La Réserve sanitaire : une bonne idée gâchée par la bureaucratie.

7 Avr

L’épidémie de grippe H5N1, en 2007, avait convaincu la France d’anticiper d’autres crises en créant un corps de « Réserve sanitaire« , de plusieurs milliers de personnes, capable de venir, en urgence, en soutien de professionnels de santé submergés par l’afflux de malades. Treize ans plus tard, face au Covid-19, la Réserve sanitaire peine pourtant à remplir son office. A tel point que l’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France a dû créer, le 21 mars, un dispositif de renfort alternatif, Renforts-Covid, monté avec la start-up de santé MedGo.

Ce dispositif a été adopté, par la suite, par sept autres ARS. Depuis le 17 mars, la Réserve sanitaire a même envoyé sur le terrain près de huit fois moins de personnes que la plate-forme Renforts-Covid. Pour expliquer ce naufrage, les volontaires comme les ARS estiment que son fonctionnement et ses moyens sont inadaptés à une telle situation d’urgence.

Pourtant, les volontaires ne manquent pas. Depuis le début de la crise, fin janvier, près de 19 000 personnes ont fait acte de candidature pour rejoindre la Réserve sanitaire, qui comptait déjà 21 000 membres. Mais selon le décompte fait le 3 avril, seuls 719 réservistes ont été mobilisés jusqu’ici. Pour sa part, au 1er avril, la plate-forme Renforts-Covid lancée le 21 mars avait déjà pourvu plus de 5 500 demandes de renfort. De plus, sur les 16 363 volontaires inscrits sur cette interface numérique, 13 319 volontaires avaient un métier recherché par les établissements de santé, en majorité des infirmières et des aides-soignantes, en réanimation et en gériatrie.

Sous-dimensionné, le serveur informatique de la réserve sanitaire est tombé en panne face au nombre de connexions. Même sans cet aléa, c’est le fonctionnement même de la réserve qui pèche. Là où la plate-forme Renforts-Covid met en contact direct les établissements de santé et les volontaires, la Réserve sanitaire répond aux demandes des ARS qui, elles-mêmes, font le relais avec les hôpitaux, cliniques ou Ehpad, qui ont besoin d’aide. Par ailleurs, le système Renforts-Covid confie aux établissements de santé la vérification des compétences des volontaires, alors que la Réserve sanitaire effectue elle-même le contrôle des dossiers de milliers de volontaires avec… huit personnes.

Isabelle Mouginot n’avait pas exercé son métier d’infirmière depuis trente ans. Elle s’est inscrite sur la plate-forme Renforts-Covid le 26 mars. « La Réserve sanitaire n’admet pas les profils comme le mien, ses critères sont trop restrictifs, dit-elle. Dès le lendemain, on m’a appelée pour des gardes de nuit à la clinique Labrouste, à Paris. Quand j’avais des questions, je demandais à un cadre. Depuis, trois autres établissements m’ont contactée. »

L’agence Santé publique France, dont dépend la réserve sanitaire, tente de se dédouaner. « La réserve n’est en aucun cas décisionnaire sur les renforts à apporter, mais répond aux demandes des ARS », affirme-t-elle. Résultat, comme le répète à l’envi Catherine Lemorton, ex-députée (PS) à la tête de la réserve sanitaire depuis un an, « beaucoup ne sont plus disponibles quand on les sollicite, parce qu’ils ont déjà été appelés ». Les établissements peuvent également solliciter directement des volontaires.

Il n’existe, en effet, aucune coordination. « Renforts-Covid, explique l’ARS d’Ile-de-France, est une plate-forme indépendante de la réserve sanitaire. » De fait, ce dispositif, pensé comme un complément, est devenu la principale porte d’entrée pour l’envoi de renforts dans le pays. L’ARS de Bourgogne-Franche-Comté, qui l’utilise, le confirme tout en mettant les formes : « Renforts-Covid permet l’expression de solidarités locales, cela ne se fait pas au détriment de la réserve. » Autre abonnée à Renforts-Covid, l’ARS d’Occitanie constate qu’elle est « très opérante et qu’elle fait correspondre la demande et l’offre. Renforts-Covid va sans doute rebattre les cartes ».

Claude Le Pen, professeur à l’université Paris-Dauphine, où il dirige le master économie et gestion de la santé, estime que « la Réserve sanitaire paie le refus de l’Etat de lui accorder davantage d’autonomie ». Or, ajoute-t-il, « dans les crises, on se retrouve avec une grosse structure qui patine d’un côté, et de l’autre des professionnels qui n’ont pas d’interlocuteur. La haute administration de la santé en France, très centralisatrice, a beaucoup de mal avec des dispositifs ponctuels et très réactifs. » Ou comment la bureaucratie tue les bonnes volontés et même les compétences !

Née en mars 2007 de la loi sur la préparation du système de santé à des menaces sanitaires de grande ampleur, la Réserve sanitaire avait été confiée à l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus). En 2015, elle compte 2 078 personnes et sa gestion mobilise six personnes, soit deux de moins qu’en 2020. La même année, le sénateur (UMP) Francis Delattre écrit, dans son rapport sur l’Eprus, que seuls 120 réservistes sont alors réellement actifs, car, dit-il, cette réserve, surtout composée de retraités, est avant tout un outil de « diplomatie sanitaire ».

En 2016, dans un climat de pression financière, la petite équipe de l’Eprus et de la réserve sanitaire est absorbée dans la grande agence Santé publique France.« Dans mon rapport, en 2015, se souvient M. Delattre, je militais, au contraire, pour leur accorder plus de liberté. C’était des missionnaires. Au nom de la sécurité sanitaire, la réserve a été noyée dans la bureaucratie et confiée à des gestionnaires à la petite semaine. »

En 2010, la Cour des comptes, dans son rapport sur l’Eprus, estimait déjà que « les difficultés de recrutement [de la réserve] conduisent à envisager une réorientation profonde tendant à une décentralisation des recrutements (…) en situation de crise » (jusqu’au début des années 2010, ce sont les préfets qui signaient les contrats d’engagement des candidats à la réserve sanitaire).

Qu’a-t-on fait depuis pour remédier à tout cela et préparer « le coup d’après » ?

R I E N

Il n’y a pas de pilote dans l’avion France. Il n’y a que des opportunistes stupides, arrogants et incompétents.

Le 7 avril 2020.

Pour le CER, Hippocrate, Conseiller à la santé publique.

2 Réponses to “La Réserve sanitaire : une bonne idée gâchée par la bureaucratie.”

  1. Hervé J. VOLTO avril 7, 2020 à 9:37 #

    Quand les grands seigneurs de France et de navarre seront fatigués d’être gouvernés par leurs consierges ou leur ex-domestiques enrichis, la Société et la Religion se lieront autour de leur chef naturel pour remprendre la France en main.

    Comme il faut, cependant…

  2. Hervé J. VOLTO avril 7, 2020 à 10:15 #

    La Bureaucratie, un ensemble de camarades de parti planqués dans des endroits stratégiques et payés uniqument à boire le café et à lire le journal, devra être repensée…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :