Recep Tayyip Erdogan est un tigre de papier,

27 Fév

ou encore, comme aurait dit mon grand-père… »Grande gueule, petits bras » !

Après avoir perdu seize militaires à Idlib, en Syrie, l’armée turque vient de subir ses premières pertes à Tripoli, en Libye, où des officiers turcs et des mercenaires syriens combattent aux côtés des forces du gouvernement libyen d’accord national (GAN) dirigé par Faïez Sarraj.

Le GAN, soutenu par la Turquie et le Qatar, voit en effet sa survie menacée par les attaques répétées des forces du maréchal Khalifa Haftar, aidé militairement par l’Egypte, les Emirats arabes unis, la Russie et la France.

La mauvaise nouvelle a été annoncée samedi 22 février par le président Recep Tayyip Erdogan, alors qu’il inaugurait la bretelle d’une autoroute à Izmir, la troisième ville de Turquie sur la côte égéenne. « Bien sûr, nous avons quelques martyrs, mais en contrepartie nous avons neutralisé près de 100 légionnaires », s’est-il félicité.

Les « légionnaires » désignent les forces du maréchal Haftar, les « martyrs » sont, selon la terminologie officielle, les officiers turcs tombés au combat ! Et il y en aura d’autres, a prévenu M. Erdogan, volontiers disert sur le thème du sacrifice. « La colline des martyrs ne restera pas vide ! », a-t-il promis après avoir offert du thé aux participants à son meeting.

Des dizaines d’officiers turcs et leurs supplétifs syriens (chassés par l’avancée des troupes de Bachar Al-Assad), soit environ 2 000 combattants venus d’Idlib, ont été envoyés en Libye conformément à un accord de coopération militaire signé fin 2019 entre le président turc et Faïez Sarraj (Lire : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2019/12/22/recep-tayyip-erdogan-joue-avec-le-feu-en-mediterranee-orientale/ et aussi https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2020/01/04/la-nostalgie-ottomane-de-recep-tayyip-erdogan/ ).

Les rotations vont se poursuivre, les pertes sont inévitables, ainsi va la guerre. Tel est le message délivré samedi par M. Erdogan à son opinion, peu convaincue du bien-fondé du déploiement militaire en Libye. Fidèle à sa tactique d’instrumentalisation de l’histoire, il a évoqué la nécessité de lutter « contre les menaces à l’unité nationale et à la survie » de la Turquie, embarquée en Libye dans « une nouvelle lutte pour l’indépendance en tant qu’Etat et en tant que nation ».

Selon des sources libyennes, plusieurs officiers turcs et leur traducteur syrien ont été tués lors d’une attaque menée mardi 18 février dans le port de Tripoli par l’armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Haftar.

L’attaque a été aussitôt démentie par Ibrahim Kalin, le porte-parole de la présidence turque. L’ANL a déclaré pour sa part avoir tué seize militaires turcs depuis qu’Ankara a envoyé ses troupes dans le pays pour soutenir sa faction rivale. Une centaine de mercenaires syriens alliés des Turcs sont morts aussi dans des affrontements récents à Tripoli lors d’une avancée de l’ANL, a rapporté dimanche la chaîne de télévision Sky News Arabia.

Côté turc, la plus grande discrétion prévaut sur le nombre exact d’officiers tués. M. Erdogan a entretenu le flou en évoquant « quelques martyrs ». Les médias qui lui sont acquis, soit 95 % des télévisions et des journaux du pays, sont désespérément muets sur le sujet.

Mais, visiblement, consigne a été donnée de ne pas ébruiter les déboires de l’armée sur le terrain libyen. Il ne faudrait pas risquer de contrarier davantage la population, laquelle, déjà passablement mécontentée par la perte de son pouvoir d’achat, ne voit pas d’un bon œil l’envoi d’officiers et de matériel militaire sur un théâtre d’opération aussi éloigné, une initiative jugée coûteuse et inutile.

Selon un sondage réalisé par la société Istanbul Economics Research, 58 % des personnes interrogées sont opposées à l’intervention en Libye. L’opposition parlementaire, les nationalistes du Bon Parti et les républicains du CHP, le vieux parti d’Atatürk, multiplient les critiques. « Quels intérêts protégeons-nous ? », interroge Aydin Sezgin, député du Bon Parti, sur son compte Twitter.

M. Sezgin, élu au Parlement pour la ville d’Aydin, située non loin d’Izmir, est d’autant plus affligé que l’un de ses administrés, le colonel Okan Altinay, tué dans les combats autour de Tripoli, a été inhumé en catimini à Aydin, sans avoir reçu les honneurs militaires dus à son rang. Prise au plus haut niveau, à Ankara, la décision de « l’enterrer secrètement », selon l’élu, est plutôt inhabituelle. C’est la première fois dans l’histoire de la République turque que l’armée, qui a pour coutume de rendre un hommage appuyé à ses soldats, manque à l’appel des funérailles.

Les camarades de promotion du colonel Altinay ont très mal vécu la chose. Blessés, ils se sont demandé pourquoi il avait été privé des cérémonies d’usage. Après tout, n’est-il pas un « martyr » lui aussi ? Ils n’ont pas apprécié l’attitude du chef de l’Etat qui exalte les « martyrs », en promet d’autres à l’avenir, et refuse d’accorder les honneurs à ceux qui sont tombés sur le champ de bataille.

A des journalistes du quotidien d’opposition Yenicag, ces militaires ont raconté le difficile parcours du colonel, qui, après avoir été congédié de l’armée pour « kémalisme » (du nom de Kemal Atatürk, le fondateur de la République), avait réussi à la réintégrer en se portant « volontaire » pour les missions les plus difficiles, notamment en Libye.

Comme la polémique commençait à enfler sur les réseaux sociaux et dans les allées du Parlement, M. Erdogan a bien été obligé de reconnaître la perte de « quelques martyrs », histoire de ne pas trop contrarier sa base islamo-conservatrice. Pour autant, les journalistes qui avaient révélé le pot aux roses, soit la pratique des enterrements secrets, ne sont pas restés impunis. Les comptes Twitter de Murat Agirel et de Batuhan Colak, du quotidien d’opposition Yenicag, ont été bloqués. Le premier, qui avait publié des photos des officiers décédés, a raconté avoir reçu de nombreux messages de menaces.

Quoi qu’il en soit, les déboires de Recep Tayyip Erdogan, tant en Syrie qu’en Libye, mettent en évidence sa réelle fragilité et l’inconsistance de sa politique expansionniste. Un résumé de ce qu’est l’islamo-fascisme à la turque…

Le 27 février 2020.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

5 Réponses to “Recep Tayyip Erdogan est un tigre de papier,”

  1. Jean André février 27, 2020 à 9:54 #

    Α quand la prochaine Lepanto, la prochaine Navarin? La Chrétienté européenne (ou ce qui en reste) a-t-elle encore quelque chose dans le ventre? Je ne puis plus croire qu’en un miracle, mais n’est-ce pas cela justement la foi?

  2. Jean André février 27, 2020 à 9:59 #

    Excellent article, bravo!

  3. Hervé J. VOLTO février 27, 2020 à 11:04 #

    Exellante amalyse.

    Les prophéties de Nostradamus disent que les armées du Grand Monarque raseront au sol la Turquie à la manière de ce Sarkosy a fait, à tort ou à rasion, en Lybie.

    -Prépare la paix qui possède la matraque la plus grosse (Tony Stark, Iron man I)

  4. conseilesperanceduroi février 28, 2020 à 9:22 #

    Et sachez que cela ne s’arrange pas. Au moins 33 soldats turcs ont été tués, jeudi 27 février, dans des raids de Damas sur la province d’Idleb (nord-ouest de la Syrie), selon un bilan communiqué dans la nuit par le gouverneur de la province turque de Hatay, frontalière de la Syrie. Outre les 33 morts, une trentaine de militaires turcs ont été blessés dans les frappes aériennes.

  5. Hervé J. VOLTO février 28, 2020 à 1:59 #

    LA RANCOEUR D’ERDOGAN, QUI REVE DE REFONDER L’EMPIRE OTTOMAN, NE DOIT PAS ETRE CEPENDANT SOUS-ESTIMEE.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :