9 Fév
Un Ordre de Chevalerie est un insitution Christique, dispensant à ses membres l’initiation, la consécration et l’investiture de la Chevalerie, distribuant aux Chevaliers et à leurs cercles d’influence les lumières et les forces sourdants de l’iimuable traditon de la garde de l’Eglise et de la défense de la Chrètienté, assument en son vivant esprit l’honneur de la Chatolicité, au service de N.S. Jésus-Christ et de l’établissement ici-bas de Son Royaume.
L’ORDRE ROYAL RELIGIEUX ET MILITAIRE DU SAINT SEPULCRE DE JERUSALEM est l’Ordre de Chevalerie créé par Godefroy de Bouillon après la prise de Jérusalem en 1099. Constitué de Chanoines Réguliers et de Chevaliers, cet Ordre a pour fonction la protection du Saint-Sépulcre mais aussi la vie liturgique du sanctuaire. Sa devise est   DEUS LE VEULT , qui se traduit en Français par   Dieu le veut .
Partir aux Croisades assure l’indulgence pléniaire. Lorsqu’un Croisé endosse son Blanc-Manteau, il renaît, lavé de ses péchés. Si le thème de la Jérusalem Céleste comme symbole du paradis est un lieu commun de l’époque, la Jérusalem Terrestre, vision de Paix, de Justice et d’Union pour toutes les tribus d’Israël, est le symbole du Royaume messianique et de l’Eglise Chrétienne ouverte à tous les peuples .
Le symble de l’Ordre du Saint Sépulcre est la Croix dite de Jérusalem de couleur rouge que l’on porte sur le côté gauche du blanc-manteaux.
Des hommes dévoués se regroupent en une sorte de confrérie laïque autour du chapitre du Saint-Sépulcre. Des Croisés, restés en  Terre Sainte, des cadets de grandes familles Nobles trouvant ici l’occasion de continuer à SERVIR, de jeunes gens prets à combattre pour l’honneur de la Chrétienté, mettent spontanément leurs armes au service des chanoines pour protéger et défendre le Saint-Sépulcre : le chanoines les adoubent Chevaliers, ce qui vaut anoblissement. Comme d’autres Chevaliers engagés par les églises et les abbayes d’Occident, ils ont le statut de «rendus», dit aussi «donnés» ou «donats», c’est-à-dire de laïcs DONES A LA RELIGION, sans prononcer de vœu.
Ces chevaliers laïcs ont alors une double dépendance, une dépendance religieuse envers les chanoines et une dépendance charitable envers les Hospitaliers qui les nourissent et les entretiennent. Lorsqu’ils ne combattent pas, les Chevaliers du Saint Sépulcre se comportent comme les membres d’une confrérie de Pénitants, aidant la Chapitre canonique à accomplir la vie liturgique du sanctuaire dont ils sont chargés églement de la protection.
L’idéal du Chevalier est sensiblement le même que l’idéal proposé au Roi de France: combattre pour le droit et la justice, protéger les clercs, les femmes, les faibles, les pauvres, l’Eglise et le Royaume Saint de Jérusalem. Avant de créer l’Ordre des Chevaliers du Temple, Hugues de Payens a vraisemblablement fait partie des  milites sancti Sepulcri  dès 1115.
Le Royaume Saint de Jéusalem nait donc lors de la prise de Jérusalem (14 juillet 1099). Pour sécuriser les Lieux Saint délivrés le 15 Juillet 1099 après une journée de bataille, il faut sécuriser la ville de Jérusalem : pour sécuriser la ville Sainte de Jérusalem, il faut sécuriser la Palestine tout entière ! D’où la création du Royaume Saint de Jérusalem. Plusieurs chefs Croisés quitteront la Ville Sainte, soit pour se tailler des Principautés vassales du Royaume Saint de Jérusalem -Principauté d’Antioche, Comté d’Edesse et Comté de Tripoli- soit pour rentrer en Europe. Il ne reste plus que Godefroy, Tancrède de Hauteville, Raymond IV de Toulouse et trois cents Chevaliers. Tancrède conquit la plaine de Galilée et fonde la Principauté de Galilée.
Godefroye de Bouillon  est le premier Souverain de Jérusalem, mais se contente du titre d’Avoué du Saint Sépulcre, ne voulant pas porter un couronne d’or là où le Christ a porté une Couronne d’épine. Il faut d’abord combattre une première contre-attaque fatimide, qui est battue à Ascalon le 12 août 1099. Le Royaume se limitera aux villes de Jérusalem et Bethléem, du port de Jaffa et de la route reliant Jérusalem et Jaffa.
Godefroy meurt le 18 juillet 1100. Baudoin, Comte d’Edesse et frère de Godefroy, se présente. Il est bientt Sacreé Roi de Jérusalem.
Les institutions du Royaume, lois initialement non écrites, seront regroupés par Jaen d’Ibelin dans les   Assises de Jérusalem   : c’est une réplique de la Monarchie Capétienne Française, Catholique et Royale.
Le Royaume Saint de Jérusalem est tout d’abord une Monarchie élective : Godefroy de Bouillon, Baudoin I° et Baudoin II ont été désignés de cette manière. Mais les Barons prirent rapidement l’habitude de choisir le Roi dans la famille Royale, au point qu’après le règne de Frédéric II, et malgré l’absence du Souverain et le rejet des Hohenstofen, l’hérérédité Royale est établie. Cette double nature de la succession, élective et héréditaire, permet l’élection de Baudoin V, afin d’écarter Guy de Lusignan du Trône, et le maintien sur le trône de Jean de Brienne, veuf de Marie de Montferrat, alors que l’héritière était une fille âgée de trois ans. Enfin le Roi de Jérusalem doit-être de confession Catholique.
Dans les Chartes en latin, les Rois sont nommés   rex Hierusalem Latinorum ,   rex Ierosolymorum ,   rex Hierosolomitanus ,   rex Babilionie atque Asie , voire   rex Francorum .
Baudouin I° passe son règne à conquérir le littoral et à repousser les contre attaques islamiques. Il réussit à faire reconnaître la suzeraineté du Royaume Saint de Jérusalem sur les autres Etat Latins d’Orient : Les Royaume de Cypre et d’Arménie, la Principauté d’Antioche, le Comté d’Edesse et le Comté de Tripoli. Il meurt en 1118 et les seigneurs du Royaume lui choisirent comme successeur son cousin Baudoin du Bourg, Comte d’Édesse.
Avec l’extension des conquêtes en Terre Sainte, l’Ordre se développe en étendant sa mission de protection des Lieux Saints sur l’ensemble du Royaume Saint de Jérusalem, les Chanoines veillants sur les Lieux Saints et les Chevaliers constituant le gendarmerie du Roi de Jérusalem.  C’EST L’ORDRE DYNASTIQUE DE LA MAISON ROYALE DE JERUSALEM .
Grace à la force armée que contitue l’Ordre du Saint Sépulcre, Baudouin II renforce la présence Franque en Terre Sainte et remporte plusieurs victoires, mais ne peut s’emparer de la Syrie intérieure, les villes d’Alep et de Damas restant aux musulmans.
Les succès de la première croisade étaient principalement dus à la cohésion et à la displine des Chevaliers de l’Ordre du Saint-Sépulcre autant qu’aux divisions des musulmans. Foulques d’Anjou, successeur de Baudoin II, parvint à maintenir cet équilibre, mais la Syrie musulmane commençait à s’unifier sous la férule de Nur al-Din. La Deuxième Croisade n’aura aucun résultat positif, les Croisés ayant attaqué Damas, le seul émirat allié aux Francs.
Les règnes de Baudoin III et d’Amaury I° sont marqués par la recherche d’alliances auprès de Byzance et de l’Egypte fatimide, mais cette dernière action se soldera par un échec qui contribura à l’hégémonie de Sal- al-Din ou Saladin sur la Syrie et l’Égypte réunies, prenant le Royaume en tenaille.
Saint Baudoin IV le Lépreux, puis Raymond III de Tripoli, Régent au nom de Baudoin V, réussissent à tenir Saladin en échec, mais le comportement de Renault de Chatillon et l’avènement de Guy de Lusignan amèneront la catastrophe : l’armée Franque est vaincue à Hattin (4 juillet 1187), le Roi Guy de Lusignan fait prisonnier, et Saladin entreprend rapidement la conquête des États latins d’Orient. Le Royaume Saint de Jérusalem se réduit bientôt au port de Tyr, le Comté de Tripoli se réduit à la ville de Tripoli, au château de Tortose et au Krak des Chevaliers, et la Princiopauté d’Antioche à Antioche et à Marqab.
Avec la perte des Etats lation du levant, l’Ordre se replie sur l’Europe. C’est en 1489 que le pape Innocent VIII décide la suppression de l’Ordre canonial et son incorporation à l’Ordre Hospittalier de Saint-Jean.
L’ORDRE EQUESTRE DU SAINT-SEPULCRE DE JERUSALEM est un Ordre de Chevalerie religieux, réorganisé en 1847 sous forme d’Ordre Pontifical. C’est une association de fidèles Catholiques reconnue par le Saint Siège, et qui œuvre pour aider la communauté Chrétienne installée en Terre Sainte, aujourd’hui territoire d’Israël, de la Palestine, de Jordanie et de Chypre, voire en egypte. Sa devise est   Deus lo veult , qui  reprend la devise de l’ Ordre Royal, Religieux et Militaire du Saint-Sépulcre de Jérusalem . Les buts de l’Ordre du Saint Sépulcre sont définis dans l’article II de ses statuts, à savoir :
– Accroître parmi ses membres laïcs la pratique de la vie Chrétienne, en fidélité absolue au Souverain Pontife, en observant comme base les principes de la Charité, qui pour l’ordre sont un moyen fondamental d’aide à la Terre Sainte.
– soutenir et aider, notamment par une aide matérielle, les œuvres et les institutions cultuelles, caritatives, culturelles et sociales de l’Eglise Catholique en Terre sainte, particulièrement celles situées dans la juridiction du Patriarcat Latin de Jérusalem (diocèse recouvrant Israël, la Jordanie, la Cisjordanie, Gaza, Chypre) ; à ce titre l’Ordre soutient : -52 paroisses comprenant 80 prêtres,-206 établissements scolaires rassemblant 45 000 élèves,-différents établissements médicaux et sociaux ainsi que des organisations caritatives catholiques, -le Grand Séminaire de Beit Jala.
– encourager la conservation et la propagation de la Foi dans ces régions, en y intéressant les Catholiques répandus dans le monde entier, unis dans la charité par le symbole de l’ordre, ainsi que tous les Chrétiens : l’Ordre compte de nombreux Français.  Le Prince François-Xavier de Bourbon-Parme fut longtemps Lieutenant Français de L’Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem . Camérier Secret du Pape Pie XII et ami du Marquis de La Franquerie, il a baucoups oeuvré pour la Terre Sainte, Chypre et Rhodes. Dire que de nombreux membres de la Lieutenance Française de l’Ordre Esquestre sont Royalistes est un secret de polichinel.
Depuis cette époque, les souverains pontifes n’ont cessé d’être les Grands-Maîtres de l’Ordre du Saint Sépulcre, mais sans en exercer eux-même les droits. Ils ont d’abbord légué leurs pouvoirs à cet effet au Père Gardien du sanctuaire, mais, depuis le rétablissement du Patriarche Latin de Jérusalem au XIX° siècle, c’est à ce dernier qu’ils apprtiennent exclusivement.
La décoration consiste en une Croix potencée d’or, émaillée de rouge et cantonnée de 4 Croisettes semblales : elle s’attache à la boutonière avec un ruban noir. Les Chevaliers qui font le voyage de Jérusalem piquent en outre, une plaque sur le côté gauche.
A l’Ordre était annexée une Archiconfrérie dite ARCHICONFRERIE ROYALE DU SAINT SEPULCRE, que l’on a confondu avec lui. Cette confrérie fut institué à Saint-Samson d’Orléans par le Roi Louis VII le Jeune au retour de Terre, elle était composée de 20 frères de l’Ordre revenus de Palestine avec le Roi de France. Saint-Louis la transfèrera à la Sainte-hapelle de Paris, en 1254, pour gader la Couronne d’Epine ramenée par lui de Terre Sainte. Elle disparu à la Révolution. Louis XVIII la rétablit en 1814, mais comme ceux qui en faisaient partis prétendaient appartenir également à l’Ordre du Saint-Sépulcre que le pape avait dissout en 1489, et portaient les insignes de ce dernier, le gouvernement Royal la supprima en 1823, à la suite d’une protestation du Père Gardien de Jérusalem. On a dit que Charles X avait l’intetion de la restaurer au lendemain de la pise d’Alger, mais la Révolution de 1830 fit échouer le projet. Il semble aujourd’huiq eu la Lieutenance Française de l’Ordre Equestre ai reprit à son compte la mission de l’Archiconfrérie Royale de garder les Saintes reliques rapportées par Saint-Louis.
Sur le plan Légitime, seul el Roi de France Sacré à Reims, hérititer de la Couronne de Jérusalem, pourrait décider que ce soit au sujet de la restauration de l’ARCHI-CONFRERIE ROYALE DU SAINT SEPULCRE.
Une attente du retour du Roi de France, Souverain du Royaume Saint de Jérusalem, existe au Liban, en Terre Sainte, en Egypte comme à Chypre, Rhodes et… en Turquie où, si l’élite d’Ankara est en majorité musulmanne, on trouve de nombreux membres de la haute société d’Istamboul de confession Chrétienne. L’Ordre du saint-Sépulcre peut participer au Hiérosolymitisme ou Légitimisme de Terre Sainte et des pays de l’ex-Empire Latin de Constantinople .
Pour un vrai Chrétien, seule la Chevalerie peut extraire du chaos actuel un Ordre conforme au plan Divin.
Hervé J. VOLTO, CJA
______
A paraître : l’Ordre de Saint-Lazarre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :