L’Afrique prochaine victime du coronavirus chinois ?

12 Fév

A la date du dimanche 9 février, aucun cas d’infection par le coronavirus 2019-nCoV n’a été déclaré sur le continent africain à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ce qui laisse dubitatif quand on sait que la Chine est le premier partenaire commercial de l’Afrique et que de nombreuses liaisons aériennes existent (et perdurent) entre l’Empire du Milieu et le continent africain. En réalité, il y a peu de chances que le continent reste longtemps indemne. D’où la question qui taraude les épidémiologistes compétents : n’y aurait-il pas déjà un certain nombre de cas méconnus du fait des conditions sanitaires et médicales locales ?

Pouvoir compter sur des diagnostics rapides et fiables est essentiel en cas de suspicion, mais tous les pays africains ne disposent pas des capacités adéquates même si, partout, les Etats renforcent leurs contrôles. Les ports et les aéroports étant en première ligne. Des équipes médicales y vérifient la température des voyageurs, comme à Dakar, où de petites caméras thermiques ont fait leur apparition avant le contrôle des passeports la semaine dernière. En cas de fièvre, la procédure prévue par l’OMS est de mettre les voyageurs à l’isolement, le temps d’effectuer des tests. Mais la plupart des pays africains risquent de manquer de personnel et d’équipements pour faire face à une flambée épidémique.

A ce titre, un travail scientifique très important qui modélise le risque de développement de cette maladie vient d’être publié par une équipe internationale dirigée par Vittoria Colizza (Institut Pierre-Louis, Inserm – Sorbonne Université) sur le site medrxiv.org une modélisation du risque pour les pays africains. Selon cette modélisation, un groupe de trois Etats se situe dans le trio de tête des pays les plus menacés par une arrivée du virus : l’Egypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud. Ils sont suivis d’un second groupe constitué, lui, du Nigeria et de l’Ethiopie.

Pour cela, les auteurs – y compris le chercheur ivoirien Serge Paul Eholié – ont croisé plusieurs paramètres. D’une part, le risque lié à l’ampleur des flux de voyageurs vers l’Afrique au départ des différentes provinces de Chine, à l’exception de celle du Hubei, épicentre de l’épidémie, en raison de l’interdiction des vols aériens que les autorités chinoises lui ont imposée à partir du 23 janvier. D’autre part, la vulnérabilité de chaque Etat africain face à une urgence épidémique et ses capacités à parer à l’éventualité d’une importation de cas.

Les chercheurs ont estimé ce risque en s’appuyant sur les données du trafic aérien Chine-Afrique au cours de l’année écoulée, sur le nombre de cas confirmés et la taille de la population dans chacune des provinces chinoises. Les auteurs ont pris en compte ces données d’incidence et les trois aéroports ayant le plus gros trafic aérien dans chaque province. Puis ils ont calculé la probabilité pour une ville chinoise d’être le point de départ d’une personne infectée pour chacun des pays africains sachant qu’il existe des relations privilégiées entre certaines provinces chinoises et différents pays d’Afrique. Ce qui a montré que l’Egypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud sont les trois pays sont les plus exposés à l’importation du 2019-nCoV par le biais aérien.

Les deux index de capacité et de vulnérabilité sont exprimés sur une échelle allant de 0 à 100. Plus le chiffre est élevé, plus le niveau de capacité est important et moins la vulnérabilité est grande. Chaque pays se voit donc attribuer une probabilité plus ou moins forte pour le risque d’introduction d’un cas importé de Chine, ainsi qu’un score de capacité et une note de vulnérabilité. Bien entendu, une même valeur d’indice peut recouvrir des points forts et des faiblesses différents selon les pays.

Egypte, Algérie et Afrique du Sud présentent des aptitudes de réponse allant de « modéré » à « élevé ». L’Egypte a ainsi un index de capacité à 87 sur 100 et un index de vulnérabilité à 53 ; l’Algérie obtient 76 en capacité et 49 en vulnérabilité et l’Afrique du Sud, elle, possède un index de capacité de 62 et un indice de vulnérabilité de 69.

Pour évaluer les capacités des pays africains, Marius Gilbert (Université libre de Bruxelles), Moritz Kraemer (Harvard University et Boston Children Hospital) et leurs collègues se sont servis de l’outil de l’OMS pour l’autoévaluation des Etats membres à mettre en œuvre les dispositions du règlement sanitaire international (RSI) permettant de gérer les questions de sécurité sanitaire. L’autre dimension, la vulnérabilité, a été évaluée au moyen d’un index rassemblant des données sanitaires, économiques, démographiques, ainsi que des données sur la dynamique de la maladie et le contexte politique national et international.

Dans le classement selon le risque décroissant d’introduction du nouveau coronavirus, deux pays fortement peuplés : le Nigeria et l’Ethiopie, avec des capacités modérées (respectivement 51 et 67) couplées à une vulnérabilité élevée (respectivement 27 et 38). Ce qui les place juste après le trio de tête.

Un troisième groupe comprenant le Maroc, le Soudan, l’Angola, la Tanzanie, le Ghana et le Kenya, ont des populations relativement similaires en nombre et un risque d’importation modéré. Cependant, l’index de capacité varie entre eux de 34 (Kenya) à 75 (Maroc) et ces pays possèdent un indice de vulnérabilité globalement bas (inférieur à 46), reflétant une faiblesse importante, à l’exception du Maroc (vulnérabilité évaluée à 56).

Le reste des 54 pays africains présentent un risque d’introduction du virus ainsi qu’une vulnérabilité allant de « bas » à « modéré » et, pour la majorité d’entre eux, un score de capacité relativement bas, à l’exception de la Tunisie et du Rwanda.

Bien sûr, comme dans toute modélisation, des facteurs peuvent modifier les prévisions. C’est le cas de la dynamique de l’épidémie en Chine même. Les auteurs citent par exemple les conséquences d’une éventuelle élévation significative du nombre de nouveaux cas dans la province du Guandong, qui augmenterait plus particulièrement le risque d’introduction du virus dans un groupe de pays composé du Cameroun, de la République démocratique du Congo (RDC), de Madagascar, du Mozambique, du Rwanda, du Sénégal et de la Tunisie. De même des restrictions sur les vols aériens entre la Chine et l’Afrique – le plus gros opérateur aérien africain Ethiopian Airlines représentant à lui seul la moitié de ce trafic – modifieraient ce risque.

« Avec notre travail de modélisation, nous voulons attirer l’attention des pays riches sur le danger que représente cette épidémie pour la santé mondiale. Nous pouvons le faire, car beaucoup de données sont disponibles et cela peut aider à mieux cadrer ce qui se passe », plaide Vittoria Colizza.

D’ores et déjà beaucoup de pays africains ont renforcé leur surveillance dans les aéroports avec des contrôles de température et des entretiens avec les passagers arrivant de Chine, ainsi que leurs campagnes de communication, comme les y encourage l’OMS. Personne n’a oublié que, lors de l’épidémie de Sras en 2002-2003, partie elle aussi de Chine, l’Afrique du Sud avait déclaré des cas d’infection. Il y a beaucoup d’expatriés africains travaillant ou étudiant en Chine et leur pays d’origine n’est souvent pas en capacité de les rapatrier faute de pouvoir les prendre en charge en les isolant à leur retour.

Alors, compte tenu de la durée d’incubation de cette infection (pouvant aller jusqu’à 24 jours – actuellement -) et de ses modes variés de contamination, combien de cas couveront sous le sable africain et combien ne manqueront pas d’être réexportés vers l’Europe ?

Le 12 février 2020.

Pour le CER, Hippocrate, Conseiller à la santé publique.

Une Réponse to “L’Afrique prochaine victime du coronavirus chinois ?”

  1. Hervé J. VOLTO février 13, 2020 à 2:34 #

    La chances des africains, c’est qu’ils vivent au grand air.

    Le problème se pose dans les grandes métropoles d’Afrique du Sud et du magrhreb. Et Celles occidentales sont à risque, là où il y a des espaces clos très affolés : métro aux heures de pointe, grandes surfaces, locaux nocturnes oà s’aglutinent notre jeunesse le samedi soir.

    Une première chose à faire serait comme en Italie, INTERDIRE tout vol en provenance de Chine et des pays d’Asie du Sud -Est. Dans tous les pays de l’Union Européenne, contemporaienment.

    Le gouvernement de Rome a déjà reçut de vertes réprimendes de Pékin. A a grAnde indifférence des italiens, plu spréoccuppès de leur santé.

    En Autriche, on se moque des italiens qui ont toujours peur de mourir : cette fois-ci ils ont raison et leurs mesures dratiques de misers en qurantaine de vols en prevenance de l’Asie est dans le juste.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :