Un président ne devrait pas laisser faire ça…*

25 Mar

Pour lutter contre le coronavirus, il faut des masques. Mais la France est en pénurie, comme nous le précisions ici: https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2020/03/19/france-quas-tu-fait-de-ta-medecine/.

Leur distribution est rationnée, et leur usage limité aux acteurs exposés…dans le meilleur des cas. Du fait de cette pénurie, nous sommes moins efficaces dans notre lutte face au virus. Le confinement sera plus long. L’économie française sera plus durement touchée. Mais, plus grave, la pénurie conduira à ce que plus de Français soient contaminés, donc au fait, statistique, qu’il y aura plus de morts. CQFD.

La pénurie de masques va donc tuer.

Qui est le responsable de ces morts ? Le gestionnaire du stock, l’Etat français. Quelle est sa faute ? L’incroyable incompétence logistique qui a entouré la décision prise au sujet des stocks stratégiques de masques.

Petit rappel des faits. Face aux risques de propagation du virus H1N1, Roselyne Bachelot, alors ministre de la santé, stocke massivement des masques. Fin 2009, la France dispose ainsi de 723 millions de masques FFP2, et de 1 milliard de masques chirurgicaux, stockés dans les plates-formes logistiques de l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus). Mais l’impact du H1N1 en France reste modéré. Roselyne Bachelot est moquée pour avoir gaspillé de l’argent public dans des stocks inutiles.

Dans un contexte budgétaire calamiteux, il faut les diminuer voire…les supprimer. Le 16 mai 2013, un changement de doctrine intervient, à la suite d’une recommandation du secrétariat général de la défense et de la sûreté nationale (SGDSN). Alors que le rapport note « qu’une maladie infectieuse hautement contagieuse à transmission respiratoire sort du strict cadre de la santé et sécurité au travail dans la mesure où l’on a affaire à une menace sanitaire majeure » et qu’il « revient aux pouvoirs publics d’apporter une réponse globale », le SGDSN prend la décision aberrante de transférer la responsabilité d’une partie du stock de masques aux employeurs. Ainsi, c’est « aux employeurs de déterminer l’opportunité de constituer des stocks de masques pour protéger leur personnel ». La décision est confirmée en 2015 dans un rapport remis au Sénat.

Le tout, sous la présidence de François Hollande.

Sous sa férule, la décision est donc prise d’enlever à un organisme spécialisé (l’Eprus) la gestion centralisée d’un stock stratégique, et d’externaliser pour partie les stocks à des milliers d’acteurs. Cette décision est excellente sur le plan financier, et satisfait les comptables. Elle permet à l’Etat de transférer les coûts de stockage « aux employeurs ». Avec d’autres mesures, elle va, selon ce rapport du Sénat, permettre de ramener le montant des stocks de l’Eprus de 992 millions en 2010 à 472 millions en 2014. Mais, évidemment, cette décision est une aberration logistique.

Pour pouvoir réagir vite à un événement imprévisible, tout logisticien sait que centraliser les stocks est en effet la meilleure stratégie ! Bien sûr, si tout stocker dans un entrepôt est cependant bien trop risqué, il faut répartir dans un nombre limité de plates-formes des stocks de masques dont on ne sait ni si on en aura besoin un jour, ni quand on en aura besoin, ni où on en aura besoin.

La centralisation possède tous les avantages : elle permet de garder la visibilité sur le niveau du stock ; elle repose sur un professionnel dont c’est le métier ; elle garantit des conditions d’entreposage optimales ; elle réduit le risque d’obsolescence, en facilitant le renouvellement tournant des stocks ; si la pandémie survient, elle permet d’ajuster les expéditions de masques, selon les besoins précis des régions ; toujours en cas de pandémie, elle facilite un réapprovisionnement massif des masques, du fait des relations de long terme qui ont été construites avec les fournisseurs.

La décision de se défaire du stock de l’Eprus est d’autant plus incompréhensible que, si l’on suit une telle stratégie, il faut s’assurer au moins que l’on pourra se réapprovisionner rapidement si besoin. C’est ce que préconisait d’ailleurs le rapport du Sénat en 2015, à travers l’idée de réserver des « capacités de production et d’acquisition ». Mais il semble, ici, que la stratégie de l’Etat se soit fondée simplement sur l’idée qu’il existait dans le monde des capacités suffisantes de production de masques. Essentiellement en Chine dont on sait qu’elle est souvent l’épicentre des épidémies nécessitant des masques et qu’elle réservera en priorité à ses nationaux !

En outre, lorsque survient une pandémie, la demande de masques explose… et les capacités de production ne peuvent suivre à court terme ! Chaque pays joue alors sa carte et préempte les stocks produits par ses industriels. Alors que les capacités françaises ne sont que de 6 millions de masques par semaine pour des besoins estimés à 24 millions, l’Etat en est donc réduit à demander à des industriels français de s’inventer producteurs de masques. Là, tout de suite, maintenant…

Si l’urgence est de gérer aujourd’hui cette pénurie, une fois la pandémie passée, l’Etat devra analyser cette faillite logistique. Et dénoncer les responsables de cette bévue devenue un crime.

D’autant que la pénurie de masques n’est pas le seul problème logistique que nous rencontrons ! Ne pouvant réaliser que 2 500 tests par jour, n’ayant que 7 000 lits de soins intensifs avec assistance respiratoire, la France n’a eu au fond d’autre choix que d’adopter la stratégie du confinement pour éviter d’engorger ses hôpitaux. A côté de nous, l’Allemagne, avec ses laboratoires pouvant réaliser 12 000 tests par jour, ses 25 000 lits, a pu mettre en place une stratégie de dépistage précoce dont la Corée du Sud a démontré l’efficacité, et dispose de plus de latitude face au pic épidémique.

Et, alors que nos voisins ont les moyens logistiques d’une stratégie, nous adaptons notre stratégie à nos faibles moyens logistiques !

Finalement, cette gestion sanitaire française ne fait que mettre en évidence le déficit structurel de vision logistique qui existe au sommet de l’Etat comme dans ses nombreuses, inutiles et coûteuses allées.

Non, un président ne devrait pas laisser faire ça…

Le 25 mars 2020.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

* Par analogie avec ceci :

2 Réponses to “Un président ne devrait pas laisser faire ça…*”

  1. Hervé J. VOLTO mars 25, 2020 à 8:25 #

    Depuis le début de la crise du coronavirus, le pouvoir a choisi la voie du mensonge et de l’indécision.

    Ils veulent l’union nationale, ce qui est bien compréhensible, mais que font-ils pour l’obtenir ? La confiance, ça se gagne. Et ça se mérite.

    Emmannuel Macron nous dit en guerre. Mais en fait, c’est à une guerre de l’information qu’il se livre avec l’aide de Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, qui avoua jadis n’avoir aucun état d’âme à mentir aux Français si ce esarit pour sauver le Régent Présidentiel.

    Nous avons choisi de continuer à nous informer, à révéler les réalités du drame vécu par de nombreux Français, éloignés de force de leur travail, de leurs parents : mais aussi ces Français en EHPAD qui ne peuvent plus recevoir de visites.

    Pendant que nous sommes tous confinés, d’autres frappent à la porte, en Grèce par exemple, pour tenter d’entrer en force sur nos territoires historiques.

    Il est vital que nous puissions nous informer sur ce qui se passe là-bas, préfiguration de ce qui va arriver chez nous.

    Nous devons maintenir le lien entre nous, surtout depuis que l’on nous enferme… chacun chez soi !

    Aujourd’hui, le confinement. Demain, la rédition des comptes…

  2. Hervé J. VOLTO mars 25, 2020 à 9:29 #

    Sure,ment pas les restritions religieuses en tout cas. Celà ausi, on s’en souviendra le moment venu…
    https://www.lesalonbeige.fr/encore-plus-de-restrictions-contre-le-culte-catholique/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :