Billet d’humeur du sieur Du Plessis : de tout temps l’exode des populations fut une réponse aux invasions.

28 Mar

Ce fut à coup sûr le cas en France avec un exemple caricatural en 1940…alors que tous ne rejoignirent pas le général De Gaulle, à Londres pour défendre la patrie !

Aujourd’hui, l’ennemi c’est le coronavirus. Un ennemi sournois, tapi dans l’ombre et qui répand moins la terreur que l’anxiété et surtout contraint au confinement des populations pour s’en prémunir. Finis les spectacles parisiens, finis les dîners entre amis, finie la quiétude des parents quand les enfants ne vont plus à l’école et perturbent le télétravail et les visioconférences…

Alors, les froussards de la capitale, dès l’annonce de la quarantaine obligée, s’engouffrèrent dans les trains encore disponibles ou leurs propres véhicules tous terrains de luxe (mais pas à pied ou en bicyclettes et moins encore en charrette comme en 40) et se ruèrent vers leurs lieux de résidence estivale habituelle.

Ainsi, le PDG de l’opérateur téléphonique Orange, Stéphane Richard, a révélé, jeudi 26 mars, sur Europe 1, que « le nombre d’habitants du Grand Paris s’est réduit de presque 20%«  au moment de « la mise en place du confinement », les 16 et 17 mars. « Il y a plus d’un million de personnes qui ont quitté la région le jour ou la veille du confinement« , a-t-il révélé. A l’inverse, « il y a eu 30% d’augmentation de la population de l’île de Ré pendant ces deux mêmes jours par rapport à la même période l’an dernier » !

Ces estimations sont rendues possibles par les données « anonymisées » agrégées par l’opérateur. « La France n’est pas la Chine. Nous ne travaillons que sur des données agrégées et anonymisées », a martelé Stéphane Richard, démentant tout « traçage individuel » des citoyens français. « Ce type de chiffres permet de savoir comment les moyens hospitaliers doivent être anticipés dans chacune de ces zones », précise-t-il. L’opérateur travaille en coopération avec l’Inserm sur ce sujet. Mais ne soyez pas dupe, en marge de cette nouvelle migration intérieure qui n’est pas sans rappeler « les heures les plus sombres de notre histoire« , il apparaît que la traçabilité des citoyens est devenue imparable et va ouvrir des perspective colossales à bien des prédateurs. Y compris politiques. Ne l’oubliez pas.

C’est la première fois qu’une estimation chiffrée du phénomène nous est est donnée. Mais cet exode massif n’était pas passé inaperçu ces derniers jours chez les hôtes involontaires de ces fuyards et a provoqué de vives tensions dans certaines communes balnéaires. Des phénomènes similaires ont d’ailleurs été observés en Italie ou en Australie face à l’épidémie de Covid-19.

De quoi désespérer de la nature humaine.

Le 28 mars 2020.

Du Plessis

3 Réponses to “Billet d’humeur du sieur Du Plessis : de tout temps l’exode des populations fut une réponse aux invasions.”

  1. Hervé J. VOLTO mars 28, 2020 à 11:46 #

    Chacun l’aura compris, Emmanuel Macron n’est pas un bon président de la République. Il s’avère juste le président des mots, celui qui parle, parle sans discontinuer, celui qui verbigère, qui étourdit à force de paroles, qui s’enivre de mots et voudrait griser son auditoire, tous ses auditoires, avec cette logorrhée qui n’en finit pas, qui n’en finit plus. Il voulait une parole rare? Elle est pluriquotidienne et dupliquée en éléments de langage partout serinés par ses perroquets de ministres. Je ne parle pas de sa porte-parole, un précipité, au sens chimique du terme, de cette logocratie…

    Il avait promis la rareté de son verbe sous prétexte qu’il ne serait ni Sarkozy ni Hollande. Or, il est le premier sans l’action et le second sans la bonhomie: c’est à la fois un Sarkozy qui ne fait rien d’autre que laisser voguer le bateau maastrichtien et un Hollande méchant qui ne peut s’empêcher de cacher sa nature dès qu’il parle avec un quidam critique dans un bain de foule. Il parle sans cesse et sa parole se montre accablante, démonétisée, dévalorisée. Il n’est pas orateur, mais il croit que son pouvoir hypnotique, celui du serpent qui convoite l’oiseau, fera tomber de la branche tous ceux qui auront entendu sa rhétorique, sa sophistique. Mais il prend sa volubilité pour de l’éloquence, il croit que son amphigouri est une ligne claire, il pense que son bavardage est l’atticisme postmoderne. Il se trompe lourdement; il trompe lourdement.

    Aujourd’hui, le confinement. Demain, la rédition des comptes.

  2. Hervé J. VOLTO mars 28, 2020 à 11:50 #

    On ne peut expliquer les entrechats présidentiels qu’avec cette hypothèse que le Chef de l’Etat est resté sur scène avec Madame Trogneux comme quand il avait quinze ans et qu’elle en avait trente neuf : le virus n’est rien d’autre qu’une grippette mais il faut confiner tout le monde, il faut rester chez soi mais vous devez aller voter, il faut rester confiné mais vous pouvez aussi faire vos exercices physiques, il ne faut pas fermer les frontières mais il faut les clore, on se fermera pas les écoles mais on les ferme, le virus n’a pas de passeport mais il a celui de Schengen, la maladie ignore les frontières mais on peut l’y contenir tout de même.

    Dernière volte-face en date: le masque ne sert à rien mais il faut le porter.

    Cinq jours pour une toile de tente accueillant trente lits ! Qu’en aurait pensé Napoléon?

    Pendant ce temps, les problèmes du non respect du confinement dans les banlieues est abordé place Beauvau dans une visioconférence datée du 18 mars. LE CANARD ENCHAINE nous apprend qu’elle a permis à Laurent Nunez, secrétaire d’Etat à l’Intérieur, de prendre une décision: interdit de « mettre le feu aux banlieues en essayant d’instaurer un strict confinement » !

    C’est le monde à l’envers. C’est l’action de la police qui mettrait le feu aux banlieues qui refusent de respecter l’ordre public, autrement dit: qui méprisent la loi. Le confinement ne sert à rien s’il n’est pas respecté par tous, c’est le message que l’Etat français diffuse sur tous les supports médiatiques. Mais, en ce qui concerne les territoires perdus de la République, la République elle-même donne l’ordre de laisser faire à ceux qui sont censés la garantir. On ne peut mieux dire que le chef de l’Etat autorise les banlieues à contaminer à tout va qui elle voudra ! Le message est on ne peut plus clair. Le jour venu, il faudra s’en souvenir.

  3. Hervé J. VOLTO mars 28, 2020 à 11:54 #

    UN DERNIER POUR LA ROUTE !

    Le préfet du Nord aurait quant à lui expliqué que les commerces illégaux (drogue, mais probablement aussi marché noir des masques de protection…) « exercent une forme de médiation sociale ». Encore un disciple d’Edwy Plenel qui va se voir épingler la breloque au veston lors du prochain 14 juillet, et ce des mains même du Régent Présidentiel des mots!

    En avril 2019, Sibeth Ndiaye avait dit: « J’assume de mentir pour protéger le président de la République ». C’est la dernière fois qu’elle a dit une chose vraie. On ne l’y a pas repris depuis.

    Les Français sont inquiets. La colère gronde. Il est dans l’intéret du Chef de l’Etat que le vaccin soit mis au point définitvement dans les plus brefs délais. Les Français ne se laisseront plus enc… ouilonner facilement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :