Coronavirus : ça va être très difficile en métropole mais ce sera probablement pire dans nos territoires de l’Océan Indien.

25 Mar

C’est dorénavant une course de vitesse qui s’est engagée à Mayotte et à La Réunion pour éviter une « déflagration » sanitaire…qui aura lieu quand même.

Les deux départements français de l’océan Indien avaient, jusqu’à il y a peu, été épargnés par l’épidémie de Covid-19. Le premier cas à La Réunion a été détecté le 11 mars : il s’agit d’un habitant de Saint-Denis, âgé de 80 ans, de retour d’une croisière aux Bahamas et qui avait transité par Paris. A Mayotte, le premier cas déclaré remonte au 14 mars, là aussi en provenance de la métropole. A la date du 24 mars, la Réunion comptait 83 cas et Mayotte, 30 cas. Avec, désormais, des cas autochtones, témoignant de la circulation du virus dans ces territoires insulaires.

Ces chiffres peuvent paraître relativement faibles mais doivent être mis en regard des capacités d’accueil et de traitement des malades, ainsi que des conditions de précarité d’une partie de la population de ces départements – doublées, à Mayotte, de dizaines de milliers d’immigrants vivant dans des bidonvilles et dont l’Etat tolère la présence au lieu de les expulser. Ainsi, Mayotte compte 16 lits de réanimation pour une population de 256 000 habitants selon l’Insee mais, en réalité, supérieure à 350 000 du fait de l’immigration clandestine.

Mais ce n’est pas tout. Le nombre de médecins de ville est vingt fois inférieur à la moyenne nationale, quatre fois inférieur en ce qui concerne les médecins hospitaliers. De surcroît, sévit actuellement une épidémie de dengue d’une exceptionnelle ampleur : à la date du 18 mars, 2 254 cas avaient été confirmés, entraînant 129 hospitalisations, 416 passages aux urgences et 3 décès.

Selon la commission médicale d’établissement du centre hospitalier de Mayotte (CHM), ses capacités seront dépassées d’ici quelques jours seulement. Elle réclame « des commandes urgentes et massives de masques en plus de ceux prévus dans le quota outre-mer ». Alors qu’un cas grave est actuellement en réanimation, les contrôles des mesures de précaution internes au CHM ont été renforcés. La communauté médicale réclame que des renforts militaires soient sollicités. En appui de ces demandes, le député (LR) Mansour Kamardine a adressé un courrier au président de la République. Outre l’envoi de matériel par fret aérien, il en appelle à l’« envoi à Mayotte d’un navire-hôpital doté de lits de réanimation » et à l’établissement d’« un hôpital de campagne permettant de décharger le CHM ». Ben voyons…Quand les moyens manquent tant en métropole ! Relisez donc, à ce propos, notre article du 12 mars dernier : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2020/03/12/il-est-non-seulement-urgent-mais-vital-de-se-debarrasser-de-mayotte/.

Depuis dimanche à minuit, un arrêté d’interdiction des liaisons entre la métropole et La Réunion, Mayotte, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, Saint-Martin et Saint-Barthélemy est entré en vigueur. Restent cependant autorisés les déplacements justifiés par un motif « impérieux d’ordre personnel ou familial », « de santé relevant de l’urgence » ou « professionnel ne pouvant être différé ». Tous les arrivants dans ces départements et territoires d’outre-mer devront cependant se soumettre à une quatorzaine stricte. Encore faudrait-il, font remarquer les personnels soignants de La Réunion, que ce confinement soit réel et non fictif et que les professionnels de santé arrivant de métropole soient systématiquement dépistés afin de valider leur retour au travail. Ce qui, bien sûr, n’est pas le cas.

Tout comme Mayotte, La Réunion (850 000 habitants) est une zone sensible. Outre la situation insulaire et l’éloignement de la métropole, elle se caractérise par la précarité d’une importante partie de la population, un fort taux d’illettrisme, trois fois plus d’insuffisants rénaux que la moyenne nationale, ainsi que de diabétiques ou d’obèses. Autant de facteurs de risque supplémentaires. L’île dispose en tout et pour tout de 80 lits de réanimation. Elle est de plus, elle aussi, confrontée à une épidémie de dengue avec 1 200 cas depuis le début de l’année. Sans compter un nombre inconnu mais élevé d’immigrants venus d’Afrique et d’Asie, en constante augmentation.

Pour tous les professionnels de santé, les autorités ont tardé à prendre des mesures de confinement pour les arrivants dans l’île. « Nous aurions dû surréagir au début, avant que les premiers cas soient importés, regrette un professeur du CHU de Saint-Denis. Maintenant, nous serons au pic dans quinze jours et nous allons rapidement arriver à saturation. La différence, c’est que nous sommes à 10 000 kilomètres de la métropole et qu’on ne pourra procéder à aucune évacuation en cas de catastrophe. » « Yaka, Faukon« , disent toujours les Réunionnais ! Mais, quand on leur parle de discipline, d’organisation et donc de confinement…personne ne répond à l’appel, habitués qu’ils sont à être pris en charge par la métropole, sans effort.

« Avec un décalage dans le temps, on risque d’être dans la même situation que les autres régions métropolitaines, avec les problématiques de l’insularité et de l’éloignement en plus », reconnaît le président de la région, Didier Robert (divers droite). Après une réunion qui s’est tenue dimanche matin avec la préfecture, le département, l’agence régionale de santé (ARS) et des représentants des personnels médicaux, il annonce que 200 000 masques vont pouvoir être distribués à partir de lundi. La région étudie plusieurs pistes d’approvisionnement en masques à l’étranger, alors que, pour l’heure, bon nombre de professions exposées n’ont rien pour se protéger. En rupture de stock, les pharmacies fabriquent leur propre gel hydroalcoolique. Avec la porte ouverte à tous les trafics de ces moyens de protection.

« Nous avons décidé de nous mettre en phase 3 pour l’organisation de nos cabinets », indique Christine Kowalczyk, présidente de l’Union régionale des médecins libéraux de l’océan Indien, qui déplore « une situation ubuesque ». Alors que les capacités de tests sont à peine d’une centaine par jour, l’ARS refuse aux laboratoires de ville l’autorisation d’en effectuer. S’y ajoute le fait que « La population n’arrive pas encore à prendre conscience de la gravité de la situation », regrette Mme Kowalczyk, constatant que les mesures de confinement sont encore loin d’être respectées.

Comme souvent dans l’histoire de l’humanité, ce fléau à des chances de faire le ménage partout où l’on se contente trop longtemps de mettre la poussière sous le tapis.

Le 25 mars 2020.

Pour le CER, Hippocrate, Conseiller à la Santé publique.

4 Réponses to “Coronavirus : ça va être très difficile en métropole mais ce sera probablement pire dans nos territoires de l’Océan Indien.”

  1. Hervé zafrani mars 25, 2020 à 4:18 #

    Les ultras marins seront touchés hélas fessons preuve de solidarité nationale avec nos compatriotes de Mayotte de la réunion et d ailleurs ce sont des français comme nous

  2. Hervé J. VOLTO mars 25, 2020 à 8:13 #

    Om pourrait lancer l’idée d’UN CONSEIL D’EMPIRE :

    Article 1.
    1° Les territoires d’outre-mer sur lesquels, à des titres divers, l’État français exerce sa souveraineté ou étend sa protection, constituent l’Empire.
    2° Dans l’Empire, le gouvernement exerce son autorité par l’intermédiaire de hauts fonctionnaires responsables de la sécurité intérieure et extérieure des territoires qu’ils administrent ou contrôlent.
    3° L’Empire est régi par des législations particulières.

    Article 2.
    1° Auprès du CHEF DE L’ETAT est institué un conseil. d’Empire appelé à donner son avis sur les questions intéressant le domaine Français d’Outre-Mer.
    2° Dans les parties de l’Empire où l’évolution sociale et la sécurité le permettent, le représentant du chef de l’État est assisté d’un conseil. consultatif.
    3° La loi fixe les conditions dans lesquelles s’exerce la participation traditionnelle de certaines colonies à la représentation nationale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :