LES GRANDS ORDRES DE CHAVALERIE : L’ORDRE DE SAINT-LAZARRE (Hervé J. Volto).

21 Fév
Le saviez vous ? L’Ordre des Chevaliers de Saint Lazarre fut créé par… un Roi de France !
De grosse c… hoses erronnées ont été écrits sur l’Ordre de Saint-Lazarre. De faux Ordres surgissent partous, comme des champignons. Les congrès internationaux des sciernces généalogiques et héraldiques ont été longuement empooisonnés psar des infiltrations de faux Ordres, que le 3° Congrès, tenu à Madrid en 1955, s’était pourtant empressés de stigmatiser. On savait que devait être fondée à La Hayeune association de “Lazarristes”. Des “Lazarristes” étainent arrviés les valises pleines de décorations et de diplomes. Un ministre néherlandais devait être compromis dans une cérémonie ! Plus pret de nous, des Princes d’une branche cadette de la Maison Royale de France ont constitué un hochet de vanité pour fidéliser une clientelle Royaliste. L’occasion patrait donc belle de faire connaître, par cet article, le point de vue juridique et historique Français. Et de rétablir quelques saines vérités…
Somaire.
  1. Fondation de l’Ordre.
  2. L’Ordre en Terre Sainte.
  3. L’Ordre en France.
  4. Union de l’Ordre avec l’ordre Notre-Dame du Mont-Carmel en France et avec l’Ordre de Saint-Mauriceau Royaume de Piémont-Sardeigne.
__________
  1. Fondation de l’Ordre.
Un Ordre de Chevalerie est une puissance Christique, dispensant à ses membres l’initiation, la consécration et l’investiture de la Chevalerie, distribuant aux Chevaliers et à leurs cercles d’influence les lumières et les forces sourdant de l’immuable tradition de la garde de l’Eglise et de la défense de la Chrétienté, assumant en son vivant esprit l’honneur de la Catholicité, au service de la gloire de N.S. Jésus-Christ et de l’établissement ici-bas de Son Royaume.
L’ORDRE ROYAL, MILITAIRE, HOSPITALIERE ET RELGIEUX DES CHEVALIERS DE SAINT LAZARRE DE JERUSALEM, DE NAZARETH, DE BTLEEM, AU-DELA ET EN DECA DES MERS, ou ORDRE DE SAINT-LAZARRE, est un ordre hospitalier fondé à Jérusalem au XI° siècle pour accueillir les pèlerins atteints de la lèpre, il ouvrira ses portes aux Croisés et Chevaliers lépreux pendant les Croisades, Chevaliers nommés Lazarites. Certains de ses chevaliers lépreux participent à la défense des Etat latins d’Orient : Royaume Saint de Jérusalem , Royaumes de Chypre et d’Arménie, Principauté d’Antioche, Comtés d’Edesse et de Tripoli . A près la perte de la Terre Sainte, l’Ordre se regroupe en France autour de son grand maître à la commanderie de Boigny-sur-Bionne jusqu’à la confiscation de tous ses biens en France à la Révolution. Il subit bien des aléas du fait de ses protecteurs jusqu’au moment où Louis XVIII, selon certains révisionistes Orléanistes, dilapide les derniers biens restants pendant son exil.
Les historiens contemporains ne sont pas tous d’accord aujourd’hui pour permettre de décrire la création de l’Ordre. La première mention de l’Ordre de Saint-Lazare trouvée dans des sources date de 11 19 . La tradition veut que l’hôpital de Saint-Lazare se trouve à l’extérieur de Jérusalem comme d’ailleurs tous les Lazarrets (mot dérivé de Saint-Lazarre pour désigner les léproseries) l’étaient à cette époque. Cet hôpital serait alors desservi par des moines régis par la règle de Saint-Basile le Grand sous la juridiction du Patriarche Grec-Melkite de Jérusalem.
On raconte qu’au temps du Roi Robert II le Pieux, fils d’Huges capet, le pape s’était courroucé contre le Roi de France : ce dernier avait répudié son épouse Rozalla d’Ivrée et enlevé la femme de l’un de ses Barons, Berthe de Bourgogne, épouse d’Eudes de Blois !Frappé d’excomunnication, le Roi de France aurait promis de se Croiser et jeté sur le paier la constitution d’un Ordre de Chevalerie sur le modèle de l’Ordre de la Couronne Royal fondé par soin père et dont il aurait donné pour nom ORDRE ROYAL, MILITAIRE, HOSPITALIER ET RELGIEUX DE SAINT LAZARRE DE JERUSALEM, BETHLEME ET NAZARETH, EN DECA ET AUDELA DES MERS : partir aux Croisades assure l’indulgence pléniaire, lorsqu’un Croisé endosse son Blanc-Manteau, il renaît, lavé de ses péchés, d’où le nom d’ORDRE DE SAINT LAZARRE, du nom du saint ressucité des Mort par n.S. Jésus-Christ.
Si le thème de la Jérusalem Céleste comme symbole du paradis est un lieu commun de l’époque, la Jérusalem Terrestre, vision de Paix, de Justice et d’Union pour toutes les tribus d’Israël, est le symbole du Royaume messianique et de l’Eglise Chrétienne ouverte à tous les peuples. Mais se sentant mourir, Robert II le Pieux demende à son fils Henri, d’accomplir la promesse Royale ( Epitoma vitæ regis Roberti pii ) .
Le succès de l’appel de Clermont dépassait les espérances du pape. L’évolution de la condition matérielle et de l’idéal Chevaleresque au cours du XI° siècle a dû en favoriser le retentissement en créant un état de disponibilité. Le départ en Orient est un moyen de s’affranchir de la contrainte du lignage, en un temps où le mouvement de paix et le resserrement des liens vassaliques limitent les occasions d’aventure. La Croisade réalise la fusion de l’esprit féodal et des préceptes chrétiens (le chevalier réalise au service du Christ et de l’Église son devoir vassalique).
Le premier à partir avait été Hugues de Vermandois, fils du Roi Henri I°. Il avait quitté la  France  vers le milieu du mois d’août 1096 avec une suite respectable et passant par l’ Italie , où il avait reçut l’étendard de Saint-Pierre à Rome. Godefroy de Bouillon finançait son expédition par la vente ou en hypothéquant certaines de ses possessions, partit également au mois d’août.
A la mort de son père Robert II le Pieux en 1031, le permier acte Royal d’henri I° est d’envoyer son frère Manthe et son cousin Laurent de France partir en Terre Sainte. C’est une petite troupe de Chevaliers qui se rend en Terre Sainte. Si le Prince Manthe meur en route, c’est Laurent de France qui guide les Chevaliers qui arrivent en Terre Sainte.
  1. L’Ordre en Terre Sainte.
On raconte que Baudoin d’Edesse, en voyage pour Jérusalem, voit son escorte attaquée par une bande de sarrazins, au moment de l’arrivée des Chevaliers de Saint-Lazzarre : ces derniers se jettent sur les sarrazins et les mettent en fuite. Remerciant Laurent de France de son intervention Providentielle, Baudoin d’Eddesse lui propose de l’accompagner à Jérusalem où il doit faire ses pacques. Etant également sa destination, Laurent accepte et lui propose d’e son escorte par ses soldats. En route pour la capitale du Royaume Saint de Jérusalem, es deux hommes se lient d’amititiés.
La Providence fait que Baudoin et Laurent arrivent au menet de la mort du Roi Baudoin I° de Jérusalem. Nous sommes en 1118 et la couronne de Jérusalem est d’abord proposée à Eustache III, le frère aîné du Roi, mais Josselin de Courtenay, qui ne tient pas rigueur à Baudouin du Bourg de l’avoir emprisonné en 1113, insiste pour que la couronne lui revienne, Eustache II étant un homme peu recomendable. Baudouin d’Édesse accepte et le 14 Avril 1118, dimanche de Pâques, est couronné Roi de Jérusalem sous le nom de Baudouin II. Reconnaissant, Baudouin donne à Josselin le Comté d’Edesse. Il couvre les Chevaliers de Saint-Lazarre de toutes les graces.
Comme les Chevalers de Saint-Saint-Jean, ceux du nouvel Ordre constitueront une institution tout d’abord hospitalière, puis également militaire, dont les membres se consacrent au service des malades et à la protection des lieux de soins. Bientôt, l’Ordre de Saint-Lazarre se spécialise particulièrement dans le soin des lépreux, Saint-Lazarre étant regardé comme le patron des malheureux atteints de la lèpre.
Par la suite, les Chevaliers de Saint-Lazarre étendirent leurs attributions et devinrent le second Ordre de Terre Sainte après l’Ordre du Saint-Sépulcre, étant organisés, sous la règle de Saint-Augustin, en un Ordre Religieux, Hospitalier et Militaire priant, combattant et soigant les Chevlaiers blessés ou malades, destiné en même temps à desservir les hopitaux et combattre les infidèles.
Les Chevaliers de Saint-Lazare, arborent la croix verte à la place de l’étoile blanche des Hospitaliers, rouge des Templiers ou noire desTeutoniques, et se retrouvent les armes en mains dans les combats de Terre Sainte comme pour la prise de Saint Jean d’Acre en 1191, la bataille de Gaza en 1244, au combat de damiette, à la Bataille de Mansourah en 1250. C’est en adoptant alors la règl augustinienne que l’Ordre de Saint-Lazarre est reconnu comme Ordre Hospitalier par une bulle d’Alexandre IV fulminée le11 avril 1255.
  1. L’Ordre en France
Après la perte de la Terre Sainte, les Chevaliers de Saint Lazarre se réfugient en France, où le Roi Louis VII le Jeune leur donne le chateau de Boigny, près d’Orléans. Ainsi près d’Orléans, le domaine de Boigny-sur-Bionne, érigé en domaine Royal, sert de commanderie mère. En Occident, les Lazarites ont une nouvelle vie et les fondations sont très nombreuses durant les XIII° et XIV° siècles : des commanderies de l’Ordre existent alors, en plus de la France, enAngletrere, Ecossse, Allemagne, Hongrie espagne, Etats italiques,Suisse, Flandres, etc…
A l’époque où Phillipe le Bel cherche à réduire l’Ordre du Temple, ce Roi met sous sa garde l’Ordre de Saint-Lazare en 1303 en se déclarant le Roi de France comme protecteur héréditaire de l’Ordre.
Leur compétence au service des malades est appréciée. Au XV° siècle cependant, l’Ordre périclite rapidement. En Allemagne, ils sont incorporés à l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1498. En France, les Templiers reprennent leur commenderiue à Boigny. Au XVI° siècle, siècle l’Ordre perd une grande partie de ses ressources en même temps que des biens importants en Italie, Angleterre, Allemagne et Suisse. En Angleterre, en1534, lorsqu’il rompt avec l’Eglise Catholique, Heneri VIII réunit le Prieuré anglais de Burton au domaine Royal. En Allemagne et en Suisse, l’Ordre est dépossédé de ses biens par les Princes protestants lors de la Réforme.
  1. Union de l’Ordre avec l’ordre Notre-Dame du Mont-Carmel en France et avec l’Ordre de Saint-Mauriceau Royaume de Piémont-Sardeigne.
Après différentes vissicitudes et des transformations nécessitées par les circonstances, l’Ordre de Saint-Lazarre allaient voir disparaître leur instiutuion lorqu’ils furent réunis, d’une part à l’Ordre de SaintMaurice de Piémont-Sardeigne (1572), et d’autre part à l’Ordre de N.D. du Mont Carmel (1608).
En effet, en 1607,Henri IV avait fondé l’Ordre de Notre Dame du Mont-Carmel pour sceller la réconciliation du Roi de France, converti au Catholicisme en 1593, avec le Saint Siège : Mais contre l’avis du pape, en cette même année 1607, Henri IV unit les chevaliers de Saint-Lazare de Jérusalem aux Chevaliers de Notre-Dame du Mont-Carmel et en confie la direction au grand maître de l’ordre de Saint-Lazare, Philippe De Nerestang. Malgrès un refus du pape, l’union est confirmée le 5 Juin 1668 par une bulle du cardib nal de Vnedôme, légat du pape en France.
La dénomination d’O rdre de Saint-Lazare est souvent utilisée aujourd’hui pour désigner plusieurs organisations différentes qui réclament pour origine l’ Ordre de Saint-Lazarre de Jérusalem. Toutes se veulent les continuatrices ou les héritières de l’ordre historique des Hospitaliers de Saint-Lazare. Ces deux Ordres font l’objet d’articles différents :
  • Ordre Royal Militaire, Hospitalier et Religieux de Saint-Lazarre de Jérusalem, Bethléem, Nazareth, en deçà et au delà des mers,  : ordre hospitalier crée par le Roi Robert II le Pieux vers le XI° siècle . Cet ordre en voyé en Terre sainte avait pour vocation d’accueillir et d’apporter des soins aux lépreux et de combattre les infidèles. Aparès la chute du Royaume de Jérusalem, le Roi Louis VII le Juen les installe en France et leur donne le chateau de Boigny, qui veviendra leur commenderie-mère. La Révolution dite Française voit la confiscation de tous les biens de l’Ordre. Commence alors une période obscure qui voit les derniers membres de l’Ordre rechercher des appuis en 1799 auprès de Paul I° de Russie , en 1808 auprès de Gustave IV de Suède, puis en 1814 de Louis LXVIII. C’est sous la protection de ce Roi que certains prétendent dater la fin de l’ordre historique.
  • Ordre Militaire et Hospitalier de Saint-Lazarre: mais l’ordre est maintenu en 1830 par le conseil des officiers qui obtient l’appui du premier protecteur de l’ordre le patriarche grec melkite. En 1835, un grand maître est élu par un chapitre général qui se tient en France. Le patriarche Maximos III acceptera de reprendre la protection de cet ordre en 1841. Des intérêts particuliers vont donner naissance à des obédiences particulières lors de l’élection de grands maîtres et à des Ordres de fantaisie. Réçamment, les Princes de la Maison d’Orléans ont décidé de prendre l’Ordre militaire et hospitlier de Saint-Lazzarre sous leur protection.
  • L’Ordre des Saint-Maurice et Lazarre est lui aussi issu de l’Ordre de Saint-Lazarre de Jérusalem. Cet ordre est placé sous la protection de la  Maison de Savoie .
  • L’Ordre Royal de Notre Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazarre de Jérusalem est issu de l’union personnelle de l’ordre de Saint-Lazare et de l’Ordre de Notre Dame du Mont Carmel.
Sur le plan Légitime, seul le Roi de France Sacré à Reims peut décider quoi que ce soit sur l’Ordre de saint Lazarre, comme par exemple de resaturer
Pour un vrai Chrétien cependant, seule la Chevalerie peut extraire du chaos actuel un Ordre conforme au plan Divin.
Hervé J. VOLTO, CJA
______________
A paraître : L’Ordre du temple.

5 Réponses to “LES GRANDS ORDRES DE CHAVALERIE : L’ORDRE DE SAINT-LAZARRE (Hervé J. Volto).”

  1. Hervé J. VOLTO février 21, 2020 à 11:15 #

    L’Ordre Royal de Notre Dame du Mont-Carmel fera par la suite l’objet d’un article consacré entièrement à lui. Il expliquera les développement de l’Ordre Royal de Notre Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazarre de Jérusalem Réunits, issu de l’union personnelle voulue par Henri IV.

    Merci.

  2. conseilesperanceduroi février 21, 2020 à 12:46 #

    En tout état de cause, n’oubliez pas qu’aujourd’hui AUCUN DES PRÉTENDUS ORDRES DE SAINT-LAZARE n’est légitime. L’abolition de fait fut bien réelle au XIXe siècle, par la volonté des rois de France successifs (qui en étaient les protecteurs), Louis XVI puis Louis XVIII et enfin Charles X. Et, ce, avec l’accord plein et entier du Saint-Siège qui l’a confirmé à plusieurs reprises.
    Toutes les recréations ultérieures ne furent que des impostures et même, pour certaines, des escroqueries ne reposant que sur la naïveté des uns et les fantasmes des autres.
    Le prétendu ordre de Saint-Lazare relevé sous les auspices de feu le comte de Paris, Henri d’Orléans, n’est en réalité qu’une association caritative (type loi de 1901) au nom pompeux mais en aucun cas chevaleresque (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/01/25/les-hochets-dorleans/).
    C’est pourquoi nous conseillons vivement la lecture de l’excellentissime ouvrage de Philippe Du Puy de Clinchamps, intitulé « La Chevalerie », et qui résume parfaitement cette triste affaire.

  3. Catoneo février 22, 2020 à 10:35 #

    Les histoires d’ordres de fantaisie et le trafic de décorations qu’elles peuvent générer, ont été réglées par l’ordonnance Villèle du 18 avril 1824, confirmée par le décret impérial du 10 juin 1853.
    Texte/
    Ordonnance du 16 avril 1824 sur les Ordres et Décorations
    LOUIS, PAR LA GRACE DE DIEU, ROI DE FRANCE ET DE NAVARRE
    Vu l’Article 259 du Code Pénal ainsi conçu : « Toute Personne qui aura publiquement porté un Costume, un Uniforme ou une Décoration qui ne lui appartenait pas, ou qui se sera attribué des Titres Royaux qui ne lui auraient pas été légalement conférés, sera punie d’un emprisonnement de six mois à deux ans. »
    Vu les Articles 67 et 69 de notre Ordonnance du 26 Mars 1816, portant : « Tous les Ordres Étrangers sont dans les attributions du Grand-Chancelier de l’Ordre Royal de la Légion d’Honneur.- Il prend nos ordres à l’égard des Ordres Etrangers conférés à nos Sujets, et transmet les autorisations de les accepter et de les porter. »
    Etant informé que plusieurs de nos Sujets se décorent des Insignes de divers Ordres que Nous ne leur avons pas conférés, ou pour lesquels ils n’ont pas obtenu de Nous l’autorisation qui est nécessaire afin d’accepter et de porter les Décorations accordées par les Souverains Etrangers;
    Qu’ils s’exposent, par cette conduite, aux poursuites et aux condamnations prescrites par l’Art. 259 du Code Pénal;
    Voulant faire cesser des désordres d’autant plus fâcheux que leur effet naturel est d’affaiblir le prix des récompenses obtenues régulièrement et données à des services certains et vérifiés;
    Voulant en conséquence que la Loi Pénale reçoive à l’avenir toute son exécution, et que nos Officiers de Justice ne négligent plus d’exercer à cet égard la surveillance qui leur est prescrite;
    Sur le rapport de notre Cousin le Grand-Chancelier de l’Ordre Royal de la Légion-d’Honneur, et de l’avis de notre Conseil,
    Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit :
    Art. 1. Toutes Décorations ou Ordres quelles qu’en soient la dénomination ou la forme, qui n’auraient pas été conférés par Nous, ou par les Souverains Étrangers, sont déclarés illégalement et abusivement obtenus, et il est enjoint à ceux qui les portent de les déposer à l’instant.
    Art. 2. Tout Français qui, avant obtenu des Ordres Etrangers, n’aura pas reçu de Nous l’autorisation de les accepter et de les porter, conformément à notre Ordonnance du 16 Mars1816, sera pareillement tenu de les déposer, sans préjudice à lui de se pouvoir, s’il y a lieu, auprès du Grand-Chancelier de notre Ordre Royal de la Légion d’Honneur selon la dite Ordonnance, pour solliciter notre autorisation.
    Art. 3. Nos Procureurs-Généraux poursuivront, selon la rigueur des Lois, tous ceux qui, au mépris de la présente Ordonnance, continueraient de porter des Ordres Etrangers sans notre autorisation, ou d’autres Ordres quelconques sans que Nous les leur ayons conférés.
    Art. 4. Nos Ministres, Secrétaires d’Etat et notre Grand-Chancelier de l’Ordre Royal de la Légion-d’Honneur, sont chargés de l’exécution de la présente Ordonnance.
    Donné à Paris, en notre Château des Tuileries, le 16me jour d’Avril de l’An de Grâce 1824, et de notre Règne le vingt-neuvième.
    LOUIS.
    Par le Roi,
    Le Président du Conseil des Ministres,
    J.B. DE VILLELE.
    /texte
    Les ordres orléaniens conviennent pour des adeptes ayant un complexe de théâtre. A créer une ONG caritative, avec un nom évoquant les grandes charités d’antan, autant disposer personnellement des fonds nécessaires à son lancement et son déploiement. Ce qui n’est le cas d’aucun des ordres recréés où l’on cotise pour son costume.

  4. Hervé J. VOLTO mars 4, 2020 à 11:15 #

    Sur le plan Légitime, seul le Roi de France Sacré à Reims peut décider quoi que ce soit sur l’Ordre de Saint Lazarre, comme par exemple de restaurer l’antique ORDRE ROYAL, MILITAIRE, HOSPITALIER ET RELGIEUX DE SAINT LAZARRE DE JERUSALEM, BETHLEME ET NAZARETH, EN DECA ET AUDELA DES MERS de Robert II le Pieux.

    Il décidera des grades et des décorations. Et le Manteau ne pourra être que BLANC. dans l’attente, AUCUN DES PRÉTENDUS ORDRES DE SAINT-LAZARE n’est légitime…

    Pour un vrai Chrétien cependant, seule la Chevalerie peut extraire du chaos actuel un Ordre conforme au plan Divin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :