Les dirigeants de l’Union européenne (UE) ne sont que des maquignons.

19 Mar

Pour lesquels seule compte la sacro-sainte intégrité du marché intérieure de l’UE. Même les nouvelles invasions barbares qui détruisent pourtant nos racines, notre Histoire, notre culture, ne sont vues que comme de merveilleuses opportunités en matière de main d’oeuvre voire d’amélioration démographique…L’image en miroir de la bonne vieille traite négrière.

Mais voilà du nouveau pour l’UE. Limiter la contagion du virus SARS-CoV-2 (coronavirus ou Covid-19)…sans pour autant menacer l’intégrité du marché intérieur, qui est l’une des clés de voûte de la construction communautaire : tel est aujourd’hui le défi auquel l’Union européenne (UE) est confrontée et qui la force à concevoir d’une manière radicalement nouvelle la question de ses frontières, extérieures comme intérieures. Un sujet traditionnellement explosif pour les eurolâtres.

Lundi 16 mars, Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission de Bruxelles, a annoncé qu’elle allait proposer aux Etats membres « une restriction temporaire, d’une durée initiale de trente jours, prolongeable si besoin, sur les voyages non essentiels à destination de l’UE ». Elle avait parlé dans la matinée, par visioconférence, de cette fermeture aux visiteurs étrangers avec le président français Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil européen Charles Michel, avant d’informer le G7. Mais elle n’a rien dit évidemment des hordes migrantes qui continuent de se déverser sur notre continent, dans le cadre de la nouvelle technique de peuplement que nous avons appelé le « goutte-à-goutte migratoire » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2020/03/10/le-goutte-a-goutte-migratoire-a-tres-grosses-gouttes-continue-1/).

Objectif respectable (même s’il est trop tardif) : empêcher la propagation du virus mais aussi limiter, autant que possible, la pression sur les systèmes de soins européens, mis à rude épreuve par la pandémie.

Il s’agit donc de fermer temporairement les frontières de l’Europe, élargies aux quatre pays non-membres de l’UE qui ont adhéré à l’espace Schengen, c’est-à-dire la Suisse, l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège. Elles englobent aussi le Royaume-Uni, puisque les discussions entre Londres et Bruxelles sur la relation future ont à peine commencé et que la Grande-Bretagne fait encore partie de l’UE, jusqu’au 31 décembre au moins.

Cela tombe bien, le gouvernement britannique semble désormais décidé à se montrer moins désinvolte que ces derniers jours quant à la manière dont il souhaite gérer l’épidémie. Il expliquait jusqu’ici que plus le virus se propagerait, plus une part importante de la population serait immunisée (ce qui est risqué mais pas absurde). « Le moment est venu pour chacun de mettre fin à tout contact non essentiel avec les autres et de stopper tout déplacement non nécessaire », a annoncé, lundi, le premier ministre Boris Johnson. Les Britanniques, a-t-il ajouté, doivent éviter les pubs, les clubs, les théâtres et autres lieux de sociabilité, ainsi que recourir au télétravail.

La fermeture des frontières de l’UE ne concernera pas les citoyens européens et leur famille souhaitant rentrer chez eux, les résidents permanents, les travailleurs transfrontaliers ou les diplomates. Les personnels de santé – médecins, infirmiers –, les chercheurs ou les experts de la santé continueront également à avoir accès à l’UE, sans restriction. Soit.  Mais le flux de camions transportant des marchandises doit aussi se poursuivre, a insisté Mme von der Leyen. Et les Européens qui voudraient quitter le continent pourront le faire. Ça tombe bien, nous avons quelques suggestions concernant beaucoup d’habitants de nos banlieues malfamées !

Les Vingt-Sept devaient se prononcer, mardi 17 mars, sur l’initiative de la Commission, lors d’une réunion extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement, organisée par visioconférence. « J’en ai discuté avec la majorité des Etats membres, qui soutiennent cette initiative », affirme la présidente de la Commission, qui affirmait ne pas douter que sa proposition serait validée par les capitales. Elle l’a été. Les portes de l’UE resteront donc closes pendant… un mois. Du jamais vu.

Critiquée pour la lenteur de certaines de ses réactions, alors que les premières mesures restrictives ont été prises mercredi 11 mars (en Autriche), la Commission tente aussi de reprendre la main sur la question des frontières intérieures

Les règles de l’espace sans passeport de Schengen autorisent (avec parcimonie) des restrictions à la libre circulation en cas de crise grave. C’est la première fois que le risque sanitaire est invoqué. A ce jour, sept pays membres – l’Autriche, la Hongrie, la République tchèque, le Danemark, la Pologne, la Lituanie et l’Allemagne –, ainsi que la Suisse, ont notifié à la Commission la mise en place de contrôles à leurs frontières. L’Espagne ne devrait pas tarder à le faire. La France, comme à son habitude, traîne des pieds. Elle le paiera de morts supplémentaires par le coronavirus…

La semaine dernière, Mme von der Leyen et la commissaire aux affaires intérieures, Ylva Johansson, avaient prôné en vain des mesures proportionnées et, surtout coordonnées, afin d’éviter un chaos qui pourrait perturber la vie des citoyens, les transports et les flux de marchandises. Avec à la clé, en cette période de forte tension, des menaces sur l’approvisionnement en biens essentiels (nourritures, produits médicaux, composants, etc.). La Commission demande aux Etats concernés qu’ils mettent en place un système de voies rapides pour les transporteurs afin de leur éviter des attentes interminables. Enfin une bonne idée.

« La priorité c’est la santé des citoyens », a insisté Charles Michel, lundi, pour justifier les mesures de contrôle et de limitation des entrées dans l’UE, afin d’éviter une pression supplémentaire sur les systèmes de soin. Comme s’il était impératif de s’en justifier…

La Commission espère au moins que les mesures de contrôle seront mesurées et représenteront « les avis scientifiques ». La semaine dernière déjà, on avait vu poindre, dans les propos de Mme von der Leyen, l’idée que la limitation des voyages ne serait pas une solution miracle. La présidente défendait plutôt l’idée de tests sanitaires aux frontières – tout en estimant, tenez-vous bien, que des personnes malades ne devaient pas se voir refuser l’entrée. Car, le leitmotiv de la Commission, est de maintenir un système « non discriminatoire » ! On croit rêver.

Voyant surtout se profiler de nouvelles menaces pour l’espace Schengen et le risque qu’à terme, il finisse par être démantelé, Bruxelles joue cette fois la carte de l’indispensable défense du marché unique. En se cachant derrière l’obligation d’assurer que les équipements médicaux et les médicaments puissent parvenir aux médecins et aux patients sans entrave. Il faut aussi veiller, insiste la Commission, à ce que les chaînes d’approvisionnement des usines qui les fabriquent ne soient pas rompues, et qu’aucune pénurie alimentaire se profile.

À la Commission européenne, l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Le 19 mars 2020.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

2 Réponses to “Les dirigeants de l’Union européenne (UE) ne sont que des maquignons.”

  1. Hervé J. VOLTO mars 19, 2020 à 11:23 #

    Et à cette ligne politique européenne bien précise, il opposer notre Plan d’Action Royales Mutuelles immédiates (PARMI) :

    1°) Mener un combat contre le mondialisme : LA FRANCE D’ABORD !
    2°) Afficher nos racines Chrétiennes : ROYALISTES PARCE QUE CATHOLIQUES ET FRANCAIS.
    3°) Prendre part aux luttes du peuple, dans les organisations que celui-ci se donne : FAVORISER L’UNION DES DROITES.
    4°) Considérer que le changement ne pourra se faire QUE par les élections : ETRE PRESENTS -s’il le faut et quand il le faut- DANS LA RUE.

    Si tout semble fait pour empécher le 4° Point, il est de notre devoir de réfléchir à une stratégie visant au 3° Point, le jour que nous pourrons ressortir et aller voter.

    Marion Maréchal, qui ne chache pas incarner cette droite historique, Monarchique et Catholique traditionaliste, qui va de Joseph de Maîstre à Charles Mausrras, et qui est la notre, et Eric Zémour, juif-Français convertit, et donc Royaliste parce que Catholique et Français, ont commnecé à insituer une Union des Droites en réunissant des organisations Royaliste et non-Royalistes, envue de constituer une sorte de Conseil national de Réisiatnce à l’ennemi.

    Par exemple, Robert Ménard, né le 6 juillet 1953 à Oran, est un journaliste, essayiste, éditeur et homme politique Français.

    Il est co-fondateur de l’association REPORTER SANS FRONTIERE (RSF), que l’on sait servir de couverture aux Services de renseignement Français et américains, et non israeliens, et dont il est le secrétaire général de 1985 à 2008, ainsi que du site internet Boulevard Voltaire, lancé en 2012. Il est également le fondateur, en 2008, de la maison d’édition Mordicus, qu’il dirige avec son épouse, Emmanuelle Ménard.

    Un temps engagé à gauche, il s’en éloigne progressivement pour rejoindre l’extrême droite. À l’issue des élections municipales de 2014, il est élu maire de Béziers avec le soutien du Front national, de Debout la République -devenu entre-temps Debout la France- et du Mouvement pour la France. D’orientation populiste, son mandat est marqué par des mesures et des déclarations faisant polémique jusqu’au niveau national et qui sont pour certaines sanctionnées par la justice.

    Emmanuelle Ménard, également connue sous son nom de naissance Emmanuelle Duverger, née le 15 août 1968 à Lille, est une journaliste et femme politique Française.

    Mariée à Robert Ménard qu’elle rencontre en 2000, elle accompagne son parcours journalistique puis politique. Lors des élections législatives de 2017, elle est élue dans la 6e circonscription de l’Hérault avec le soutien du Front national (FN), de Debout la France (DLF), de Souveraineté, identité et libertés (SIEL), du Centre National des Indépendants et Paysans (CNIP) et du Mouvement Pour la France (MPF).

    Catholique pratiquante, elle est militante de La Manif pour tous. Libération l’a décrite comme une « Catholique militante proche de la nébuleuse Civitas » : elle dément une telle proximité, de même que celle qu’on lui prête avec l’institut de formation catholique ICHTUS, et rejette le qualificatif d’intégriste. Elle indique avoir « le plus grand mal avec une bonne partie de ces prêtres biberonnés à Vatican II », et présente l’Église contemporaine comme « une officine pro-migrants ». Le couple Ménard est proche d’Antoine de Rochebrune, responsable de l’Opus Dei en France. Emmanuelle Ménard est une proche de Marion Maréchal…

    A toutes les prochaines élections, nous derons nous temir prets !

  2. Hervé J. VOLTO mars 19, 2020 à 11:31 #

    Contre la politique européenne, je voudrai lancer un appel à ALLIANCE ROYALE.

    Une action politique menant un combat contre le mondialisme tout en affrimant nos racines Chrétiennes pourrait-il à un mouvement souverainiste qui se place dans la « filiation de la Résistance Française » et que l’LLAIANCE ROYALE pusse faire sienne ? Son but serai de « recouvrer l’indépendance nationale dans une Europe de la coopération des États et des peuples ». En matière économique, notre mouvement pourrait promouvoir la liberté d’entreprendre en favorisant l’implantation des entreprises sur les territoires Français par une fiscalité intéressante et en usant du protectionnisme. Il serait pour une « moralisation » de l’économie. Concernant les questions sociétales, il défendrait les valeurs fondées sur la famille, l’attachement au terroir, le sentiment d’appartenance à la France, le respect du repos dominical, ce qui suppoe en amont la reconnaissance des racines Chrétiennes de la France.

    La « promotion de la ruralité », de la CHASSE et de la PECHE serait au centre de la politique agricole du mouvement Royaliste qui veut créer un ministère de la ruralité et créer des bourses pour étudiants en médecine afin de les inciter à s’installer à la campagne. Politique d’immigration : immigration Chrétienne, de tradition européenne. Poilite étrangère : une France Fille Aînée de l’Eglise et Educatrice des Peuples, indépendante et rayonnante. Défense : accroitre l’effort de défense et sortie de l’Otan.

    Est-il posible d’insérer l’ALLIANCE ROYALE dans une union des droites à la Emmanuelle ménard ? est-il possible de voir Emmanuelle Ménard aux Présdientielles de 2020 avec le soutient de l’ALLIANCE ROYALE ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :