Pandémie : voici qu’apparaissent les premières mauvaises nouvelles économiques.

28 Avr
Pas un jour, depuis les débuts de la pandémie au coronavirus, sans que l’on nous parle de ses ravages au sein de la population : nombre de cas, d’hospitalisations, de réanimations mais aussi de morts. Pas un jour sans commentaires sur la vie des Français à l’épreuve du confinement. Son respect ou ses violations. La discipline ou…l’indiscipline. Trois mois déjà et tellement d’hésitations, de mensonges, de revirements, de désinformation autour de ce fichu virus venu de Chine. Par accident…ou pas.
Beaucoup aussi de barguignage sur l’avenir de notre économie et de nos entreprises, victimes de l’interruption de presque toute activité. Oubliant ce que nous écrivions déjà sur notre blogue au début de l’épidémie et de ses conséquences sanitaires (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2020/02/26/le-veritable-danger-du-coronavirus-nest-sans-doute-pas-celui-que-lon-croit/  et aussi https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2020/03/05/consequences-economiques-du-coronavirus-les-choses-se-precisent/ ).
Or, les conséquences économiques et sociales commencent effectivement à être mesurables. On l’a appris hier : le nombre de chômeurs a augmenté de 246 000 au mois de mars. On peut même imaginer que c’est en deux semaines seulement, après le début du confinement. Et c’est l’indicateur le plus spectaculaire de la violence du choc économique. Pourquoi dit-on parmi les tous premiers puisqu’il y a des informations économiques tous les jours ? Des prévisions de récession, la baisse des immatriculations automobiles, les angoisses des petits commerces fermés. En fait, ce sont finalement là des données désincarnées, générales, sur lesquelles on ne peut pas mettre un visage.
Ce sont des indicateurs disons « mous ».Le nombre de demandeurs d’emplois, c’est autre chose, c’est un indicateur « dur », brut. Un quart de million de femmes et d’hommes de plus se retrouvent sans emploi, et des précaires puisque ce sont des CDD et de l’intérim non renouvelés. Certes, dix millions de personnes en chômage partiel, çà aussi c’est quand même du concret. Sauf que cela paraît moins violent que le chômage tout court, parce que les salariés en chômage partiel restent en lien avec leurs entreprises, ils ont un bulletin de salaire et ils appartiennent à une équipe. 
Deux autres informations témoignent aussi, ces tous derniers jours, de la brutalité de ce qui se passe : les difficultés d’Air France et d’Airbus. Il leur faudra au minimum deux ans pour remonter la pente. Pourquoi ? C’est simple : les plus de 60 ans ne sont prêts à reprendre l’avion. Guillaume Faury, patron d’Airbus, a écrit à ses 135 000 salariés pour leur dire : c’est la survie de l’entreprise qui est en jeu. Et Derrière Airbus, il y a Safran, Thales, Daher etc., l’aéronautique, c’est une des plus belles filières tricolores. C’est bien. Mais une filière qui s’était fourvoyée dans la fuite en avant du tourisme de masse, du toujours plus et, pire, du toujours plus gros. La débâcle de l’A380 en est l’une des démonstration qu’Airbus n’a pas fini de payer. 
Pendant un mois, on a entendu tous les jours le décompte douloureux des victimes du virus. C’est bien normal et il n’est pas question de relâcher la vigilance. Mais le décompte des victimes économiques a été jusqu’à maintenant invisible, voilà qu’il le devient.
Arbitrage terrible. Mais arbitrage qu’après avoir pesé, soupesé, repesé, il faut désormais rendre et dont vont dépendre des vies. De très nombreuses vies.

Souhaitons que, cette fois, il soit à la hauteur de l’enjeu…

Le 28 avril 2020.
Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

2 Réponses to “Pandémie : voici qu’apparaissent les premières mauvaises nouvelles économiques.”

  1. MA Guillermont avril 28, 2020 à 1:14 #

    OUI , la situation va être intenable …

  2. Hervé J. VOLTO avril 28, 2020 à 6:13 #

    En clair, le nombre de chômeurs a augmenté de 246 000 au mois de mars 2020 !

    Un quart de million de femmes et d’hommes de plus sans emploi, et des précaires puisque ce sont des CDD et de l’intérim non renouvelés.

    Des prévisions de récession, la baisse des immatriculations automobiles, les angoisses des petits commerces fermés.

    On comprend la soudaine orientation souverainiste d’Emmanuel Macron, orientation inspirèe paraitrait-il par l’Action Française.

    Une sortie de crise, vite ! ou celà va devenir réellementt intenable…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :