Sommes nous prêts à parler de l’après-Covid 19 ?

4 Avr

Souvenez-vous, lorsque nous demandions instamment à nos élites politico-économiques de réfléchir à la nécessité de mettre un terme à la course folle à la croissance, au consumérisme débridé, à la financiarisation mortifère de toutes nos activités et donc au mondialisme. Que nous répondaient-elles ?

Ce n’est ni possible ni souhaitable !

Or il n’a fallu que quelques semaines à la détermination d’un virus, venu de Chine, l’usine du Monde (un clin d’oeil de l’Histoire), pour que cela advienne : brusquement, tout peut s’arrêter et les États peuvent de nouveau s’imposer. Il serait terrifiant de ne pas en profiter pour infléchir le système actuel car, si on ne profite pas de cette situation incroyable autant qu’inattendue pour faire le tri entre ce qui mérite d’être conservé et ce qui ne le mérite pas, entre ce que nous devons relocaliser d’urgence dans nos pays ou non, entre ce qui doit être considéré comme stratégique ou pas, etc….ce sera un gâchis sans nom. Pire, un crime.

Accepterez-vous qu’après la crise sanitaire actuelle tout recommence comme avant (et comme en rêvent d’ailleurs nos dites élites) ? Pour nous, sachez-le, c’est NON.

Le 4 avril 2020.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

5 Réponses to “Sommes nous prêts à parler de l’après-Covid 19 ?”

  1. conseilesperanceduroi avril 4, 2020 à 10:46 #

    Passons sur l’industrie automobile ou le monde du textile. Passons même sur la fabrication des masques ou les gants de protection contre les infections…car le pire du pire est ici : https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/04/03/inquietude-mondiale-sur-les-inevitables-penuries-de-medicaments_6035414_3244.html?xtor=EPR-32280629-%5Ba-la-une%5D-20200404-%5Bzone_edito_2_titre_6%5D

  2. Louis Chiren avril 4, 2020 à 10:49 #

    Espérons le printemps du roi !

  3. Hervé J. VOLTO avril 4, 2020 à 11:14 #

    Courrier du Colonel AMIOT, responsable VPF Franche Comté – à la présidence de la République, au premier ministre et au ministre de la santé
    https://volontaires-france.fr/courrier-a-la-presidence/

    Visiblkement, il n’est pas contant !

  4. Hervé J. VOLTO avril 5, 2020 à 8:30 #

    UN DERNIER POUR LA ROUTE !

    TRèS BELLE OEUVRE, LOUIS CHIREN : LE PRIMTEMPS DU ROI, C’EST NOTRE ESPERENCE A TOUS !

  5. Hervé J. VOLTO avril 6, 2020 à 12:34 #

    Mon épouse a une soeur. Ma belle-soeur a un mari, qui est donc notre beau-frère.

    Notre beau-fèrre a tété transporté d’urgence à l’hopital de Fidenza, province de Parme : positif au Coronavirus.

    Moins d’hôpitaux, de lits, de respirateurs ! pas de masques, de tests, de gants, de gel ! Il en résulte une gestion calamiteuse de la crise : de l’amateurisme, des deux cotés des Alpes !

    Par contre, en Italie, notre beau-frère a été soumis à la chloroquine : résultat, la fièvre est tombée. PARCE QU’EN ITALIE, ILS UTILSENT LA CHLOROQUINE…

    De ces deux faits indéniables -tri sélectif dans les hôpitaux et interdiction aux médecins généralistes de prescrire la Chloroquine- il résulte EN FRANCE que de nombreux Français âgés vont se retrouver à la morgue, alors qu’ils auraient pu être soignés.

    tout est fait pour bloquer la fabrication et l’utilisation de la Chloroquine qui, associée à un antibiotique, L’AZITROMINIQUE, est actuellement le seul traitement permettant de guérir rapidement des malades. Il est utilisé en Italie, au Japon, en Corée du Sud, en Allemagne. Pourtant ce médicament était en utilisation libre depuis des décennies et jusqu’au mois de janvier.

    Que cache ce blocage récent ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :