Feu la mission « Sophia » en Méditerranée.

21 Fév

Nous avons si souvent blâmé l’impuissance de la mission européenne EUNAVFOR Med, dite mission « Sophia« , au titre de la politique de sécurité et de défense commune, pour ne pas applaudir à sa prochaine disparition.

Décidée le 18 mai 2015 par l’UE, cette mission militaire avait vocation à refouler les migrants tentant de traverser la Méditerranée centrale mais aussi la mer Egée pour s’introduire clandestinement sur le continent européen. En fait, elle devint rapidement le bras armé des gouvernements de l’Union favorables à l’accueil des envahisseurs en procédant à leur prétendu sauvetage après qu’ils aient été transportés au large par les passeurs.

Nous nous sommes évidemment toujours opposés à se simulacre de démarche humanitaire qui ne visait en réalité qu’à satisfaire l’appétit de main-d’oeuvre bon marché du grand patronat et de ses alliés politiques, dans le cadre du « Grand Remplacement« .

L’Union européenne (UE) a heureusement étalé une nouvelle fois ses faiblesses et ses divisions, lundi 17 février. Et il aura fallu un compromis longuement négocié entre ministres des affaires étrangères, à Bruxelles, pour lui éviter le ridicule absolu d’un nouvel échec.

Pour cela, les ministres ont mis fin à la mission « Sophia« , lancée au plus fort de la crise migratoire de 2015 qui était alors attisée par la chancelière allemande, Angela Merkel. Elle visait, nous disait-on, à lutter contre les trafiquants d’armes et d’êtres humains, mais elle a surtout permis d’opérer des centaines de sauvetages, avant d’être réduite à une mission de surveillance aérienne il y a un an. Mais c’était encore trop puisqu’elle servit alors à renseigner les ONG négrières qui croisaient en Méditerranée et pouvaient alors lancer leurs navires à la rescousse des rafiots de migrants !

Une nouvelle mission sera lancée prochainement, à l’est des côtes libyennes, pour tenter d’empêcher les livraisons d’armes aux belligérants, à bord de navires venant de l’est de la Méditerranée. Du canal de Suez pour les navires émiratis ou jordaniens qui approvisionnent le clan du maréchal Khalifa Haftar et son Armée nationale libyenne (ANL), ou de Turquie, qui fournit les forces du premier ministre du gouvernement d’accord national (GAN), reconnu par l’ONU et l’UE, de Faïez Sarraj.

Le premier reçoit toutefois l’essentiel de ses armes par voie aérienne ou terrestre. S’agit-il, dès lors, de rester surtout éloigné des routes maritimes migratoires qui partent en premier lieu de la Tripolitaine, dans l’Ouest ? Ce qui reviendrait à les couvrir d’un noir manteau opaque, aussi favorable aux trafics que la situation précédente. Nous ne manquerons pas d’enquêter sur le sujet.

Mais les contours, l’ambition exacte et l’ampleur du nouveau projet restent flous, d’autant que les pays d’Europe centrale (en particulier l’Autriche, la Hongrie et la Slovaquie) n’en veulent pas. Pour le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, remettre des navires en mer équivalait à donner « un ticket pour l’Europe à des milliers de migrants illégaux »M. Kurz relançait ainsi l’idée de « l’effet d’aspiration » que créerait la présence, en Méditerranée, de bâtiments européens pour les embarcations de migrants désireux de rejoindre l’Italie ou Malte. Avec, à la clé, des profits pour les trafiquants d’êtres humains. Enfin quelqu’un de lucide !

« Nous avons besoin d’une opération militaire, pas d’une opération humanitaire », déclarait, lundi matin, le ministre autrichien des affaires étrangères, Alexander Schallenberg. « Ceux qui pensent avant tout aux questions de migration doivent être conscients que les problèmes de migration ne peuvent être résolus que si la Libye ne reste pas un Etat en faillite », répliquait le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas. C’est très exactement ce que nous ne cessons d’affirmer, jusqu’à réclamer que l’Union européenne choisisse enfin de soutenir le seul camp permettant d’instaurer la paix dans le pays mais aussi la fin des routes migratoires trans-méditerranéennes : l’ANL du maréchal Haftar (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/07/08/assez-derreurs-en-libye-lue-doit-miser-sur-haftar-et-non-pas-sur-les-branquignols-de-tripoli/).

L’unanimité des vingt-sept Etats étant nécessaire, il fallait pourtant contenter les deux camps et gommer, en tout cas, la référence embarrassante à « Sophia », qui sera donc arrêtée à la fin mars. La nouvelle mission, purement militaire, à composante navale, satellitaire et aérienne la remplacera. Et s’il apparaissait qu’elle crée un nouvel effet « d’aspiration », les bateaux seront déplacés ou retirés. Mais alors pourquoi attendre ? Et ne pas supprimer immédiatement et définitivement cette instance militaire inutile ? L’UE nous étonnera toujours par son impéritie.

Quant aux migrants qui seraient récupérés dans l’intervalle, « ils seront pris en charge par le pays du pavillon du navire », a expliqué sans rire le ministre italien Luigi Di Maio, l’ex-chef du Mouvement 5 étoiles (M5S) désormais associé au Parti démocrate (centre gauche) à Rome. La question des débarquements de migrants dans son pays est évidemment sensible depuis les polémiques suscitées par la fermeture des ports qu’avait décrétée Matteo Salvini (Ligue, extrême droite) lorsqu’il était ministre de l’intérieur. « A défaut, il faudra procéder par rotation des ports pour les débarquements », a ajouté M. Di Maio avec autant d’humour !

Si les Européens se félicitent de leur accord, Stephanie Williams, représentante adjointe des Nations unies en Libye, a qualifié récemment de « blague » la tentative d’embargo sur les armes à destination des deux camps rivaux. Une conférence internationale organisée en janvier, à Berlin, avait débouché sur une trêve très partielle mais n’a manifestement pas endigué les flux d’armes, de combattants et de conseillers militaires vers la Libye. Preuve de l’inutilité de cette mission navale « Sophia« .

L’UE s’efforce cependant de défendre un processus diplomatique, censé aboutir au cessez-le-feu « durable », prôné la semaine dernière par le Conseil de sécurité des Nations unies. Les modalités du contrôle de l’embargo sur les armes envisagé par l’UE devront toutefois être mieux définies. Elle pourra agir sans un nouveau mandat onusien mais aura à répondre à une série d’interrogations, avant la mi-mars et la prochaine réunion des ministres des affaires étrangères. Combien de navires seront mobilisés ? Croiseront-ils jusque dans les eaux territoriales libyennes ? Les livraisons pour les deux camps seront-elles réellement surveillées ? Et qui décidera que le seuil de l’éventuel « effet d’aspiration » pour la migration est atteint ?

DE QUI SE MOQUE-T-ON ? ET LES FRANÇAIS SERONT-ILS ENCORE DUPES LONGTEMPS DE CES MANOEUVRES ?

Le 21 février 2020.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

2 Réponses to “Feu la mission « Sophia » en Méditerranée.”

  1. Hervé J. VOLTO février 21, 2020 à 5:03 #

    Le général De Gaulle en son temps avait fustigé le mantra que constituait à ses yeux la référence incessante à l’Europe.

    -Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant « l’Europe ! », « l’Europe ! », « l’Europe ! », mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien ! expliquait-il à Michel Droit lors d’un entretien le 14 décembre 1965.

    Sans doute n’est-il pas incongru de penser que le défunt Chef de l’Etat eut été passablement contrarié de voir son successeur marteler, ad nauseam, d’un air martial, sans sauter comme un cabri, concédons-le, toutes les trois phrases :

    -la République ! la République ! la République !…

    Plus que de l’analyse, le discours du président de la République à Mulhouse, sur « le séparatisme musulman » le 18 février dernier a semblé relever de l’exorcisme et de l’incantation.

    La République ou la France ?

  2. Hervé J. VOLTO février 21, 2020 à 5:06 #

    LES FRANÇAIS SERONT-ILS ENCORE DUPES LONGTEMPS DE CES MANOEUVRES ? Ou trouveront-ils en fin le vaccin contre la Macronite ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :